Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Mosaïque au chien
REVIVEZ POMPEII
AU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL
La plus importante exposition au Québec
sur la cité romaine
du 6 février au 5 septembre 2016

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) fera renaître Pompéi, du 6 février au 5 septembre 2016, dans la plus importante exposition jamais présentée au Québec sur cette ville emblématique de l’Empire romain, au moment de l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère.

L’exposition est organisée en partenariat par le Musée
royal de l’Ontario, Toronto, et le Musée des beaux-arts
de Montréal, en collaboration avec le Museo Archeologico Nazionale di Napoli et la Soprintendenza Pompei.

La sélection de plus de 220 oeuvres parmi les mieux conservées, provient du Musée archéologique national de Naples, le plus important dépôt d’objets archéologiques, ainsi que du site de Pompéi qui relève de la Soprintendenza Pompei. Quelques oeuvres proviennent de la cité voisine
d’Herculanum.

Le MBAM inaugure l’exposition en présence du professeur Stefano Vanacore, directeur du laboratoire de restauration de Pompeii (Soprintendenza Pompei), de son excellence Gian Lorenzo Cornado, ambassadeur d’Italie, de M. Enrico Padula, consul général d’Italie à Montréal, et de M. Filippo Lonardo, consul d’Italie à Montréal.

Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef au MBAM souligne : « Pour tous ceux qui ont visité les sites de Pompéi et d’Herculanum, une impression étrange marque à jamais leur mémoire, une impression de familiarité avec ces habitants, de similitude avec ces monuments, de proximité avec ces objets quotidiens, une émotion face au drame de ces corps moulés… C’est pourquoi je souhaitais imaginer pour Montréal, au-delà de la rareté des vestiges, de la préciosité des objets et du nombre de prêts généreusement consentis, forcer une évocation immersive grâce à une scénographie singulière. »

Grâce aux sections thématiques et aux installations immersives imaginées pour le MBAM, l’exposition propose un voyage à travers le temps et l’espace, quand passé et présent se répondent, une occasion d’imaginer la vie quotidienne à Pompéi au moment où s’est produit le drame, en 79 apr. J.-C.

Paul Denis, commissaire principal de l’exposition et conservateur adjoint au Musée royal de l’Ontario, explique : « L’exposition sur Pompéi nous offre une perspective incomparable sur les sphères publique, privée et intime des Romains qui y vivaient il y a deux mille ans. »

Laura Vigo, archéologue italienne au MBAM, et co-commissaire de l’exposition explique : « Je n’avais que huit ans, mais moi aussi, j’ai été fascinée par Pompéi. Je me revois marchant dans ces rues d’un autre âge, explorant du regard ces résidences autrefois majestueuses à travers leurs murs en ruines, portant les yeux sur ces fresques et même sur les moulages des victimes, leur ultime souffle coupé par la furie du Vésuve. Pour l’enfant que j’étais – et même encore maintenant pour l’adulte que je suis –, c’était comme si je pouvais prendre conscience, à travers ces ombres fugitives, de la vie antique telle qu’elle était, deux mille ans avant moi. Là est le charme pénétrant de Pompéi.»

L’exposition présente les habitants de Pompéi, leur histoire, leur goût pour la vie et même une certaine volupté comme en témoignent les 220 oeuvres. Cet ensemble varié et exhaustif
comprend des fresques, des mosaïques et des statues en différents matériaux (bronze, terre cuite et marbre), des accessoires de luxe et des pièces d’argenterie, des ustensiles courants, des objets religieux, des instruments de musique, des articles de jeux et de sport, sans oublier une superbe sélection d’objets d’art érotique provenant du Cabinet secret du Musée archéologique national de Naples.

Le MBAM ajoute trois pièces à l’escale montréalaise du Musée archéologique national de Naples pour montrer l’importance de l’activité physique et la mise en forme pour les Pompéiens : les fragments d’une fresque de lutteurs, un strigile (un racloir pour la peau) et un Aryballos (une bouteille d’huile à massage). L’exposition inclut également quelques oeuvres du MBAM, soit de la très belle collection Harry A. Norton de verrerie romaine datant du 1er siècle et quelques monnaies
récemment acquises du Dr Demers.

LE PARCOURS : UNE VILLE FIGÉE DANS LE TEMPS
En 88 apr. J.-C., quelques années seulement après l’éruption du Vésuve, le poète Stace réfléchit à l’avenir de Pompéi. Sans remettre en doute le pouvoir du retour de la vie, il se demande si les futures générations conserveront le souvenir de la catastrophe. Pendant plus de seize siècles, la ville reste enfouie sous plusieurs mètres de cendre durcie et quelque 200 coulées de lave qui la recouvrent, son nom tombant dans l’oubli. Même si le Vésuve demeure actif (sa dernière éruption remonte à 1944), Pompéi renaîtra de ses cendres et deviendra l’une des plus fascinantes découvertes archéologiques de l’histoire.

Grâce aux effets visuels et sonores créés pour la présentation montréalaise, l’exposition offre en même temps une expérience multisensorielle et immersive permettant d’imaginer le quotidien de cette ville jusqu’à ses heures les plus critiques.

La rue
Le visiteur est invité dans une rue animée de cette ville romaine provinciale, jadis prospère, dans ses marchés, ses temples et, surtout, il côtoie ses habitants, sculptés dans le marbre pour la postérité.

Les loisirs
L’exposition révèle la passion des habitants de Pompéi pour la musique, le théâtre, le jeu, les exploits sportifs et, enfin, l’éros. Leur désir de profiter pleinement de la vie est à l’image de cette déclaration du poète Horace, vers 22 av. J.-C. : « Carpe diem, quam minimum credula postero »
[Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain].
Des figures d’acteurs mi-grandeur, des instruments de musique, des accessoires de gladiateurs et des statues d’athlètes ainsi que de l’art érotique, notamment la fameuse fresque d’un satyre et d’une nymphe, mettent en lumière leur art de vivre.

La maison
Dans l’espace intime de la maison – de l’atrium (entrée) au
cubiculum (chambre à coucher), en passant par le triclinium (salle à manger) –, se dévoile notamment la femme : son rôle dans la société, ses goûts vestimentaires, son aspiration au luxe avec les parfums et les bijoux.
Dans la salle des banquets évoquée par un cadre élégamment décoré de mosaïques, de fresques, de lampes et de meubles, «vous serez séduits par la fraîcheur de ces morceaux vieux de deux mille ans et par les sonorités colorées des instruments de musique de l’époque romaine », souligne François Filiatrault, consultant en musiques anciennes pour le MBAM.

Le jardin
Le visiteur découvre ensuite un jardin, exemple de la symbiose entre l’illusion de l’image et la réalité naturelle, entre l’art et la nature, et une splendide et mystérieuse sculpture de bronze – l’une de cinq danseuses retrouvées dans la célèbre Villa dei Papiri (Villa des Papyrus) à Herculanum au XVIIIe siècle. Cette danseuse (péplophore), prise en train d’attacher – ou de détacher ? – sa tunique (péplos), nous fixe de ses yeux ivoire perçants qui tranchent sur son teint de bronze.

L’éruption
Une évocation multimédia plonge le public dans le déroulement de l’éruption du Vésuve survenue en 79 apr. J.-C., au fil d’une interprétation contemporaine créée par la firme montréalaise Graphics eMotion, des différentes phases du cataclysme naturel qui s’est abattu dix-neuf heures durant sur Pompéi. Le spectateur pourra suivre l’éruption, depuis les premières secousses jusqu’aux nuées ardentes qui ont scellé à jamais le sort d’approximativement 1 500 habitants.
Une célèbre mosaïque du chien de garde et le moulage du corps d’un chien prisonnier de ses chaînes évoquent le drame.

La redécouverte
Pompéi renaît de ses cendres à travers les vestiges de cette tragédie humaine et d’une dizaine de moulages exposés en contrepoint d’une oeuvre récente du vidéaste français contemporain Laurent Grasso, Soleil noir, 2014 ; ce court métrage est filmé par un drone qui survole notamment
les ruines de Pompéi.
La redécouverte du site à partir du XVIIe siècle et surtout, l’important rôle joué par Giuseppe Fiorelli, le directeur des fouilles qui, en développant la technique du moulage, a redonné vie à Pompéi à la fin du XIXe siècle, seront expliqués.

Des documentaires ou reconstitutions complètent la présentation :
– Eruption of Mt. Vesuvius! Castle Films, mars 1944, 9 min 27 s. Periscope Film LLC
– A Day in Pompeii, 2009, 8 min 39 s. © 2010 Zero One Animation and Melbourne Museum
– 79 A.D. Pompei: A Virtual Tour with Reconstructions of Herculaneum, 2014, 20 min 30 s.

ARCHEOLIBRI COMMISSARIAT ET SCÉNOGRAPHIE
Le commissariat est assuré par Laura Vigo, archéologue et conservatrice au MBAM, sous la direction de Paul Denis, commissaire principal et conservateur adjoint au Musée royal de l’Ontario, avec la collaboration de Kate Cooper, conservatrice adjointe et chercheure universitaire
spécialisée en archéologie classique au Musée royal de l’Ontario.
Pour cette scénographie complexe exclusive à Montréal, imaginée avec Nathalie Bondil et Laura Vigo, Sandra Gagné, chef de la Production des expositions du MBAM, a engagé plusieurs firmes, artistes et designers :
– L’atelier d’architecture In Situ pour les aménagements muséographiques ;
– Graphics eMotion a créé une expérience où l’émotion jaillit des formes : ciel étoilé, pluie dans l’impluvium, projections de jeux d’ombre et d’effets sonores d’un jardin, éruption
volcanique immersive…
– La salle des banquets est animée d’une trame sonore conçue à partir de papyrus retrouvés dans la ville égyptienne d’Oxyrhynque qui datent des IIe et IIIe siècles. Les extraits sélectionnés par François Filiatrault, consultant en musiques anciennes, sont joués par l’Ensemble De Organographia (Pandourion Records).
– Un lustre conçu par la designer Lysanne Pépin surplombe le triclinium de la salle des banquets.
– Soleil noir de Laurent Grasso (film en 16 mm, réalisé en 2014 pour l’exposition Soleil double) survole, à l’aide d’un drone, les allées désertes de Pompéi et les hauteurs lunaires
et menaçantes de Stromboli, un volcan italien toujours en activité dans les îles Éoliennes.

ESPACE FAMILLE CARPE DIEM
ET AUDIOGUIDE POUR ENFANTS

Pour répondre aux besoins grandissants des visites en famille, le MBAM intègre pour la première fois un espace famille à la sortie de l’exposition Pompeii. Ce lieu ludique et multifonctionnel proposera toute une gamme d’activités : atelier d’art, espace de lecture, dispositif participatif, démonstrations, films…
Un audioguide est également disponible pour les familles. Il compte 10 histoires inspirées par les objets phares de l’exposition…
Une occasion unique de vivre une expérience parent-enfant de qualité en complément de la visite de l’exposition.

SITE MOBILE
Avec l’exposition Pompeii, le MBAM offre à nouveau un site mobile pratique pour le visiteur. Cette fonctionnalité permet de consulter facilement, au moyen de son téléphone cellulaire ou de sa tablette, les panneaux explicatifs et les commentaires des oeuvres en salle. Disponibles en français
et en anglais, les textes ont été rédigés par Laura Vigo, commissaire de l’exposition WWW.MBAMPOMPEI.com

CONFÉRENCES
CONCERTS SALLE BOURGIE

Au rythme des chants napolitains, la salle Bourgie présente ses 5 concerts en lien avec Pompeii :
1. Naples la sensuelle avec Les Boréades
2. Airs d’opéras napolitains avec les oeuvres de Leo, Porpora, A. Scarlatti et Vinci
3. Le Strade del Cuore, avec le célèbre ténor italien Marco Beasley, qui offre un voyage au
royaume des Deux-Siciles et sur les routes du Vésuve.
4. Pulcinella avec l’ensemble Fuoco E Cenere proposant un mélange hilarant de la délicieuse
musique de Pergolesi et de l’art de la buratinaio.
5. Fabio Bonizzoni, le grand claveciniste italien, propose un récital consacré aux maîtres
napolitains.

Musée des beaux-arts de Montréal
Pavillon Jean-Noël Desmarais
1380 rue Sherbrooke Ouest

Renseignements : 514.285.2000
www.mbam.qc.ca

REMERCIEMENTS
Ce projet a été rendu possible grâce au généreux soutien de RBC, présentateur de l’exposition, en collaboration avec Metro ainsi que Moira et Alfredo Romano. Le Musée reconnaît l’apport essentiel de l’Association des bénévoles du Musée, Air Canada, Bell, Ciot, Tourisme Montréal, Zonin, Il gruppo dell’arte – Judith Bérard et Jean Rizzuto, La Presse et Montreal Gazette.
Le Musée remercie le ministère de la Culture et des Communications du Québec ainsi que le Conseil des arts du Canada pour leur aide indéfectible. L’exposition a aussi reçu le soutien du ministère du Patrimoine canadien par le biais du Programme d’indemnisation pour les expositions
itinérantes au Canada. Le programme d’expositions internationales du Musée bénéficie de l’appui financier du fonds d’expositions de la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal et du fonds Paul G. Desmarais.

Le Musée remercie également ses guides bénévoles pour leur appui inconditionnel, ainsi que tous ses membres et les nombreuses personnes, entreprises et fondations qui lui accordent leur soutien, notamment la Fondation de la Chenelière dirigée par Michel de la Chenelière et la
Fondation Arte Musica présidée par Pierre Bourgie, pour leur générosité.
Que toutes les personnes qui ont permis la réalisation de cette exposition, grâce à leur concours, leur encouragement et leur contribution, trouvent ici l’expression de notre gratitude.