Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Du 25 octobre au 2 décembre 2006

LA COMPAGNIE JEAN DUCEPPE et LE THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE s’unissent autour de TCHEKHOV / d’Oncle Vania à La Mouette / Un metteur en scène: Yves Desgagnés / Une même équipe d’acteurs et de concepteurs

LE PETIT MONDE D’ONCLE VANIA

Une maison de campagne où règne un calme apparent, où se croisent des êtres qui vivent une existence routinière, morne et sans histoires.

Sérébriakov, vieil enfant gâté, geignard, suffisant, hypocondriaque, écrivain raté et oisif.
Eléna Andréevna, sa jeune épouse, beauté inutile et désoeuvrée, accablée d’ennui.
Sonia, toute entière vouée au travail, jeune vie déjà sacrifiée, sans relations, sans amour.
Astrov, médecin désabusé, cynique et terriblement lucide.
Teleguine, propriétaire foncier ruiné, incarnation d’une vie creuse et inutile.
Marina, servante de la famille depuis toujours, femme du peuple, réaliste et sensée.
Maria, la mère de Vania, femme conventionnelle et fragile qui vit dans la nostalgie du passé.

Et Ivan Voïnitzki, que Sonia appelle affectueusement oncle Vania, qui a sacrifié toute sa vie à ce faux dieu de Sérébriakov et qui, voyant son avenir désolé et sa vieillesse sans illusions, se révolte contre une existence terne qui a fini par tuer en lui tout rêve de bonheur, tout espoir, toute inspiration, toute poésie.

Et quand tout semblera « rentrer dans l’ordre », du fond même de son désespoir, Vania entendra Sonia lui dire: « Nous devons vivre, mon oncle! Dieu aura pitié de nous et nous nous reposerons alors! NOUS NOUS REPOSERONS! »

Oncle Vania, une fresque lucide toute en nuances et en demi-teintes, des êtres brisés à la recherche des chemins encombrés qui devraient mener au bonheur.

ONCLE VANIA D’ANTON TCHEKHOV
Mise en scène d’Yves Desgagnés
Texte français d’Elizabeth Bourget et René Gingras

Avec Michel Dumont, Henri Chassé,
Jean-Pierre Chartrand, Kathleen Fortin,
Maxim Gaudette, Maude Guérin,
Roger La Rue, Jean-Sébastien Lavoie,
Patricia Nolin, Gérard Poirier,
Catherine Trudeau et Kim Yaroshevskaya.

Décor : Stéphane Roy
Éclairages : Éric Champoux
Costumes : Judy Jonker
Musique : Catherine Gadouas
Accessoires : Normand Blais
Assistance à la mise en scène
et direction de plateau : Claude Lemelin
Conseiller en langue russe: Éric Lozowy

Oncle Vania et

…le bonheur

Oui… cette nuit, l’orage nous aurait réveillés tous les deux; elle aurait eu peur du tonnerre; je l’aurais prise dans mes bras et j’aurais chuchoté: « n’aie pas peur, je suis là. » Oh! Quelles pensées merveilleuses! Si douces!
Vania

…la vie

Nous allons vivre, mon oncle; les épreuves que le sort nous enverra, nous les endurerons. Quand notre heure sera venue, nous mourrons sans nous plaindre et Dieu aura pitié de nous. Nous nous reposerons! Nous nous reposerons!
Sonia

…l’écologie

Les forêts embellissent la terre, elles font comprendre à l’homme ce qu’est la beauté, elles lui donnent le sens de la grandeur.
Astrov
(avec ce personnage, Tchekhov crée
le premier écologiste du théâtre)

ONCLE TCHEKHOV

Je n’ai accusé personne, ni acquitté personne.
Anton Tchekhov

Né le 17 janvier 1860, dans la petite ville de Taganrog en Crimée, fils de marchand et petit-fils de serf, Anton Pavlovitch Tchekhov est élevé dans cette ville. En 1879, il s’inscrit à la faculté de médecine à Moscou où il terminera ses études en 1884. Il se consacre également à l’écriture et commence par publier des contes humoristiques avant de trouver sa voie, celle de romancier et de dramaturge passionné par les brûlants problèmes de la nature humaine. En 1888, paraît sa première pièce: Ivanov. Bientôt Tchekhov devient une gloire de la Russie. Il reçoit le prix Pouchkine; on le courtise, on l’adule, et le public l’aime. Il passe ensuite de nombreuses années dans sa petite propriété de Mélikhovo, près de Moscou, où il écrit la plus grande partie de son œuvre. Sa pièce La Mouette connaît un succès remarquable au Théâtre d’Art de Moscou. Cette pièce scelle la collaboration fructueuse entre Tchekhov, Stanislavski et Némirovitch-Datchenko au Théâtre d’Art où voient le jour Oncle Vania (1899), Les Trois Sœurs (1900) et La Cerisaie (1904). Entretemps, Tchekhov, atteint de la tuberculose, doit se retirer en Crimée d’où il se rend à plusieurs reprises en Allemagne et en France pour se faire soigner. En 1901, il se marie avec Olga Knipper, jeune actrice du Théâtre d’Art qui interprète le rôle de Liobov Andreevna dans La Cerisaie. Tchekhov meurt en 1904 à Badenweiler en Allemagne lors d’un voyage de cure.

YVES DESGAGNÉS

Natif des Éboulements, dans la région de Charlevoix, Yves Desgagnés rêve de devenir artiste peintre avant d’entrer à l’École nationale de théâtre en 1975. C’est là qu’il devient un amoureux inconditionnel de l’oeuvre d’Anton Tchekhov.

Yves Desgagnés, qui est à l’origine de la troupe Tchekhov et de l’aventure artistique exceptionnelle qui réunit la Compagnie Jean Duceppe et le Théâtre du Nouveau Monde, a tenu à s’entourer de comédiens et de concepteurs de grand talent. » J’ai choisi des acteurs que je fréquente et que j’aime. En même temps, les visages se sont imposés, c’est comme ça que je fais mes distributions « , explique celui qui célèbre cette année ses 30 ans de carrière et qui, pour le souligner, s’offre un cadeau magnifique. » Ça fait très longtemps que je rêve de créer une troupe de théâtre. Mon rêve devient enfin réalité. Il ne s’agit évidemment pas d’une troupe permanente comme il en existe en Europe, mais pendant un an, nous nous consacrerons à Tchekhov « .

En 1979, un an après l’obtention de son diplôme en interprétation, il devient titulaire de la section écriture dramatique de l’École nationale de théâtre. Au cours des vingt années suivantes il y sera également, tour à tour, directeur adjoint puis directeur de la section française d’interprétation. Membre de la Ligue Nationale d’Improvisation de 1979 à 1984, comédien, auteur, metteur en scène, Yves Desgagnés est devenu une figure incontournable dans l’univers artistique québécois.

En 1981, il signe sa première mise en scène: Fais-moi mal juste un peu d’Elizabeth Bourget. Puis s’enchaînent d’autres mises en scène qui démontrent rapidement un talent immense et unique. En 1991, il fait son entrée chez Duceppe en mettant en scène Le Prix, l’un des plus beaux textes d’Arthur Miller. L’année suivante, il émerveille les spectateurs en leur offrant sa mise en scène de Sainte Jeanne, l’épopée extraordinaire de la Pucelle d’Orléans, de l’auteur irlandais Bernard Shaw. À l’automne 1993, il réalise un exploit théâtral remarquable et unanimement vanté: Ivanov d’Anton Tchekhov, dont on se rappellera l’immense champ de maïs et l’atmosphère envoûtante et hallucinante. Toujours chez Duceppe, il signe également Après la chute d’Arthur Miller (1994), Les Trois Sœurs d’Anton Tchekhov (1995), dont il adapte le texte français en collaboration avec Louise Roy et Assia De-Vreeze, Le Nombril du monde, une pièce écrite par lui et qu’il met en scène (1997) et Un simple soldat de Marcel Dubé (1998).

Depuis 2005, Yves Desgagnés a ajouté une autre corde à son arc: la réalisation cinématographique. Ainsi, l’an dernier, son film Idole instantanée a été projeté sur les grands écrans. L’été dernier, il réalisait son second film, Roméo et Juliette.

Au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts.

Renseignements et réservations : Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou sur le site… ou via le réseau Admission 514 790-1245 ou sur le site

Billets : 28,52 $ à 45,33 $ (incluant taxes et redevance)

La Compagnie Jean Duceppe
Téléphone : 514 842-8194
Télécopieur : 514 842-1548
ou sur le site
ou info@duceppe.com

La Compagnie Jean Duceppe est subventionnée par Le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des Arts du Canada, Patrimoine canadien, Conseil des Arts de Montréal, TVA, La Presse, Couleur Jazz, CBS Affichage et Télé-Québec.