Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->
pleures2Crédit photo: Yves Renaud

POURQUOI TU PLEURES…?

Texte : CHRISTIAN BÉGIN

Mise en scène : MARIE CHARLEBOIS

Distribution:  CHRISTIAN BÉGIN / MARIE CHARLEBOIS / PIERRE CURZI /   SOPHIE CLÉMENT / PIER PAQUETTE  / ISABELLE NCENT

Équipe  de création: Décor MAX-OTTO FAUTEUX / Costumes ELEN EWING /  Éclairages MARTIN LABRECQUE /

Musique originale PHILIPPE BRAULT / Accessoires CLÉLIA BRISSAUD / Maquillages et coiffures  ANGELO BARSETTI /  Assistance à la mise en scène ALEXANDRA SUTTO    / PRODUCTION THÉÂTRE DU  NOUVEAU MONDE / Une collaboration de Télé-Québec

LA PIÈCE : UNE PASSIONNANTE  SAGA FAMILIALE

La famille Bérubé est réunie après la mort du père afin de faire la lecture du testament et se partager l’héritage. Un héritage de plus de cinq millions, assujetti à des conditions mettant à l’épreuve le système de valeurs de la mère et des quatre enfants. Des rêves et des désirs qui suscitent des scènes à la fois désopilantes et désespérantes, où plane la figure autoritaire du père. Dans un chassé-croisé entre présent et passé, les secrets de famille rejaillissent… Avec cette « tragicomédie grave », Christian Bégin dénonce, par le biais du microcosme familial, les dérives du macrocosme sociétal : corruption, commerce d’armes, montée de l’intégrisme, attentats, évasion fiscale… En démontant allègrement certains préjugés, il excelle dans l’art du non-dit et des répliques qui font mouche à tout coup.

CRITIQUE

Le décor, le patio de la maison de Roger, le comptable de la famille, à qui le père a confié le rôle d’exécuteur testamentaire. Colette, la mère, veut que tout se passe correctement et qu’on soit gentils les uns envers les autres. Mais, comme dans toutes les familles, il y a des tensions.  Christian Bégin a conçu la pièce avec de nombreux flash-backs où chacun interagit avec le père décédé. Pour nous situer, on utilise le son de micros ouverts pour simuler un espace-temps différent. L’effet est réussi mais le son est terriblement agaçant. Par contre, lors d’un flash-back particulier où on utilise de  la musique, l’effet est exactement le même avec l’agacement sonore en moins.

Ce père, ancien entrepreneur en construction, avait l’esprit très tordu. Il a spécifié que les cinq millions et plus qu’il laisse en héritage ne peuvent pas être  partagés à parts égales. Le plus étonnant c’est que ses héritiers se plient à sa volonté bien qu’ils n’aient de comptes à rendre à personne d’autre qu’à eux-mêmes. Les acteurs sont excellents. Pierre Curzi, en père dominant, Sophie Clément, en mère qui désire tant que tout se passe dans la civilité, Marie Charlebois en Manon, la sœur portée sur les bonnes œuvres, et Isabelle Vincent, en France, l’avocate à succès. Quant aux deux frères, Roger (Pier Paquette), le comptable, est beaucoup plus fragile qu’il n’y paraît au début alors que Guillaume, (Christian Bégin), devenu le portrait de son père, cache une profonde blessure sous une très grande assurance.

Finalement, c’est l’histoire d’à peu près n’importe quelle famille qui se rencontre pour la lecture d’un testament… avec $5 millions en moins. L’écriture est du pur Bégin, à la fois lucide et revendicateur.

****

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu

3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

JUSQU’AU 10 DÉCEMBRE

Mardi 19 h 30 Mercredi au vendredi 20 h Samedi 15 h et 20 h

AU THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE                                                      

84 rue Sainte-Catherine Ouest

Réservations 514.866.8668 ou http://www.tnm.qc