Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 19, 23, 26, 28 et 31 2011, 20 h


SALOMÉ
de Richard Strauss
à l’Opéra de Montréal

CRITIQUE

Bien que l’action se passe 20 ans avant Jésus-Christ, on a choisi de camper cet opéra dans un décor très moderne et épuré. Les murs sont gris et nus comme les couloirs du métro, sauf pour deux grands cercles, l’un sur la gauche donnant accès à la salle des festins et l’autre, en fond de scène, menant à la prison où est détenu le prophète Jean-Baptiste. Seul un grand banc moderne habille les lieux.

C’est là que les soldats d’Hérode, vêtus de noir montent la garde. Ils écoutent le capitaine Narraboth chanter sa passion pour Salomé. Du fond de sa prison, on entend la voix du prophète Jean-Baptiste dénoncer les agissements d’Hérode. Salomé, intriguée par cette voix d’outre-tombe, supplie Narraboth de laisser sortir le prophète. Fascinée par Jean-Baptiste, Salomé tente de le séduire mais il s’y refuse et retourne dans sa prison. Narraboth désespéré des gestes de Salomé se donne la mort.

Hérode sort sur la terrasse avec son épouse Hérodiade. Il invite Salomé à danser pour lui. Elle accepte uniquement après lui avoir extorqué la promesse de lui accorder ce qu’elle désirera. Salomé se produira devant sa mère Hérodiade et Hérode. La danse des sept voiles qu’exécute Nicola Beller Carbone est fort joliment chorégraphiée. La taille légère de la chanteuse lui donne entière crédibilité.

Mais Hérode craint les représailles célestes et tergiverse avant de lui accorder ce qu’elle réclame : la tête de Jean-Baptiste. Une fois son vœu exaucé, Salomé, en transe, embrasse la tête dégoulinante qu’elle tient entre ses mains.

La musique de Richard Strauss écrite au début du XXe siècle marque le tournant d’une époque. On n’y retrouve pas de grandes mélodies connues. Les personnages sont tourmentés et la musique se fait dramatique. Nicola Beller Carbone incarne une Salomé très crédible. Sa voix puissante se fait tour à tour sensuelle ou dramatique. Roger Honeywell prête sa jeune voix à Narraboth. Jean-Baptiste nous fait frémir par la voix grave de Robert Hayward. John MacMaster est impressionnant dans son interprétation du roi Hérode et Judith Forst chante superbement Hérodiade, la femme rejetée. Les échanges entre les Juifs qui discutent de religion étaient particulièrement intéressants à entendre.

L’opéra dure une heure 40 minutes sans entracte mais l’intensité des personnages est si bien rendue qu’on les aurait écouté chanter longtemps encore. Yannick Nézet-Séguin dirigeait les 85 musiciens de l’Orchestre Métropolitain tout en souplesse en laissant place aux voix des chanteurs sans jamais les couvrir.

Salomé, un opéra poignant du début à la fin.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Opéra : Salomé de Richard Strauss
Genre : drame
Structure : en un acte (découpé en quatre scènes) SANS ENTRACTE
Langue : allemand, avec surtitres français et anglais
Livret : du compositeur, d’après la pièce d’Oscar Wilde, écrite en français, traduite en allemand par Hedwig Lachmann
Création : Hofoper de Dresde, le 9 décembre 1905

PréOpéra

Conférence sur l’oeuvre, donnée par le musicologue Pierre Vachon avant chaque représentation, à 18 h 45 au Piano Nobile de la PDA.

LES ARTISTES

Salomé
NICOLA BELLER CARBONE, SOPRANO (ALLEMAGNE)

Nicola Beller Carbone étudie d’abord l’art dramatique avant de se tourner vers le chant. En 2003, elle donne sa première Salomé, orientant ainsi sa carrière vers des emplois plus dramatiques. Cette prise de rôle lui vaut un énorme succès, au Deutsches Nationaltheater de Weimar, au Teatro Regio de Turin et au Grand Théâtre de Genève. Ses engagements des dernières saisons l’ont amenée à chanter plusieurs autres grands rôles, dont Marie/Mariette (Die Tote Stadt), au Teatro Massimo de Palerme, et Gutrun (Götterdämmerung), au Teatro La Fenice, tout en gardant à son répertoire celui de Salomé pour le Deutsche Opera am Rhein, notamment. Cette année, on pourra l’entendre en Freia (Das Rheingold) à La Fenice, en Marie (Wozzeck) au Santa Fe Opera et en Marie/Mariette à l’Opéra de Francfort. Dernière présence à la compagnie : Tosca (2010)

Jochanaan
ROBERT HAYWARD, BARYTON (R.-U.)

Il s’est fait applaudir au Royal Opera House-Covent Garden, au English National Opera, au Bayerische Staatsoper, au Scottish Opera, au Festival de Glyndebourne, au Houston Grand Opera et au New Israeli Opera. Son répertoire est vaste : Wotan et le Voyageur (Le Ring), Amfortas (Parsifal), Kurwenal (Tristan und Isolde), Jochanaan (Salomé), Figaro et le Comte Almaviva (Les noces de Figaro), les rôles-titres de Eugène Onéguine et Don Giovanni, le Hollandais (Le vaisseau fantôme), Iago (Otello), Ford (Falstaff), Scarpia (Tosca, Marcello (La bohème), Escamillo (Carmen), Tomsky (Pique-Dame), Khovansky (Khovanshchina), Nick Shadow (The Rake’s Progress), Mandryka (Arabella) et Golaud (Pelléas et Mélisande). Débuts à la compagnie.

Hérodiade
JUDITH FORST, MEZZO-SOPRANO (CANADA)

De son immense répertoire, on retient surtout Stéphano (Roméo et Juliette), Siébel (Faust), Lola (Cavalleria rusticana), Bersi (Andrea Chénier), Preziosilla (La forza del destino), Hänsel et la Sorcière (Hänsel und Gretel), Giulietta (
Les contes d’Hoffman
), Donna Elvira (Don Giovanni), Mère Marie (Dialogues des carmélites), Kabanicha (Káťa Kabanová), Adelaide (Arabella) et Kostelnička (Jenůfa). En 2011, elle créera le rôle de Pauline Johnson dans Pauline pour le City Opera Vancouver. En 1991, elle a été nommée Officier de l’Ordre du Canada. Dernière présence à la compagnie : Jenufa (1997).

Hérode
JOHN MAC MASTER, TÉNOR (CANADA)

Depuis son remarquable Canio (Pagliacci) au Glimmerglass Opera, John Mac Master est très en demande dans le répertoire de ténor dramatique. Parmi ses récents engagements : Florestan (Fidelio) avec le London Symphony Orchestra, ses débuts au Semper Oper de Dresde dans Calaf (Turandot), ses débuts remarqués au Metropolitan Opera dans Canio, dont une représentation faisait partie des radiodiffusions du Met, Tristan (Tristan und Isolde) au Welsh National Opera, soliste dans le Requiem de Verdi au Centre national des arts à Ottawa, Égisthe (Elektra) à la Canadian Opera Company, Canio au Vancouver Opera et une version concert de Tristan und Isolde en Italie, en France et en Allemagne. Dernière présence à la compagnie : Le Gala(2008)

Narraboth
ROGER HONEYWELL, TÉNOR (CANADA)

Le magazine Opera Now dit de Roger Honeywell que sa voix « a exactement le timbre fougueux qui convient aux rôles héroïques ». Parmi ses récents engagements, notons Danilo (La veuve joyeuse) au Lyric Opera de Chicago, Don José (Carmen) au Pittsburgh Opera et au Fort Worth Opera, Pinkerton (Madama Butterfly) au Philadelphia Opera, Captain James Nolan (Doctor Atomic) au Metropolitan Opera et au Lyric Opera de Chicago, Macduff (Macbeth) à l’Opéra de Montréal, Cavaradossi (Tosca) au Florida Grand Opera et Troilus (Troilus and Cressida) au Opera Theatre de St. Louis. En 2010, il a participé notamment à la première mondiale de Life is a Dream au Santa Fe Opera. Dernière présence à la compagnie : Macbeth (2009).

Chef d’orchestre
YANNICK NÉZET-SÉGUIN (CANADA)

Yannick Nézet-Séguin connaît une ascension fulgurante depuis quelques années sur la scène internationale. Apprécié des musiciens, du public et des critiques pour sa musicalité, son engagement et son charisme, il s’illustre autant dans la musique symphonique que dans l’opéra, auprès des meilleurs orchestres du monde. En juin 2010, il accepte le poste de directeur musical désigné du prestigieux Philadelphia Orchestra, poste pour lequel il entrera en fonction en septembre 2012, tout en demeurant directeur musical de l’Orchestre Philarmonique de Rotterdam et chef invité principal du London Philharmonic Orchestra. Il poursuit ses activités avec l’Orchestre métropolitain, dont il est le chef attitré depuis mars 2000, relevant considérablement le niveau artistique de l’orchestre et sa popularité, et insufflant aux musiciens une passion contagieuse pour la musique de toutes les époques. Dernière présence à la compagnie : Madame Butterfly (2008).

Metteur en scène
SEÁN CURRAN (É.-U.)

Il fait d’abord sa marque en tant de danseur étoile du Bill T. Jones/Arnie Zane Dance Company. Il a reçu le New York Dance and Performance Bessie Award pour son interprétation dans Secret Pastures. Il a aussi été de la distribution initiale de Stomp présenté Off-Broadway à New York. Il réalise des chorégraphies en danse et à l’opéra, et a récemment mis en scène Salomé au Opera Theatre of Saint Louis et au San Franciso Opera, The Taming of the Shrew, Much Ado About Nothing et A Midsummer Night’s Dream à la Shakespeare Theatre Company, de même que The Ghost of Versailles et Nixon in China au Opera Theatre of Saint Louis. Débuts à la compagnie.

Décors et costumes
BRUNO SCHWENGL (AUTRICHE)

Peintre, Bruno Schwengl est d’abord concepteur de décors et de costumes à l’opéra et au ballet, pour des productions au Teatro La Fenice, au Teatro dell’Opera de Rome et au Los Angeles Opera. Il signe des productions comme Ariane à Naxos, Gianni Schicchi, Guerre et paix, Le chevalier à la rose, Idomeneo, Norma, Il trittico, Salomé, Madama Butterfly et Un bal masqué pour des maisons comme le San Francisco Opera, le Seattle Opera, le Houston Grand Opera, Opera Colorado, le New York City Opera, le Santa Fe Opera, l’Opera Theatre of Saint Louis, l’Opéra royal du Danemark, l’Opéra de Monte-Carlo, l’Opéra royal de Suède et le Royal Opera House-Covent Garden. Dernière présence à la compagnie: Ariane à Naxos (2004).

Éclairages
PAUL PALAZZO (É.-U.)

Paul Palazzo travaille pour l’opéra, le théâtre et le ballet partout dans le monde. Sur Broadway, il fait partie d’équipes de concepteurs d’éclairages pour des comédies musicales comme Sunset Boulevard, Phantom of the Opera, Miss Saigon, Big et Falsettos. Il a travaillé au Houston Grand Opera, au Los Angeles Opera, au Portland Opera, au Minnesota Opera, au Wolftrap Opera et avec plusieurs troupes de théâtre nord-américaines. Il a aussi conçu un système d’effets spéciaux – le EFX Plus – qui a remporté le prix du produit de l’année lors de l’International de la conception des éclairages en 1998. Il conçoit également les éclairages pour des expositions de plusieurs grandes compagnies et événements. Débuts à la compagnie.

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 1011

Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.
SALLE WILFRID-PELLETIER DE LA PLACE DES ARTS (PDA)
STRAUSS – Salomé | 19, 23, 26, 28, 31 mars 2011 à 20 h
PUCCINI – La Bohème | 21, 25, 28, 30 mai & 2 juin 2011 à 20 h, & 4 juin à 14 h

ABONNEMENT POUR LES 18 À 30 ANS : LA BANQUE TD T’EMMÈNE À L’OPÉRA
Grâce au soutien de TD Canada Trust, l’Opéra de Montréal poursuit son offre spéciale d’abonnement destinée aux jeunes de 18 à 30 ans : 30 $ le billet avec l’abonnement ! Achat minimal requis de deux opéras de la saison régulière. Abonnements offerts dès le 23 août 2010 à la billetterie de l’Opéra de Montréal, et dès le 15 octobre 2010 à la billetterie de la Place des Arts.

BILLETS À LA PIÈCE

Sur www. operademontreal.com

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com

OPERADEMONTREAL.COM
Pour obtenir plus de renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.