Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Le dimanche 16 avril 2006, 19 h 30

« Quelque part, n’importe où » avec Philippe Sizaire

Les Dimanches du conte sont animés par Jean-Marc Massie
et présentés au Sergent Recruteur

Les histoires de Philippe Sizaire sont des récits du quotidien, mais d’un drôle de quotidien qui n’est jamais loin du merveilleux. Un patron de café sent la petite souris de l’ennui grignoter dans son coeur, un préleveur et vérificateur de mise aux normes européennes des confettis de couleur trouve une heure perdue qui va changer sa vie, un gars de n’importe où rencontre une fille de quelque part…

Contemporains et intemporels à la fois, ces contes se situent quelque part entre Jacques Prévert, Boris Vian et Tim Burton, entre mots bien sentis et poésie surréaliste. Ils empruntent des chemins buissonniers pour nous ramener à la nécessité d’être éternels élèves à l’école libre de nous-même, et entrent par effraction dans les oreilles pour y déposer quelques graines d’envie d’encore.

Philippe Sizaire

Philippe Sizaire par lui-même : «Je suis né, donc. C’est grâce à Brassens que je raconte. Quand j’étais petit, Brassens me chantait des histoires. Je les aimais. Plus tard, je les ai comprises. J’ai retenu la leçon d’exigence du bon maître. « Mourir pour des idées », non. Mais vivre de ses convictions et les changer en un art qui pour être qualifié de mineur n’en est pas moins essentiel. Depuis trois ans, avec la compagnie aiMe les mots dits, je suis allé de café en théâtre, de festival en bibliothèque, d’école en place de village, de rue en sentier forestier. Mes histoires sont nées et se sont transformées au contact des gens qui les écoutaient, au fil des rencontres. Elles ont hâte de vous connaître.»

Ce que les médias en ont dit

« Quelle jolie soirée que celle passée à écouter Philippe Sizaire ! Quand je suis parti, doux sourire aux lèvres, je me sentais meilleur. C’est dire à quel point ces artistes-là sont indispensables. » -Vincent Cambier, Rue du Théâtre, mars 2005.

» L’émotion guette au détour de chaque histoire, de chaque phrase, de chaque silence. Prenant le public à témoin, le conteur frissonne d’émoi, tricote l’humour, conjugue la poésie en quête d’un ailleurs pour ses personnages. Son théâtre d’ailleurs n’a pas fini d’étonner « – Presse Océan, novembre 2003.

» Un spectacle atypique, ludique et profond, qui touche les spectateurs par sa sensibilité et son rythme. » -Ouest France, juillet 2005.

Les meilleurs moments des Dimanches du conte sont radiodiffusés sur les ondes de CIBL 101,5 FM à l’émission
« Aux portes du conte », chaque mercredi à 19h.

Au Sergent Recruteur
(4801 rue St-Laurent
Tél. 514. 287 1412

Resto-bar non-fumeur, le Sergent recruteur offre une impressionnante variété de bières et de pizzas maison.

10$ contribution volontaire suggérée