Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->


Les 25, 29 septembre & 2, 4, 7 octobre 2010 à 20 h, & 9 octobre à 14 h

RIGOLETTO
de Giuseppe Verdi
LE BOUFFON… BOUFFÉ !

L’Opéra de Montréal lance sa 31e saison avec le 17e opéra de Giuseppe Verdi, RIGOLETTO. Cette production du San Diego Opera, créée pour le New York City Opera, nous plonge dans un drame intense de passion, de trahison, d’amour filial, de vengeance et de mort dans un amalgame parfait entre la richesse mélodique, le pouvoir dramatique et la grande force réaliste d’une écriture musicale en symbiose avec la psychologie des personnages.

Dans ses débuts à la compagnie, le baryton anglais Anthony Michaels-Moore incarnera le bossu Rigoletto, alors que le rôle du Duc de Mantoue sera tenu par le ténor canadien David Pomeroy (Tosca 2010). Ils partageront la scène avec la soprano
américaine Sarah Coburn dans le rôle de Gilda, ainsi qu’avec deux artistes qui font leurs débuts à l’Opéra de Montréal, la
basse vénézuélienne Ernesto Morillo (Sparafucile), et la mezzo-soprano canadienne Lauren Segal (Maddalena).

Pour mettre en lumière cette production du San Diego Opera, l’Opéra de Montréal a confié la mise en scène à François
Racine (Barbe-Bleue/Erwartung 2004). Les décors et les costumes sont signés par l’Anglais Carl Toms (1927-1999), et les éclairages par Anne-Catherine Simard-Deraspe. À sa première présence à la compagnie, le chef canadien Tyrone Paterson dirigera l’Orchestre Métropolitain et le Choeur de l’Opéra de Montréal.

Sur un livret de Francesco Maria Piave, Rigoletto s’est d’abord buté à la censure, la même qu’avait connue Victor Hugo à la création de sa pièce Le roi s’amuse (1832) dont Rigoletto est tiré. Mais Verdi persiste et signe : « Le sujet est grand, immense et le personnage principal est l’une des plus fières créations du théâtre mondial », avait-il écrit à son librettiste en 1850. Il
devra modifier plusieurs parties de l’oeuvre (dont le titre original devait être La Maledizione), la satire d’une certaine monarchie française ne passant pas la rampe des bien-pensants de l’époque…

Formant avec Le Trouvère et La Traviata la trilogie populaire du compositeur, Rigoletto est bel et bien une des oeuvres charnières de Verdi où est perceptible sa nouvelle manière, qui mise alors sur la continuité dramatique et une expressivité plus naturelle, plutôt que sur les airs et ensembles. Le rôle de Rigoletto, personnage complexe, torturé et instable, est d’un réalisme percutant. Gilda est nettement plus lyrique et demande à l’interprète polyvalence et virtuosité, du lyrique au
dramatique. Et si plusieurs des airs connus sont chantés par le ténor (Questa o quella, Possente amor, La donna è mobile), personne ne peut résister au puissant et dramatique quatuor de l’acte III (Bella figlia dell’amore), l’un des sommets du répertoire. Avec une partie orchestrale riche, ses nombreux effets sonores, ses récitatifs et envolées lyriques, Verdi repousse assurément les limites de l’opéra romantique italien.

ARGUMENT
L’action se situe à Mantoue, au XVIe siècle. Lors d’un bal au palais ducal, Rigoletto (bouffon bossu du Duc de Mantoue) se
moque du Comte Ceprano dont la femme est courtisée par le duc, libertin cynique et grand coureur de jupons. Il se moque
aussi de Monterone qui fait irruption pendant le bal, dont la fille a été séduite également par le duc. Monterone va alors
maudire le duc et Rigoletto. Puis, c’est au tour de Gilda, la propre fille de Rigoletto, qu’il garde enfermée à l’abri des regards des courtisans, d’être séduite par le duc. Puisque tous croient que Rigoletto a une maîtresse, qui est nulle autre que sa fille !

Ceprano et sa bande décident d’enlever Gilda et de l’amener au duc. Rigoletto découvre le complot, et fou de rage jure de
venger sa fille. Il fait appel à Sparafucile, un tueur à gages. La soeur de ce dernier, Maddalena, séduite aussi par le duc, l’entraîne dans une auberge, mais elle persuade son frère d’épargner le beau jeune homme. Sparafucile accepte et décide de tuer à sa place la première personne qui se présentera, avant minuit, à l’auberge. Ayant surpris l’entretien, Gilda décide de se sacrifier: déguisée en homme, elle frappe à la porte de l’auberge et est poignardée. À minuit, Rigoletto reçoit comme convenu le sac censé contenir le cadavre du duc, mais déchirant la toile, il découvre sa fille agonisante. La malédiction de Monterone s’est accomplie…

Opéra : Rigoletto de Giuseppe Verdi
Genre : Mélodrame
Structure : En trois actes
Langue : En italien avec surtitres français et anglais
Livret : Francesco Maria Piave (d’après Le roi s’amuse de Victor Hugo)
Création : La Fenice de Venise, le 11 mars 1851
Production : San Diego Opera, créée pour le New York City Opera
Dernière présentation à l’Opéra de Montréal : 2003

31e saison / 2010-2011
AUTOUR DE RIGOLETTO

Nouvelle série Place à l’opéra à la Grande Bibliothèque et au Centre Segal des arts de la scène
L’Opéra de Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec et le Centre Segal des arts de la scène s’associent pour présenter Place à l’opéra, une nouvelle série de conférences animées par le musicologue Pierre Vachon autour des productions de l’Opéra de Montréal et de l’opéra en général. La première conférence aura lieu le jeudi 16 septembre à 19h30, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque, et portera sur l’opéra allemand, son histoire, ses oeuvres, ses compositeurs. Invité : François Tousignant (D. Mus.), compositeur et ex-critique au quotidien Le Devoir. Cet entretien sera repris en anglais le mardi 21 septembre à 19 h 30 à l’Espace Cinéma du Centre Segal des arts de la scène.

MétrOpéra autour de l’opéra italien par les chanteurs de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Date : le mercredi 22 septembre à 16 h 45, station Berri-UQAM. Gratuit.

PréOpéra – conférence sur l’oeuvre, donnée par le musicologue Pierre Vachon avant chaque représentation, à 18 h 45 (soirée)
ou 12 h 45 (matinée), au Piano Nobile de la PDA.

JOURNÉES DE LA CULTURE
Visite des coulisses de la production de Rigoletto et de l’atelier de costumes : samedi 25 septembre de 11 à 15 h 30.

Place des Arts, salle Wilfrid-Pelletier
– Hommage lyrique à Borduas : Musée d’art contemporain, de 13 h à 17 h, avec les chanteurs de l’Atelier lyrique.

LES CHANTEURS
Rigoletto
ANTHONY MICHAELS-MOORE, BARYTON (R.-U.)

Il chante régulièrement sur les grandes scènes du monde dont le Royal Opera House, Covent Garden, le Teatro alla Scala,
l’Opéra d’État de Vienne, le Metropolitan Opera, le San Francisco Opera, l’Opéra national de Paris et le Deutsche Oper Berlin.
Rôles récents : Rigoletto, Scarpia (Tosca), Marcello (La bohème), Alfio (Cavalleria rusticana), Simon Boccanegra, Renato (Un bal masqué), Iago (Otello), Francesco Foscari (I due Foscari), Enrico (Lucia di Lammermoor) et Ford Falstaff). Discographie : plusieurs titres sous étiquettes BMG Classics, Deutsche Grammophon, Teldec Classics, Philips Classics, Chandos. Débuts à la compagnie.

Le Duc de Mantoue
DAVID POMEROY, TÉNOR (CANADA)

Ses rôles cette saison sont Edgardo (Lucia di Lammermoor ) au Calgary Opera, le rôle-titre dans Les contes d’Hoffmann au Florida Grand Opera et Alfredo (La traviata) au Vancouver Opera. Aussi, récemment : Rodolfo (La bohème) et Pinkerton (Madama Butterfly) au Canadian Opera Company, Don José (Carmen) au Vancouver Opera, Stefano (Filumena) au Calgary Opera, à Banff, Ottawa et Edmonton, le rôle-titre dans Les contes d’Hoffmann au Metropolitan Opera, Ruggero (La rondine) au Michigan Opera Theatre et Ladislov (The Two Widows) au Scottish Opera. À titre de soliste : avec la plupart des grands orchestres canadiens. Discographie : sous étiquette Centrediscs. Dernière présence à la compagnie : Tosca (2010).

Gilda
SARAH COBURN, SOPRANO (É.-U.)

Le magazine Opera News écrit à son sujet qu’elle est «merveilleusement sublime». Sarah Coburn captive l’auditoire avec sa voix agile au timbre envoûtant, aux aigus rayonnants et au grave hypnotisant (The Globe and Mail). Ses rôles récents : Rosina (Le barbier de Séville) au Los Angeles Opera et au Florida Grand Opera, Gilda (Rigoletto) au Welsh National Opera, Vittoria
(Tutti in maschera) au Wexford Festival Opera, Asteria (Tamerlano) au Washington National Opera, Princess Yue-yang (The First Emperor) au Metropolitan Opera, les rôles-titres dans Lakmé et Lucia di Lammermoor au Tulsa Opera et Euridice (L’anima del filosofo) à la Handel & Haydn Society. Dernière présence à la compagnie : Le Gala (2005).

Sparafucile
ERNESTO MORILLO, BASSE (VÉNÉZUELA)

Natif de Caracas, il reçoit sa formation d’abord chez lui puis en Europe où il fera ses débuts à Madrid en 1998 dans le rôle du Roi dans Aïda. Ses rôles récents : le Roi (Aïda) à la Fondazione Arturo Toscanini de Parme, le Mari (Reigen) à l’Opéra National du Rhin et à l’Opéra de Lausanne, Petrucci (Lucrezia Borgia) à Opera de Oviedo, Timur (Turandot) à Come et Crémone et
Oroveso (Norma) au Grange Park Opera. Débuts à la compagnie.

Maddalena
LAUREN SEGAL, MEZZO-SOPRANO (CANADA)

Seule jeune artiste nord-américaine à être choisie pour prendre part à la première édition du programme pour jeunes artistes du Festival de Salzbourg, Lauren Segal est issue du Canadian Opera Company Ensemble Studio et a déjà chanté plusieurs rôles au COC, dont Siébel (Faust), Aljeja (De la maison des morts), Popova (The Bear), Sonya (Guerre et paix) et Dorabella (Così
fan tutte
). Au Canada, elle a aussi chanté Sesto (La clemenza di Tito) au Festival Orford, Dorabella (Così fan tutte) au Pacific Opera Victoria, Suzuki (Madama Butterfly) au Manitoba Opera et à Opera Hamilton, Rosina (Le barbier de Séville) pour le Toronto Summer Music, Smeton (Anna Bolena) avec Opera in Concert à Toronto et Cherubino (Les noces de Figaro) au Banff Centre. Débuts à la compagnie.

Giovanna
AIDAN FERGUSON, MEZZO-SOPRANO (CANADA)

En deuxième année cette saison à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Aidan Ferguson a été entendue la saison dernière à l’Opéra de Montréal dans les rôles suivants : La Ciesca (Gianni Schicchi) et la servante d’Amelia (Simon Boccanegra). Elle a chanté comme soliste dans la Messe en do mineur de Mozart avec le Société chorale d’Ottawa et dans le Requiem de Mozart avec l’Orchestre symphonique de Laval, et a interprété le rôle du Choeur de femmes (The Rape of Lucretia) avec Opéra McGill.
Parmi ses autres rôles : Dorabella (Così fan tutte), la Deuxième dame (La flûte enchantée), Mum (Albert Herring), Zenobia (Radamisto), Popova (The Bear), la Sorcière (Dido and Aeneas) et la Baronne (Vanessa). Dernière présence à la compagnie :
Simon Boccanegra (2010).

Comte Monterone
ALEXANDRE SYLVESTRE, BARYTON-BASSE (CANADA)

Issu de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Alexandre Sylvestre a récemment été entendu à l’Opéra de Montréal dans les rôles de Betto (Gianni Schicchi), le Sacristain (Tosca), Pietro (Simon Boccanegra), Jack Wallace (La fanciulla del West), Nourabad (Les pêcheurs de perles), le Duc de Vérone (Roméo et Juliette), Zalzal et le Chef de police (L’Étoile) et le Prince Yamadori (Madama Butterfly). En plus, il s’est produit dans La flûte enchantée à Pacific Opera Victoria, avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous Kent Nagano et au Festival de Lanaudière sous Yannick Nézet-Séguin. Dernière présence à la compagnie : Simon Boccanegra (2010).

Marullo
PIERRE RANCOURT, BARYTON (CANADA)

En deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal cette saison, Pierre Rancourt a récemment chanté le rôle de
Pinellino (Gianni Schicchi) et du Premier prêtre (La flûte enchantée) à l’Opéra de Montréal, Père Seers (Nelligan) dans la production de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Don Magnifico (La cenerentola) à Opera NUOVA. À titre de soliste : Noël à l’opéra avec l’Orchestre Métropolitain, le Requiem de Mozart avec l’Orchestre symphonique de Laval et la Messe Nelson avec l’Ensemble Polyphonia de Québec. Dernière présence à la compagnie : Cendrillon (2010).

Borsa
AARON FERGUSON, TÉNOR (CANADA)

En deuxième année cette saison à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal pour lequel il a interprété le rôle de Charles Gill (Nelligan), Aaron Ferguson a aussi chanté à l’Opéra de Montréal les rôles suivants : un Villageois (Pagliacci), Monostatos (La flûte enchantée), Spoletta (Tosca) et Le Doyen de la Faculté (Cendrillon). Il a aussi été entendu comme soliste dans Noël à l’opéra avec l’Orchestre Métropolitain, le Requiem de Mozart avec l’Orchestre symphonique de Laval, Apollo (Semele) et un Cénobite (Thaïs) à Pacific Opera Victoria, et comme soliste dans l’Ode to St. Cecilia’s Day de Handel avec le Victoria Symphony. Dernière présence à la compagnie : Cendrillon (2010).

Comte Ceprano
PHILIP KALMANOVITCH, BARYTON (CANADA)

Philip Kalmanovitch est en première année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Son répertoire compte les rôles
suivants : Marcello (La bohème), Belcore (L’élixir d’amour), Ramiro (L’Heure espagnole), L’horloge comtoise (L’enfant et les sortilèges), Junius (The Rape of Lucretia), Dr. Blind (La chauve-souris) et le Père (Hänsel et Gretel). Récemment, il interprétait
Pandolfe (Cendrillon) à la Glenn Gould School, Figaro (The Barber of Boomtown) au Saskatoon Opera et se produisait au Bayfield Festival of Song avec l’Aldeburgh Connection. Outre l’opéra, il fait de la comédie musicale et membre fondateur du Open Corps Theatre, une troupe de théâtre coopérative de Toronto. Débuts à la compagnie.

Comtesse Ceprano
CHANTALE NURSE, SOPRANO (CANADA)

En deuxième année cette saison à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Chantale Nurse a étudié à la Glenn Gould School
de Toronto et à l’Université Concordia à Montréal. Au cours des récentes saisons, elle a chanté dans Les amoureux célèbres et Aleacanto avec l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, la Deuxième dame (La flûte enchantée ) à l’Opéra de Montréal, Fiordiligi (Così fan tutte) à Opera NUOVA et à la Glenn Gould School. Elle a participé à un récital de lieder/mélodies de Pfitzner, Poulenc et Rachmaninoff au Mazzoleni Hall du Conservatoire royal de Toronto et dans la Deuxième Symphonie de
Mahler avec le Cathedral Bluffs Symphony Orchestra. Dernière présence à la compagnie : La flûte enchantée (2009).

Huissier
ISAIAH BELL, TÉNOR (CANADA)

Originaire de la Colombie-britannique, Isaiah Bell est en première année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Gagnant en 2009 du National Music Festival, il a étudié à l’University of Victoria, l’Universität Mozarteum Salzburg et a pris part à l’Atelier lyrique du Calgary Opera. Ses rôles récents incluent Albert (Albert Herring) pour Opera on the Avalon, Madwoman (Curlew River) au City Opera Vancouver, Prince charmant (Cendrillon) et Bénédict (Béatrice et Bénédict) pour l’Atelier lyrique
du Calgary Opera, Almaviva (Le barbier de Séville) au Burnaby Lyric Opera et Tamino (La flûte enchantée) à Opera NUOVA.
Débuts à la compagnie.

Page
SUZANNE RIGDEN, SOPRANO (CANADA)

«Charme indéniable, présence enjouée et étonnante assurance» (<Le Devoir), en deuxième année à l'Atelier lyrique de l'Opéra
de Montréal, Suzanne Rigden a été entendue à l'Opéra de Montréal comme Premier garçon (La flûte enchantée) et le Berger (Tosca). Plus récemment, elle était Marie (La fille du régiment) aux Instituts international et canadien d’art vocal à Tel Aviv et à Montréal, Frasquita (Carmen) à l’Académie européenne de musique de Tchéquie, Gertrude (Nelligan) et soliste dans Les
amoureux célèbres
avec l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, soliste lors d’un concert opéra en plein air avec le Teplice Symphony en Tchéquie et dans le spectacle Noël à l’opéra avec l’Orchestre Métropolitain. Dernière présence à la compagnie : Tosca (2010).

LA PRODUCTION
Chef d’orchestre
TYRONE PATERSON (CANADA)

Chef parmi les plus dynamiques au Canada, Tyrone Paterson est directeur artistique et chef principal d’Opéra Lyra Ottawa
depuis 1998. Il est également conseiller musical pour Opera Hong Kong et conseiller musical et chef principal du Manitoba
Opera. Maestro Paterson dirige concerts et opéras à travers le Canada, les États-Unis, l’Asie et l’Europe. Engagements
récents : Turandot au Vancouver Opera, Otello à Opéra Lyra Ottawa, La flûte enchantée au Festival de musique de Pékin, Rigoletto et La traviata à Opera Constanta en Roumanie, Don Giovanni et Turandot au Hawaii Opera Theater et Aïda au
Nashville Opera. Débuts à la compagnie.

Metteur en scène
FRANÇOIS RACINE (CANADA)

Après des études en théâtre, il se perfectionne auprès du Canadian Opera Company à titre d’assistant metteur en scène pour une vingtaine de productions. C’est au COC que commence son association avec Robert Lepage lors de la production du
Château de Barbe-bleue/Erwartung. On lui confie ensuite le remontage de cette production aux festivals d’Édimbourg, de Melbourne et de Hong Kong, de même qu’au Canada et aux Etats-Unis. Il a mis en scène de nombreux opéras au Canada, à Los Angeles, à Cincinnati et à Hong Kong. Il a aussi collaboré avec l’Orchestre symphonique de Montréal pour la mise en place des versions concert de Tannhäuser, Norma, La sonnambula et Saint-François d’Assise, de même qu’avec l’Orchestre Métropolitain pour la mise en scène de La clemenza di Tito. Il a mis en scène plusieurs productions lyriques pour le Opera Studio de l’université McGill, l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, les Jeunesses Musicales du Canada et le Conservatoire de musique de Montréal. Dernière présence à la compagnie : Barbe-bleue/Erwartung (2004)

Décors et costumes
CARL TOMS (R.-U.) [1927-1999]

Carl Toms a oeuvré pendant près de 40 ans au théâtre, à l’opéra, au ballet et au cinéma. Au théâtre et à l’opéra, il a signé des productions pour le Festival de Glyndebourne, le Old Vic, le National Theatre, le Royal Shakespeare Company et le English Stage Company. En 1970, il se lance à l’assaut du théâtre américain; en 1975, il remporte un Tony Award et un Drama Desk Award pour sa conception du spectacle Sherlock Holmes. Au cinéma, il collabore à One Million Years BC, mettant en vedette Raquel Welch dans un bikini en fourrure de son propre design. Il a été fait Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en 1969 et reçoit le Laurence Olivier Award pour sa conception de The Provok’d Wife. C’est la première fois que les décors et costumes de Carl Toms sont présentés à la compagnie.

Éclairages
ANNE-CATHERINE SIMARD-DERASPE (CANADA)

Au théâtre, elle signe Les fourberies de Scapin (Théâtre Denise-Pelletier), Le caillou de saturne (Théâtre du p’tit loup), Le père Léonidas et La Réaction (Montréal Arts Interculturel), Ce fou de Platonov (Théâtre Prospero), Molière en hiver (Bain St-Michel)
et Théâtre sans animaux (Théâtre La Licorne). À l’opéra, elle signe Il tabarro/Suor Angelica (Opéra de Montréal) et assiste le concepteur lumière dans Thaïs (Palm Beach Opera). Elle est également directrice technique et conceptrice pour l’ensemble I Musici de Montréal et directrice technique au Centre d’arts Orford. Dernière présence à la compagnie : Tosca (2010).

Chef de choeur
CLAUDE WEBSTER (CANADA)

Lauréat de nombreux concours canadiens et américains, il a effectué plusieurs tournées au Canada, aux États-Unis, au Japon, en France, en Suisse et en Grèce. Comme soliste, il se produit avec l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre
Métropolitain, l’Orchestre de chambre Radio-Canada et l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa. Ses débuts au Carnegie Recital Hall de New York ont suscité les éloges du New York Times. Il compte trois enregistrements avec chanteurs et flûtiste (ATMA/SNE, Radio-Canada/Dobermann et Analekta) et un enregistrement de nocturne de Chopin. Inscrit en 1994 comme stagiaire à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, il y oeuvre maintenant à titre de chef de chant principal. Dernière présence à la compagnie : Cendrillon (2010).

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 1011
Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.
SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS (PDA)
VERDI – Rigoletto | 25, 29 septembre & 2, 4, 7 octobre 2010 à 20 h, & 9 octobre à 14 h
DONIZETTI – Roberto Devereux | 13, 17, 20, 22 et 25 novembre 2010 à 20 h
MASSENET – Werther | 22, 26, 29, 31 janvier 2011 à 20 h
STRAUSS – Salomé | 19, 23, 26, 28, 31 mars 2011 à 20 h
PUCCINI – La Bohème | 21, 25, 28, 30 mai & 2 juin 2011 à 20 h, & 4 juin à 14 h
Le Gala | 15e édition, le 5 décembre 2010 à 14 h
MONUMENT-NATIONAL
Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal

MENOTTI – Le Consul | 5, 7, 9, 10, 12 mars 2011 à 20 h

VENTE DE BILLETS
ABONNEMENT

OPÉRA : abonnement à 4 productions (Rigoletto, Roberto Devereux, Werther, La bohème)
OPÉRA PLUS : abonnement à 5 productions (OPÉRA + Salomé OU Le Consul)
OPÉRA PLUS + : abonnement à 6 productions (OPÉRA + Salomé + Le Consul)

POUR S’ABONNER
– Jusqu’au 15 octobre : Opéra de Montréal uniquement au 514-985-2258 / 1 877 385-2222
– Offert à partir de 151 $
ABONNEMENT POUR LES 18 À 30 ANS : LA BANQUE TD T’EMMÈNE À L’OPÉRA
Grâce au soutien de TD Canada Trust, l’Opéra de Montréal poursuit son offre spéciale d’abonnement destinée aux jeunes de 18 à 30 ans : 30 $ le billet avec l’abonnement ! Achat minimal requis de deux opéras de la saison régulière.
Abonnements offerts dès le 23 août 2010 à la billetterie de l’Opéra de Montréal, et dès le 15 octobre 2010 à la billetterie de la Place des Arts.

BILLETS À LA PIÈCE
Sur www.operademontreal.com

Billetterie de la Place des Arts : 514-842-2112 • 1 866 842-2112 www.laplacedesarts.com

www.operademontreal.com
Pour obtenir plus de renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.