Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

KENT NAGANO DIRIGE LA PASSION SELON SAINT-JEAN DE BACH

LE NEW YORK PHILHARMONIC DE RETOUR À MONTRÉAL APRÈS UNE ABSENCE DE 44 ANS DANS DEUX PROGRAMMES DIFFÉRENTS

SIR JAMES GALWAY DANS MOZART ET CIMAROSA

LEIF OVE ANDSNES INTERPRÈTE LE PREMIER CONCERTO POUR PIANO DE BEETHOVEN

LE PETIT PRINCE
AU PROGRAMME DU DEUXIÈME JEUX D’ENFANTS

En novembre, le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal Kent Nagano retrouvera l’univers choral de Johann Sebastian Bach, alors qu’il dirigera l’Orchestre, le chœur et des solistes de réputation internationale dans la Passion selon saint Jean, concerts également présentés dans le cadre de l’édition 2011 du Festival Bach de Montréal.

Le public montréalais aura également le privilège d’entendre le légendaire flûtiste sir James Galway, sacré « monarque incontesté de la flûte » par le Dallas Star-Telegram, dans deux concertos du répertoire. Il interprètera le Premier Concerto pour flûte de Mozart, œuvre-phare de l’instrument, ainsi que le Concerto pour deux flûtes de Cimarosa, en compagnie de son épouse Lady Jeanne Galway.

Les amateurs de piano apprécieront quant à eux une rare visite du pianiste norvégien Leif Ove Andsnes, salué par le New York Times comme « un pianiste d’une élégance, d’une puissance et d’une perspicacité magistrales », l’un des artistes les plus doués de sa génération, qui interprètera le Premier Concerto de Beethoven.

Le New York Philharmonic offrira quant à lui deux concerts exceptionnels, les 4 et 5 novembre, sous la direction de son directeur musical Alan Gilbert. De retour à Montréal après une absence de 44 ans, l’orchestre interprètera des œuvres de Mozart, Schubert, Brahms, Wagner et Mahler. Le programme du 5 novembre mettra notamment en lumière Robert Langevin, flûte solo du New York Philharmonic depuis 2000 et ancien membre de l’OSM.

Le jeune public ne sera pas en reste puisqu’il pourra découvrir l’univers du Petit Prince de Saint-Exupéry, transformé par des pages musicales de Denis Gougeon et Yves Daoust, dans une production de l’Arsenal à musique.

MUSIQUE DE CHAMBRE AU MBAM:
MOZART & BRAHMS

4 novembre 18 h 30
Salle Bourgie du MBAM

Olivier Thouin, violon
Andrew Beer, violon
Rémi Pelletier, alto
Lambert Chen, alto
Sylvain Murray, violoncelle

MOZART, Quintette no 3 en do majeur, K. 515
BRAHMS, Quintette no 2 en sol majeur, op. 111

Présenté conjointement avec la visite commentée «Le classicisme et le romantisme dans l’art européen », les musiciens de l’OSM proposent deux quintettes pour cordes signées par Mozart, un des plus éblouissants représentants du classicisme, et Brahms, héritier de Beethoven ancré dans le romantisme. Les deux œuvres portent en elles l’ombre de la mort. Mozart écrit son Quintette no 3 peu après le décès de son ami August von Hatzfeld et alors que son père est gravement malade. Lorsqu’il compose en 1890 son Quintette op.111, Brahms pense livrer là son testament, « en quelque glorieux farniente un peu de temps entre la vie et la mort ». Ces pages sereines seraient néanmoins suivies de quelques autres.

NEW YORK PHILHARMONIC & ALAN GILBERT
Concerts spéciaux
4 novembre à 20 h et 5 novembre 14 h 30
La Maison symphonique de Montréal

Alan Gilbert, chef d’orchestre
New York Philharmonic
Robert Langevin
, flûte (concert du 5 novembre)
Nancy Allen, harpe (concert du 5 novembre)

Programme du 4 novembre
WAGNER
, Tannhäuser, ouverture et musique du Venusberg
MAHLER, Symphonie n° 5

Soirée présentée par IBM Canada

Programme du 5 novembre
SCHUBERT
, Rosamunde, ouverture, D. 644
MOZART, Concerto pour flûte et harpe
BRAHMS, Symphonie no 3

Sous la direction d’Alan Gilbert, directeur musical de l’orchestre depuis septembre 2009, le New York Philharmonic donnera deux concerts exceptionnels, les premiers à Montréal depuis ceux offerts dans le cadre de l’Expo 67. « C’est particulièrement gratifiant pour l’orchestre d’effectuer ce retour dans la ville de Montréal, culturellement si riche, après une absence de 44 ans, surtout dans le cadre des célébrations entourant la saison inaugurale de la Maison symphonique de Montréal », a affirmé Alan Gilbert, qui dirige à Montréal pour la première fois depuis 1998, par voie de communiqué.

Le prestigieux orchestre américain offrira deux programmes différents. Le 4 novembre, il interprètera l’ouverture et la musique du Venusberg de Tannhäuser de Wagner et la Symphonie no 5 de Mahler, qui comprend le célèbre « Adagietto », utilisée notamment par Visconti dans La Mort à Venise. Le lendemain, le Sherbrookois d’origine Robert Langevin, flûte solo du New York Philharmonic – et ancien membre de l’OSM – et Nancy Allen, harpe solo, interprèteront le Concerto pour flûte et harpe de Mozart, alors que l’orchestre offrira sa lecture de l’ouverture de Rosamunde de Schubert et de la Symphonie no 3 de Brahms.

Premier Newyorkais à occuper le poste de directeur musical du New York Philharmonic, Alan Gilbert privilégie une approche de la programmation qui permet de regrouper les œuvres de façon novatrice. Il devenait en septembre 2011 le directeur des études orchestrales de la prestigieuse Juilliard School de New York. Il est également chef émérite de l’Orchestre philharmonique royal de Stockholm et premier chef de l’Orchestre NDR de Hambourg.

Fondé en 1842, le New York Philharmonic est le plus vieil orchestre américain. Il a été précédemment dirigé notamment par Gustav Mahler et Arturo Toscanini. Il a donné son 15 000e concert le 5 mai 2010.

BACH ET LA PASSION SELON SAINT-JEAN
Les Grands Concerts du Mercredi 2 Panasonic Fillion Électronique,
Les Grands Concerts du jeudi 2 Power Corporation du Canada, Les Matins symphoniques Fondation J.A. De Sève
9 novembre, 10 novembre à 20 h, 11 novembre à 10 h 30
La Maison symphonique de Montréal

Kent Nagano, chef d’orchestre
Sibylla Rubens, soprano
Ingeborg Danz, contralto
Martin Mitterrutzner, ténor
Christoph Genz, ténor (Évangéliste)
Tyler Duncan, baryton
Markus Werba, baryton
Philippe Sly, baryton-basse (Pilate)
Chœur de l’OSM
Andrew Megill, chef de chœur
BACH
, Johannes Passion (Passion selon saint Jean)

Kent Nagano voue un intérêt certain aux grandes œuvres chorales de Bach. Au cours des cinq dernières années uniquement, il a dirigé l’OSM dans des interprétations de la Passion selon saint Jean (en 2006), de l’Oratorio de Noël (2007), de la Messe en si mineur (2009) et de la Passion selon saint Matthieu (2009). Les concerts de cette semaine, également présentés dans le cadre du Festival Bach de Montréal, s’inscrivent comme un nouveau chapitre de cette exploration d’un vaste panorama musical.

La structure de la Passion selon saint Jean s’articule autour de deux « piliers » choraux massifs. Ils encadrent le drame présenté dans les récitatifs de l’Évangéliste, de Jésus et des autres personnages, avec des interpolations de la foule, éléments qui constituent la majeure partie de la Passion selon saint Jean. Les arias, chantées par les solistes, offrent des instants de réflexion. Plus courte que la Passion selon saint Matthieu, la Passion selon saint Jean présente un drame plus ramassé, un déploiement presque théâtral des événements (qui comprend une émotivité de l’Évangéliste) et une expressivité accrue.

La soirée du 11 novembre est présentée en collaboration avec Nespresso & Hyatt Regency Montréal

LE PETIT PRINCE
INSPIRÉ DE L’ŒUVRE DE SAINT-EXUPÉRY

Jeux d’enfants, 20 novembre 13 h 30
La Maison symphonique de Montréal

Jean-Michaël Lavoie, chef d’orchestre
L’Arsenal à musique
Lorena Corradi et Reggi Ettore
, solistes narrateurs

Œuvres de Denis Gougeon et Yves Daoust
Présenté en français

Véritable phénomène de l’édition, Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry est l’ouvrage de littérature française le plus lu et le plus connu dans le monde. Il a été vendu à plus de 134 millions d’exemplaires et est traduit en 220 langues et dialectes. Lorena Coarradi et Reggi Ettore, fondateurs de l’Arsenal à musique, proposent de revivre les grands moments de l’histoire du Petit Prince, en intégrant certains passages-clés aux musiques des compositeurs québécois Denis Gougeon et Yves Daoust.

Denis Gougeon se distingue par sa musique à la fois exigeante et accessible, dynamique, énergique, aux cellules mélodiques riches, prenantes. Avec plus de 70 œuvres pour ensemble et soliste à son actif, il est un des rares compositeurs québécois à pouvoir se consacrer entièrement à son travail créateur.Très actif sur la scène professionnelle, Yves Daoust est l’un des pionniers de la musique électroacoustique au Canada. Il a composé des musiques de film, de scène, des spectacles pluridisciplinaires et des œuvres de concert.

L’OSM sera alors placé sous la direction de Jean-Michaël Lavoie, jeune chef québécois exceptionnel qui consolide rapidement sa réputation. Il est le lauréat 2010 du Prix Opus « Découverte de l’année », distinction qui souligne ses succès sur la scène internationale.

SIR JAMES GALWAY LE VIRTUOSE DE LA FLÛTE
Les Grands Concerts du Mardi Homeocan, Les Grands Concerts du Mercredi
22 et 23 novembre 20 h
La Maison symphonique de Montréal

Lawrence Foster, chef d’orchestre
Sir James Galway, flûte
Lady Jeanne Galway, flûte
CHERUBINI, Anacréon, ouverture
CIMAROSA, Concerto pour deux flûtes
MOZART, Concerto pour flûte no 1, K. 313
DVORAK, Danses slaves, opus 46

Considéré comme l’un des plus éblouissants interprètes du 20e siècle, première flûte du Philharmonique de Berlin de 1969 à 1975 sous Herbert von Karajan, Sir James Galway demeure une véritable légende. « L’homme à la flûte d’or » retrouve l’OSM dans le Premier Concerto pour flûte de Mozart et le Concerto pour deux flûtes de Cimarosa, écrit alors que ce dernier se trouvait au sommet de sa popularité. Cette œuvre sera interprétée par Sir James Galway et sa femme, Lady Jeanne.

En complément de programme, l’Orchestre interprète l’ouverture d’Anacréon de Cherubini, débordante de génie mélodique et brillamment orchestrée, ainsi que les célèbres Danses slaves, œuvre de jeunesse qui devait propulser Dvořák au firmament et témoigne admirablement de la maîtrise du compositeur à unir deux pôles musicaux en apparence opposés : le sens populaire de la danse et la science musicale acquise qui lui permet de recréer en musique émotions, sentiments et souvenirs.

L’OSM sera placé sous la direction de Lawrence Foster, directeur musical de l’Opéra et de l’Orchestre national de Montpellier et directeur artistique et premier chef de l’Orchestre Gulbenkian.

MUSIQUE DE CHAMBRE AU MBAM: MOZART & BRAHMS
25 novembre 18 h 30
Salle Bourgie du MBAM

Andrew Wan, violon
Jean Fortin, alto
Rémi Pelletier, alto
Anna Burden, violoncelle
Ali Yazdanfar, contrebasse
Robert Crowley, clarinette
Stéphane Lévesque, basson
John Zirbel, cor
HINDEMITH, Octuor pour cordes et vents
BEETHOVEN, Septuor pour vents et cordes, en mi bémol majeur

Ce concert de musique de chambre des musiciens de l’OSM est présenté conjointement avec une visite commentée « L’art européen du Premier Empire à la modernité ». Composé en 1957-58, l’Octuor pour vents et cordes de Paul Hindemith mêle admirablement les particularités respectives des cordes et des vents, faisant notamment la part belle à l’alto, instrument joué par le compositeur de façon professionnelle. Œuvre de jeunesse de Beethoven, écrite plus de 150 ans auparavant, son Septuor pour cordes et vents devait connaître un succès considérable du vivant du compositeur, et reçut nombre d’éloges de la critique.

LEIF OVE ANDSNES & LE PREMIER CONCERTO DE BEETHOVEN
Les Grands Concerts du Mercredi 2 Panasonic, Les Grands Concerts du Jeudi 1 Air Canada
30 novembre et 1er décembre 20 h
La Maison symphonique de Montréal

Sir Roger Norrington, chef d’orchestre
Leif Ove Andsnes, piano
VAUGHAN WILLIAMS, The Wasps (Les Guêpes), ouverture
BEETHOVEN, Concerto pour piano no 1
VAUGHAN WILLIAMS, A London Symphony

Depuis qu’il a remporté en 1997 le prix Gilmore, Leif Ove Andsnes est l’un des pianistes les plus salués sur la scène internationale actuellement. Invité des grands orchestres, également excellent récitaliste, il a joué dans les salles les plus prestigieuses. Le pianiste norvégien est également le co-directeur artistique de son propre festival de musique de chambre à Risør, un événement qui chaque année accueille les artistes classiques parmi les plus estimés. Il interprète ici le Premier Concerto pour piano de Beethoven, tributaire des styles de Mozart et Haydn, mais qui contient déjà le germe de ce qui allait caractériser symphonies et concertos du maître de Bonn : un travail thématique soutenu, basé sur une cellule mélodique restreinte, des liens subtils entre les divers mouvements, des changements harmoniques serrés, ainsi qu’une maîtrise des contrastes.

En s’illustrant aussi bien dans le domaine symphonique que dans celui de la musique de chambre, de l’opéra, des pages chorales et de la musique de film, Ralph Vaughan Williams occupe une place unique au panthéon de la musique britannique. Il possède une personnalité forte, un style facilement identifiable. On entendra ici deux œuvres de Vaughan Williams, son ouverture pour The Wasps, musique de scène écrite pour une production des Guêpes, satire caustique d’Aristophane, et A London Symphony, qui, même si elle peut sembler programmatique (on y reconnaît notamment Big Ben) se veut une œuvre de musique pure. Le concert sera dirigé par le chef britannique Sir Roger Norrington, premier chef du Radio Sinfonie Orchester de Stuttgart, reconnu particulièrement pour son travail sur le répertoire du 19e siècle.
La soirée du 30 novembre est présentée par British Airways.

Renseignements: (514) 842-9951 ou www.osm.ca

L’Orchestre symphonique de Montréal est présenté par Hydro-Québec

La saison 2011-2012 est présentée en collaboration avec Banque Nationale