Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 17, 20, 22 et 25 novembre 2010

Crédit photo: Yves Renaud
Rorberto Devereux

En première à Montréal
CRITIQUE

L’action se déroule en 1601 à la Cour d’Elisabeth 1ère, puissante reine d’Angleterre, fille d’Henri VIII. Elle attend le retour de son jeune amant, Roberto Devereux, qu’elle a envoyé guerroyer en Irlande. Or, le Parlement l’accuse de trahison à l’égard de la Couronne. Elisabeth, reine pourtant impitoyable, pourrait bien lui pardonner cette offense si elle n’apprenait qu’il en aime une autre. Et pour cette trahison amoureuse, elle l’enverra à l’échafaud.

Le décor du Minnesota Opera est grandiose. Les costumes des dames de la cour, dans des teintes de gris et de grège sont superbes, seule Elisabeth, reine au caractère enflammé et à la poigne de fer, porte les couleurs vives.

Toute l’action se déroule sous un immense plafond de bois d’où descendent les éléments du décor. L’éclairage passe au rouge aux moments propices ajoutant à l’intensité du drame qui se déroule.

Donzenetti fait triompher le bel canto. Les mélodies sont belles et agréables, qu’elles soient interprétées à l’orchestre ou chantées par les chœurs.

C’est la cantatrice grecque, Dimitra Theodossiou, qui interprète Elisabeth dont elle transmet les émotions avec un grand sens dramatique. Son registre de voix est très étendu et elle rend avec autant de puissance les notes élevées que les graves. On entend nettement sa voix même lorsque les chœurs l’accompagnent. Donzenetti exprime le désespoir d’Elisabeth par des vocalises contrastées et difficiles que Dimitra Theodossiou exécute avec souplesse. Elle joue Elisabeth avec un grand sens de la tragédie. Son art est si bien développé qu’elle nous communique facilement le grand désespoir d’Elisabeth; à nous donner des frissons.

J’ai apprécié la fraîcheur de la voix d’Élizabeth Batton qui joue Sarah, dame d’honneur de la reine mais également sa rivale, et beaucoup l’intensité de celle de James Westman, duc de Nottingham, époux de Sarah. La voix d’Alexey Dolgov qui chante Robert Devereux, m’a semblé prendre plus d’ampleur au fur et à mesure que l’énigme se déroulait.

En première à l’Opéra de Montréal, Roberto Devereux, est une oeuve impressionnante par la mise en scène et les costumes mais émouvante par l’interprétation de Dimitra Theodossiou, qui nous fait vivre une Elisabeth 1ère, à la fois reine toute puissante, mais aussi femme bafouée et profondément blessée, à en mourir d’amour.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Opéra: Roberto Devereux de Gaetano Donizetti
Genre : tragédie lyrique
Structure : en trois actes
Langue : en italien avec surtitres français et anglais
Livret : Salvatore Cammarano (d’après Elisabeth d’Angleterre de François Ancelot)
Création : Théâtre San Carlo de Naples, le 28 octobre 1837
Production : Minnesota Opera
Première à l’Opéra de Montréal

Cliquez pour plus de détails sur l’opéra Roberto Devereux

PréOpéra
Conférence sur l’œuvre, donnée par le musicologue Pierre Vachon avant chaque représentation, à 18 h 45 au Piano Nobile de la PDA.

LES CHANTEURS
Robert Devereux, ALEXEY DOLGOV, TÉNOR (RUSSIE)
Elisabeth 1re, DIMITRA THEODOSSIOU, SOPRANO (GRÈCE)
Sarah, ELIZABETH BATTON, MEZZO-SOPRANO (É.-U.)
Nottingham, JAMES WESTMAN, BARYTON (CANADA)
Lord Cecil, RICCARDO IANELLO, TÉNOR (CANADA)
Sir Walter Raleigh, TARAS KULISH, BASSE (CANADA)
Serviteur, PHILIP KALMANOVITCH, BARYTON (CANADA)
Un page, SÉBASTIEN OUELLET, BARYTON (CANADA)

LA PRODUCTION
Chef d’orchestre, FRANCESCO MARIA COLOMBO (ITALIE)
Metteur en scène, KEVIN NEWBURY (É.-U.)
Décors, NEIL PATEL (É.-U.)
Costumes, JESSICA JAHN (É.-U.)
Éclairages D. M. WOOD (CANADA)
Chef de choeur, CLAUDE WEBSTER (CANADA)

Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.

VENTE DE BILLETS

Sur operademontreal.com.

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou www.laplacedesarts.com