Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

QUATRE CRÉATIONS EN UNE SOIRÉE ÉCLATANTE

GAUTHIER DANCE // DANCE COMPANY THEATERHAUS STUTTGART

Beating Virginie Brunelle / We Love Horses Helena Waldmann Infant Spirit Marco Goecke Electric Life Eric Gauthier, Andonis Foniadakis

Première nord-américaine

THÉÂTRE MAISONNEUVE, PLACE DES ARTS 31 oct, 1. 2. 3 nov 2018, 20 h

Rencontre après-spectacle : mercredi 31 octobre + vendredi 2 novembre

Photo (Electric Life) © Regina Brocke.

Un panorama contrasté à travers quatre signatures originales de la danse contemporaine.

Chorégraphe d’origine québécoise et ancien soliste du Stuttgarter Ballett, Eric Gauthier est désormais basé en Allemagne où il dirige avec passion la renommée Gauthier Dance // Dance Company Theaterhaus Stuttgart. Conviant le public à un voyage à travers la création chorégraphique mondiale actuelle, la compagnie présente en première nord-américaine un programme inventif aussi généreux qu’éclectique qui rassemble quatre œuvres inédites.

La jeune et prometteuse artiste montréalaise Virginie Brunelle nous offre Beating, une ode aux complexités de l’amour, suivie de We Love Horses, une pièce désopilante aux accents politiques de la chorégraphe et femme de théâtre berlinoise Helena Waldmann. En troisième lieu, Infant Spirit de l’allemand Marco Goecke est un solo tout en poésie empreint de ses souvenirs de jeunesse profondément marqués par Pina Bausch. Finalement, Eric Gauthier cosigne quant à lui Electric Life, avec le crétois Andonis Foniadakis – un fervent hommage à Louise Lecavalier.

Virginie Brunelle est une jeune chorégraphe de grand talent et en pleine ascension. Danse Danse a choisi de soutenir l’artiste pour l’amener à créer une première œuvre pour la grande scène. C’est ainsi qu’elle signe ici sa première commande artistique provenant d’une compagnie internationale. Beating, coproduite par Danse Danse et Gauthier Dance//Dance Company Theaterhaus Stuttgart, est aussi la toute première pièce de Brunelle à être diffusée au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Pour lui permettre de franchir cette nouvelle étape, Danse Danse l’a accueillie de 2016 à 2018 au sein de son programme Créateur en Mouvement mis en place dans le but d’appuyer et de faire rayonner la création d’œuvres chorégraphiques contemporaines. Créateur en Mouvement propose une manière de vivre la danse autrement. Cette initiative, parmi les deux cents soutenues par le programme Nouveau chapitre du Conseil des arts du Canada, permet au public d’entrer dans les coulisses de la recherche et de la création chorégraphique par le biais de la plate-forme web createurenmouvement.ca où l’on peut suivre l’évolution de la création, des premières répétitions en studio jusqu’à la naissance du spectacle sur scène.

Photo (Beating) © Regina Brocke.

Les œuvres au programme

Beating – Virginie Brunelle

Entre grâce, sensibilité et intelligence Beating s’élance en évocation poétique des relations amoureuses. Des phrases gestuelles fluides à la fois aériennes et tortueuses, déconstruisant les techniques classiques, saisissent l’extase et la complexité de l’amour dans les corps en mouvement.

We Love Horses – Helena Waldman

Dans une danse-théâtre aux accents politiques, Waldman parle sans compromis de l’humain et de sa domestication, de sa soumission et de sa domination.
Entre plaisir, douleur et splendeurs, We Love Horses met en lumière les travers de nos comportements dans une esthétique rebelle, exubérante et désinhibée.

Infant Spirit – Marco Goecke

Marco Goecke déploie un langage gestuel complexe et tout en nuances qui insuffle une élégance nostalgique à sa pièce tissée à même ses souvenirs de jeunesse à Wuppertal, où il a pu découvrir et côtoyer l’iconique Pina Bausch.

Electric Life – Eric Gauthier et Andonis Foniadakis

Entre la ferveur rock et l’élégance du ballet, Gauthier et Foniadakis livrent une œuvre énergique en hommage à l’immense Louise Lecavalier. Traduit par des mouvements fougueux et précis découpés par des éclairages qui en épousent le rythme, l’incandescence de cette artiste québécoise – qui a renversé les stéréotypes de la danse – est à l’honneur.

Photo (Infant Spirit)  © Regina Brocke.

Eric Gauthier et Gauthier Dance//
Dance Company Theaterhaus Stuttgart

Originaire de Montréal, Eric Gauthier a été formé à l’école des Grands Ballets Canadiens et à l’École nationale de ballet du Canada à Toronto. En 1995 il rejoint le Ballet national du Canada sous la direction de Reid Anderson. En 1996, lorsque ce dernier prend la direction artistique du Ballet de Stuttgart, il invite Gauthier à le suivre. Celui-ci y interprète des rôles dans de nombreux ballets classiques mais se démarque surtout comme danseur contemporain, notamment dans des œuvres de Hans van Manen, John Neumeier, Jiří Kylián, Nacho Duato, Paul Lightfoot, James Kudelka et surtout de William Forsythe. En 2002 Eric Gauthier devient soliste de la compagnie.

En 2007, Eric Gauthier a été invité à fonder sa propre compagnie de danse au Theaterhaus Stuttgart. Gauthier Dance//Dance Company Theaterhaus Stuttgart a rapidement gagné une grande notoriété en Allemagne et à l’international. Au cours des dernières années, la compagnie est passé de 6 à 16 danseurs et donne actuellement environ 100 représentations par an, présentant des oeuvres de Gauthier et de célèbres chorégraphes invités tels que Mauro Bigonzetti, William Forsythe et Hans van Manen.

One of the most inventive, entertaining and thrilling dance companies.  – Ken Ross, Mass Live

Photo (We Love Horses) © Regina Brocke.

Virginie Brunelle

C’est par la musique que Virginie Brunelle atterrit dans le monde de la danse. Née en 1982 en Montérégie, la chorégraphe consacre son enfance au violon. C’est portée par ce savoir musical, par la puissance du rythme et le plaisir de l’interprétation qu’elle s’éprend de la danse contemporaine lors de ses études à l’UQAM. En 2008, fraîchement diplômée, elle crée Les cuisses à l’écart du cœur, une chorégraphie pour sept danseurs, qui remporte, entre autres, la Bourse RIDEAU 2009 du Festival Vue sur la Relève. Armée de ce premier succès, elle fonde sa compagnie éponyme en 2009 (Compagnie Virginie Brunelle) et se consacre, la même année, à la création de sa deuxième pièce, Foutrement, qui remporte le prix du public du CAM en tournée (2017). En 2011, Virginie Brunelle ouvre la saison d’automne du théâtre La Chapelle avec son troisième opus, Complexe des genres, qui obtient le deuxième prix au Concours international de chorégraphie Aarhus du Danemark. Trois ans plus tard, elle présente PLOMB et, en 2016, elle crée À la douleur que j’ai. Ces quatre pièces font l’objet de tournées internationales et circulent en Europe et au Canada. Virginie Brunelle démontre qu’elle est une chorégraphe alchimiste, qui se plait à fusionner symboles, théâtre, narration, mouvements et musique. En empruntant à la danse classique des gestuelles qu’elle s’amuse à salir et à détourner, Virginie Brunelle entraîne le spectateur dans une expérience puissante, immersive et troublante.

At 34, Brunelle is among the brightest lights of a new generation of Montreal contemporary dance makers. – Victor Swvoboda, Montreal Gazette 

Helena Waldmann

La chorégraphe, scénographe et metteure en scène indépendante allemande Helena Waldmann est née à Burghausen en 1962 et vit à Berlin. Dès ses études théâtrales à Giessen, elle n’hésite pas à mettre le doigt sur des problèmes sociaux dans des spectacles qui débordent du cadre de la danse-théâtre, et elle ne cessera jamais de le faire tout au long de sa carrière. Que ce soit dans ses premières œuvres présentées dans les théâtres d’État allemands dans les années 90, sous la direction de maîtres comme Heiner Müller, George Tabori et Gerhard Bohner, pendant de nombreuses années au Mousonturm de Francfort ou dans des œuvres de commande produites en collaboration avec des théâtres et des festivals allemands et internationaux. Ses nombreux voyages lui ont inspiré des œuvres, telles Return to Sender, commentaire sur la politique d’immigration européenne interprété par six Iraniennes exilées; et Feierabend! – das Gegengift, délirant et anarchique antidote à la dictature de notre méritocratie moderne. Dans son captivant BurkaBondage, elle présente le voile musulman et le bondage japonais dans un rapport oscillant entre entrave et protection. Get a Revolver, solo sur la démence présenté à Danse Danse en 2014, est une célébration de l’oubli dans lequel Helena Waldmann décèle un possible bonheur. We Love Horses est son premier travail pour Gauthier Dance//Dance Company Theaterhaus Stuttgart.

Andonis Foniadakis

Andonis Foniadakis est née et a grandi sur l’île de Crète en Grèce. Après sa formation à l’École nationale de danse d’Athènes et à l’école Rudra Béjart de Lausanne, il a dansé de nombreuses pièces de Béjart et a également chorégraphié plusieurs œuvres pour le Béjart Ballet. Il a ensuite dansé pour le Ballet de l’Opéra de Lyon et  Saburo  Teshigawara  /  Karas Company. En tant que membre du Ballet de l’Opéra de Lyon, il a interprété des œuvres de Nacho Duato, de Mats Ek, de William Forsythe, de Bill T. Jones, de Jiří Kylián, de Maguy Marin et d’Ohad Naharin. En 2003, Foniadakis a fondé sa compagnie Apotosoma – Andonis Foniadakis, basée à Lyon. Il a également chorégraphié pour les compagnies Aterballetto, Tanz Luzerner Theater, Sydney Dance Company, CCN Ballet de Lorraine, Martha Graham Dance Company, Cedar Lake Contemporary Ballet, Geneva Ballet, Bern Ballet, Ballet du Rhin, L.A. Dance Project de Benjamin Millepied, Ballet de l’Opéra de Lyon, la National Dance Company of Wales et BJM – Les Ballets Jazz de Montréal. Foniadakis a de plus été invité à chorégraphier trois opéras : Théâtre des Champs Elysées Paris – Castor et Pollux de Rameau, Opéra National du Rhin – Les Boréades de Rameau, GRAME Lyon – Il canto della pelle de Claudio Ambrosini.

Marco Goecke

Né à Wuppertal, en Allemagne, en 1972, Marco Goecke reçoit sa formation de danseur à la Fondation Heinz-Bosl de Munich, ainsi qu’au Conservatoire royal de La Haye. S’en suivent des engagements au Staatsoper Berlin puis au Théâtre Hagen. C’est ici que Goecke crée sa première chorégraphie en 2000. Il a été invité à chorégraphier pour de nombreuses compagnies internationales, comme les Ballets de Monte Carlo, le Ballet national de Norvège, le Pacific Northwest Ballet Seattle et le Staatsballett Berlin. De 2005 à 2018, Goecke est chorégraphe en résidence au Ballet de Stuttgart, entre 2006 et 2011 au Scapino Ballet Rotterdam et depuis 2013, il est également chorégraphe associé au Nederlands Dans Theater. Il a créé plus de 60 chorégraphies, dont plusieurs ont été reprises, notamment par le Scapino Ballet, le Gärtnerplatztheater Munich Ballet, la Compañia de Dança de São Paulo, le Ballet National du Canada et les Grands Ballets. Marco Goecke a reçu de nombreux prix internationaux prestigieux et il est considéré comme un des chorégraphes les plus importants de sa génération. Marco Goecke sera chorégraphe en résidence à Gauthier Dance dès 2019.

GAUTHIER DANCE EN TOURNÉE
Centre culturel de l’Université de Sherbrooke (6 nov. 2018)
Théâtre Hector-Charland, L’Assomption (8 nov. 2018)
Grand Théâtre de Québec (13 nov. 2018)

Billetterie de la Place des Arts : 514 842.2112 | 1 866 842.2112

Billets à partir de 36 $    Tarif 30 et moins disponible

ATELIERS DE DANSE POUR TOUS

Virginie Brunelle

28 oct. 2018, 14 h – CCOV – Centre de Création O’Vertigo

Eric Gauthier

3 nov. 2018, 14 h – sur la scène du Théâtre Maisonneuve

INFOS + BILLETS

PROCHAIN SPECTACLE

TENTACLE TRIBE

Ghost

Cinquième Salle, Place des Arts
13 au 17 novembre 2018 – 20 h

Photo © Alexandre Gilbert. Interprètes Victoria Mackenzie, Rahime Gay-Labbé, Marie-Reine Kabasha, Elon Höglund, Mecdy Jean-Pierre, Emmanuelle Lê Phan.

Extraits vidéo, photos, crédits complets et autres hyperliens pertinents sur :

DANSEDANSE.CA