Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Dernière représentation ce soir à 20 h

Dans Relation publique, la chorégraphe vénitienne Caterina Sagna égratigne, sans états d’âme, l’acte de création. Elle tourne en dérision le discours pompeux entourant l’art chorégraphique. Il reste alors une danse-théâtre épurée, incarnée prodigieusement par des interprètes complices d’une mascarade caustique et décalée.

Chorégraphie : Caterina et Carlotta Sagna
Rencontre présentée par : Vivianne de Muynck
Avec : Alessandro Bernardeschi, Claire Croizé, Lisa Gunstone, Antonion Montanile, Maurio Paccagnella, Ina Geerts et Caterina Sagna
Dramaturgie : Roberto Fratini Serafide
Costumes : Tobia Ercolino
Régie lumière : Philippe Gladieux
Régie son : Nuccio Marino
Administration : Dominique Mahé
Production : Associazione Compagnia Caterina Sagna

Un spectacle qui s’ouvre sur une troupe qui répète, sans direction, sur une musique de foire. Une présentatrice nous explique par des phrases très branchées comment se passe la création. Elle invite la chorégraphe à se joindre à sa troupe. Soudain on apporte une table, des chaises et l’événement tourne en conférence de presse. Et pendant cette conférence, les danseurs répètent et la chorégraphe les surveille du coin de l’œil jusqu’à ce qu’elle en ait marre de cette conférence et qu’elle décide de les prendre en main.

Nous avons eu droit à de nombreux moments très drôles où j’ai ri de bon cœur mais nous avons surtout vu des bijoux de performance de la part des danseurs.

J’ai particulièrement aimé le numéro du début où les mouvements de bras du danseur me semblaient particulièrement difficiles à réaliser mais si merveilleux à voir. Un numéro où tous les danseurs portaient la jupe et exécutaient des culbutes sur une grande valse m’a totalement charmé.

Un danseur a manié une danseuse à l’aide de cordes imaginaires comme une marionnette. La coordination de leurs mouvements était si parfaite qu’il était difficile de croire qu’il n’y avait pas quelques petites ficelles entre leurs membres.

La musique est devenue plus tzigane et plus orientale et la chorégraphe nous a amenés dans des pays étrangers, costumes à l’appui. Le rythme s’est intensifié graduellement jusqu’à ce que nous soyons envoûtés.

Je suis sortie de la salle complètement ravie et je n’étais pas la seule à avoir un sourire béat accroché aux lèvres.

À la Cinquième Salle de la Place des Arts.

Renseignements et réservations : Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou sur le site

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément