Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Non mais quelle belle vie ici !

Quelle belle vie dans ce pays !

Et en l’honneur du géant qui nous abrite, je le nomme, ce pays, le pays d’Utopie.

Puisque tout est parfait ici.

– Le Pèlerin

Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel

Rabelais au TDP

Du 26 septembre au 20 octobre 2018, le Théâtre Denise-Pelletier ouvre sa saison 2018-2019 dans la grande salle avec le géant François Rabelais : Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel, une adaptation de l’auteur Gabriel Plante, mise en scène par Philippe Cyr. Un quatuor de comédiens capables de grands discours, d’irrévérences et d’hilarité interprètera cette pièce truculente : Paul Ahmarani, Nathalie Claude, Renaud Lacelle-Bourdon et Cynthia Wu-Maheux. Rabelais lui-même revivra à travers la voix de Dany Laferrière.

Rabelais. Son œuvre colossale – les romans Pantagruel (1532) et Gargantua (1534) restent les plus connus de nos jours – constitue une corne d’abondance inépuisable non seulement par le nombre de mots et la richesse du vocabulaire, mais aussi par la recherche permanente de calembours et contrepèteries, sans souci pour la grammaire, la bienséance, la bien-pensance et les tabous de toutes sortes. Chez Rabelais, tout est démesure, et la langue est éblouissante. « Mieux est de rire que de larmes écrire ».

Gabriel Plante s’est emparé des trente-trois chapitres de Pantagruel pour créer une fable utopique, une œuvre égrillarde, presque inconvenante, à tendance humaniste.

Synopsis : Un Pèlerin (Paul Ahmarani), qui ne veut plus vivre dans un monde absurde, décide de se jeter dans le ventre du géant Pantagruel. Il y découvre l’endroit idéal pour les loisirs et les aises, les agapes et les ravissements. Sa joie n’est pas éternelle. Son nouvel ami Panurge (Cynthia Wu-Maheux) meurt des suites d’un accident gastrique et ressuscite pour provoquer une guerre intestine dans les boyaux de Pantagruel. Cette guerre a des conséquences épouvantables sur l’estomac du géant et sur le monde chimérique qui s’y trouve.

Grand défenseur de l’éducation, François Rabelais pense qu’il faut réformer la manière d’ingérer toute substance, même intellectuelle. Devinait-il que son univers traverserait les époques et saisirait encore, près de cinq siècles plus tard, nos consciences et notre morale ?

« Pour ce spectacle, je n’ai pas envie de mettre en garde ou de faire la morale, dit le metteur en scène Philippe Cyr. C’est une posture qui m’ennuie. Ce qui me ferait plaisir, par contre, c’est qu’à travers les choix qu’on fait pour monter cette pièce, on réussisse à transmettre la liberté que Rabelais propose par le biais de son imaginaire. Que les spectateurs acceptent cette invitation empreinte d’irrévérence. »

 Quelques notes biographiques

 François Rabelais, écrivain humaniste de la Renaissance, est né près de Chinon en France en 1483 ou 1494 (nul ne le sait exactement) et mort à Paris en 1553. Rabelais, fils d’un avocat, étudie le latin et le grec ; il a d’abord été moine et traducteur avant d’exercer les fonctions de médecin puis d’écrivain. Il a allié, sa vie durant, foi en Dieu, discours anticléricaux, pensée humaniste et sens de la farce. Ses deux principaux héros littéraires, des géants, père et fils, sont issus de la littérature du Moyen Âge.

L’auteur Gabriel Plante a terminé en 2015 sa formation en écriture dramatique à l’École nationale de théâtre du Canada. Depuis 2012, il a créé et produit trois spectacles : Clap Clap, Cube Blanc et Plyball, présentés entre autres à La Chapelle, au OFFTA et aux Chantiers du Carrefour international de théâtre de Québec. Il occupe présentement la fonction de président du Centre des auteurs dramatiques (CEAD) et est codirecteur artistique (avec Félix-Antoine Boutin) de Création dans la Chambre, qui présente cet automne sa vision du Cid de Corneille, coproduit par le Théâtre du Trillium (Ottawa) et La Chapelle / Scènes Contemporaines (Montréal). Il est le récipiendaire du prix Gratien-Gélinas en 2016 pour son texte Histoire populaire et sensationnelle. Il travaille à arracher les récits de leur contexte d’origine pour les présenter sous des angles inattendus et à découvrir de la dramaturgie dans des pratiques sociales qui en apparence n’en comportent guère.

Le metteur en scène Philippe Cyr est diplômé de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. Il a fait ses débuts au théâtre Prospero où il signe ses premières mises en scène, dont Norway Today d’Igor Bauersima. Il complète ensuite une maîtrise en théâtre à l’UQAM, où il travaille sur une adaptation de Mère Courage de Brecht. Par la suite, il met en scène À la croisée des silences de Chloé Sainte-Marie et est aussi du collectif Les petites cellules chaudes qui crée le ishow, Prix de la critique en 2013. L’année précédente, il fonde sa compagnie, L’Homme allumette, et présente au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui Les Cendres bleues, une adaptation du texte poétique de Jean-Paul Daoust, et Selfie, lors d’une résidence de création. Durant la saison 2017-2018, en plus de la reprise de Le brasier, la compagnie présente son dernier projet : Ce qu’on attend de moi, une collaboration avec Gilles Poulin-Denis et la compagnie 2PAR4 de Vancouver ; le spectacle fera l’objet d’une tournée canadienne au printemps 2019. De plus, Philippe signait en 2016 la mise en scène de J’aime Hydro de Christine Beaulieu, un spectacle produit par Porte-Parole et par Champ gauche, qui marque les esprits et est repris pour une troisième saison, entre autres chez Duceppe.

Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel, d’après l’œuvre de François Rabelais

Texte et adaptation : Gabriel Plante / Mise en scène : Philippe Cyr

 Distribution : Paul Ahmarani, Cynthia Wu-Maheux, Renaud Lacelle-Bourdon, Nathalie Claude et la voix de Dany Laferrière.

Assistance et régie : Émilie Gauvin ; scénographie : Odile Gamache ; costumes : Elen Ewing ; lumières : Martin Labrecque ; conception sonore : Frédéric Auger ; conseil dramaturgique : David Paquet.

Une production du Théâtre Denise-Pelletier, à l’affiche du 26 septembre au 20 octobre 2018

Salle Denise-Pelletier du Théâtre Denise-Pelletier, 4353, rue Ste-Catherine Est, Montréal

Billetterie : 514 253-8974 www.denise-pelletier.qc.ca   www.admission.com