Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les 9, 11, 13 et 16 mars 2009

Pro Musica et Hydro-Québec présentent

Marc-André Hamelin, piano
Lara St.John, violon
le Quatuor Leipzig
Karina Gauvin
les Violons du Roy

Marc-André Hamelin sera l’invité de Pro Musica
dans le cadre de la prestigieuse série Saphir
pour un cycle de concerts de haut calibre :

En quatuor le lundi 9 mars 2009, à 19 h 30,
En duo le mercredi 11 mars 2009, à 19h30
En grand ensemble vendredi 13 mars 2009, à 19h30
En solo le lundi 16 mars 2009, à 19h30

La semaine Marc-André Hamelin, passionnément ! offre l’occasion de le découvrir sous toutes ses facettes, chez lui, à Montréal, et de prendre la mesure du talent de ce musicien exceptionnel.

Salué unanimement par la critique et le public, Marc- André Hamelin allie à une virtuosité époustouflante, une imagination unique et un génie exceptionnel.

C’est sous le double signe de la qualité et de la diversité que la Société Pro Musica a, depuis soixante ans, soutenu la percée de jeunes artistes et contribué à élargir le milieu musical à Montréal tant sur le plan de la musique de chambre que sur celui de la musique contemporaine.

1948-2008 : Un 60 ème anniversaire, ça se fête ! Et c’est ce que Pro Musica compte faire avec brio ! À cette occasion, la Société Pro Musica a choisi de mettre en vedette un artiste originaire de Montréal, qu’elle a suivi depuis ses débuts, pianiste de renom et maintenant décrit comme «l’un des grands artistes les plus fascinants de l’époque», (San Francisco Chronicle) : le pianiste Marc-André Hamelin.

En quatre temps forts, en solo, en duo, avec un quatuor et avec un grand ensemble, le public aura l’opportunité de découvrir toutes les facettes du talent de ce musicien d’exception, entouré d’artistes qu’il admire et qu’il a lui-même choisis. L’événement aura lieu en mars 2009 au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Il s’agit d’un grand rendez-vous que les mélomanes ne voudront manquer sous aucun prétexte.

Le 9 mars, Marc-André Hamelin se produira avec le Quatuor de Leipzig (Allemagne), un quatuor européen de tout premier plan, auquel viendra se joindre la violoniste canadienne Lara StJohn, soliste de grand talent, décrite comme un «vrai phénomène». Au programme, deux œuvres remarquables : le Quintette de Dvořàk et le Concert d’Ernest Chausson.

Le 11 mars, c’est en duo avec la chanteuse Karina Gauvin, soprano de réputation internationale, que se produira Marc-André Hamelin. Ces deux complices unissaient leurs talents il y a quelques années dans la production d’un disque conjoint, Fête galante, lauréat du prix Opus 2000 du disque de l’année.

Le 13 mars, c’est en concert avec le remarquable ensemble baroque Les Violons du Roy, dirigé par Bernard Labadie et formé d’une vingtaine de musiciens, dans un programme Haydn (Concerto en ré majeur) et Beethoven (Concerto no.3) que l’on retrouvera Marc-André Hamelin. Ce concert sera également repris à Québec au Palais Montcalm, nouvelle salle attitrée de l’ensemble, le 14 mars.

Enfin le 16 mars, c’est par une soirée plus intimiste où l’on aura le privilège d’entendre Marc-André Hamelin en solo, que se clôt en beauté cette semaine époustouflante.

Marc-André Hamelin

La semaine Marc-André Hamelin, passionnément ! C’est l’occasion unique de découvrir la diversité du talent de ce grand artiste de chez nous.

L’étonnante fusion de virtuosité et de musicalité que l’on trouve chez Marc-André Hamelin lui a valu une réputation qui tient de la légende, comme s’il était l’incarnation même du piano. D’une transparence innée et d’une émotion puissante, les prestations du pianiste donnent souvent l’impression que le piano et ses mécanismes s’effacent en laissant passer directement des sons idéalisés vers l’auditoire.

En 1985, il est lauréat de la Carnegie Hall Competition, coup d’envoi d’une carrière déjà bien prometteuse. Il a été invité par la suite à Carnegie Hall, au Lincoln Center et dans d’autres prestigieuses salles américaines ; puis à Londres; dans les salles les plus renommées (Wigmore, South Basnk, Blackheath). Il a depuis établi sa réputation autant en Amérique du Nord qu’en Europe, en Australie et au Moyen-Orient. La liste des festivals où il a joué est longue : Ravinia, Tanglewood, Santa Fe (É.-U.), Ruhr, Weimar (Allemagne), Cervantino (Mexique), Reykjavik (Norvège), Snape Maltings et BBC Proms (Royaume-Uni), Busoni (Italie), Lanaudière et les festivals de musique de chambre (Ottawa et Montréal). Il s’est joint à des tournées avec les orchestres d’Australie, Chicago, Détroit, Toronto, Helsinki, Philadelphie, la BBC, la Royal Concertgebouw et bien sûr l’Orchestre Symphonique de Montréal, pour n’en mentionner que quelques-uns.

Marc-André Hamelin ne connaît pas de limites quant au choix des œuvres auxquelles il s’attaque. Il se distingue particulièrement par son exploration d’un répertoire pianistique négligé comprenant les œuvres méconnues d’Alkan, Busoni, Medtner et Szymanowski. Sous étiquette Hyperion, sa discographie (près de 50 enregistrements) compte des œuvres particulièrement exigeantes puisées dans le répertoire pour piano des XX et XXIème siècles : concertos pour piano (Alkan, Roslavets, Rzewski, Schumann, Chopin et autres, elle suscite l’admiration pour la maîtrise de son style et la parfaite aisance de son jeu. Son enregistrement d’œuvres d’Alkan pour piano solo lui a valu en 1996 un prix Juno. Il a été deux fois en nomination aux Grammy Awards. Marc-André Hamelin était l’un des six musiciens mis en nomination par la revue britannique Gramophone pour le titre d’Artiste de l’année 2005-2006.

L’exceptionnelle qualité de récitaliste de Marc-André Hamelin est particulièrement admirée. Ses choix de répertoires et de compositeurs lui rallient les mélomanes les plus difficiles. Son goût de la découverte et son enthousiasme l’incitent à travailler des œuvres que peu de pianistes osent aborder, les trouvant trop ardues. De plus, ses affinités avec la musique de chambre l’ont amené à jouer avec des partenaires de toutes disciplines : chant, violon, violoncelle, instruments à vent, en quintettes, quatuors, trios, et duos.

Les tournées en solo sur tous les continents se succèdent pour lui. Au cours de la saison 2007-2008, il se produira en récital au Lincoln Center à New York, au Tchaikovsky Hall à Moscou, au Wigmore Hall, à Londres ; ainsi qu’à Boston, Chicago et San Francisco, Bilbao, Copenhague, Marseille, Florence, Milan, Perugia, Philadelphie, Rome et San Juan (Porto Rico), sans compter les concerts de musique de chambre auxquels il participera.

Le London Times écrivait à son sujet en 2002 : « Le pianiste canadien Marc-André Hamelin a tout : il conjugue virtuosité, sensibilité, raffinement et personnalité. Il est, parmi les pianistes au monde, l’un des plus fascinants et des plus extraordinaires.»

Le Quatuor de Leipzig

Le Quatuor de Leipzig, invité privilégié de Pro Musica, fera halte à Montréal pour la cinquième fois. Son passage à Montréal soulève chaque fois l’enthousiasme du public. «Une soirée à marquer d’une pierre blanche», titrait le quotidien Le Devoir au lendemain de la prestation du Leipzig en 2002. Le Quatuor de Leipzig est reconnu mondialement comme l’un des plus remarquables quatuors contemporains. « Un jeu sensationnel, un programme innovateur et une interprétation parfaite », selon le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. « En musique de chambre, le son du Quatuor de Leipzig, c’est celui-là! » écrit pour sa part le New York Times.
Fondé en 1988, le Quatuor de Leipzig qui compte trois anciens premiers pupitres du célèbre Gewandhaus de Leipzig, est formé d’Andreas Seidel, premier violon, Tïlman Büning, second violon, Ivo Bauer, alto, et Matthias Moosdorf, violoncelle. Il a à son répertoire plus de 270 œuvres de 90 compositeurs différents. De nombreux prix internationaux ont couronné une discographie de plus de 50 enregistrements qui vont de Mozart à John Cage. Parmi ces prix, mentionnons le Diapason d’or, le Prix classique de Cannes et l’Écho pour un disque consacré à Richard Strauss. Sa version d’une intégrale des quatuors de Schubert n’a reçu que des éloges et le magazine Répertoire classe l’interprétation de La Truite avec Christian Zacharias au piano parmi les meilleurs du genre. Au Leipzig, s’ajoutent à l’occasion d’autres partenaires tels que Karl Leister, Michael Sanderling, Hartmut Rohde, Alfred Brendel, Olaf Baer ou Giora Feidman. Le Quatuor de Leipzig a effectué des tournées dans plus de 40 pays en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique du Nord, en Asie du Sud-est, en Australie, au Japon et en Israël.

Lara St.John

Avant tout, elle vient servir la musique et en révèle la savante architecture et les fascinants contrastes, sur un instrument qu’elle fait sonner avec éclat ou profondeur, je dirais avec amour avant tout. Derrière chaque note, on devine une pensée ; dans les passages de très haute virtuosité, la musique reste toujours au premier plan. Quelle grande interprète (…). – La Presse, Montréal.

Lara St.John, qualifiée par le New York Times de «soliste de haut vol», est originaire de London, en Ontario. Enfant prodige, elle apprend le violon dès l’âge de deux ans. À quatre ans, elle fait ses débuts avec le Windsor et en Europe en 1981 avec l’Orchestre Gulbenkian de Lisbonne, à l’âge de 10 ans. Grand prix national du Concours de Musique du Canada en 1980, elle a en outre remporté le Concours de l’Orchestre de Philadelphie, le Concours Nerini de Paris, le prix Sylva-Gelber en 1991 et le Concours de l’Orchestre du Minnesota en 1995. Élève d’Arnold Steinhardt et de Felix Galimir au Curtis Institute de Philadelphie, elle a également étudié au Conservatoire de Moscou et à la Guildhall School de Londres, et obtenu un Artists Diploma du New England Conservatory. Elle joue sur un violon «Salabue» Guadagnini qui date de 1779.

Lara St.John a été soliste invitée par les orchestres de Cleveland, Philadelphie, Minnesota, Seattle, Toronto, Montréal, Vancouver, le Centre national des Arts à Ottawa, le Boston Props et combien d’autres en Amérique du Nord. En Europe, elle a joué avec le NDR à Hanovre, l’Orchestre de Chambre de Zurich, l’Ensemble Orchestral de Paris, le Bournemouth Symphony et l’Amsterdam Symphony. On a pu lire à son sujet dans le L.A.Times : « Lara St.John apporte à la scène un charisme personnel, une imagination musicale jamais en défaut et une passion authentique » Elle s’est produite en récital dans des salles d’importance à New York, Boston, San Francisco, Ravinia, Washington, Prague, Berlin, Toronto, Montréal et dans la cité interdite à Beijing. Sa discographie comprend trois disques compacts, salués unanimement par la critique. Ses deux prochains disques, font color=”#0000FF”>un enregistrement des six Sonates et partitas pour violon solo de Bach et un enregistrement avec l’Orchestre Philharmonique de Londres, sortiront sous peu.

Karina Gauvin

Faite pour la passion et l’émotion, la voix de Gauvin est l’une des merveilles de la scène musicale canadienne actuelle The Globe and Mail, Toronto
Sa prestation dans la Cantate no.51 de Bach est un triomphe. – Chicago Tribune

Admirée aussi bien pour sa voix incomparable que pour sa musicalité exceptionnelle, Karina Gauvin est l’une des artistes lyriques les plus fascinantes de notre époque. Elle s’est rapidement taillé une réputation d’excellence à l’échelle internationale. Ses brillantes interprétations associent un style hautement personnel, classique et sophistiqué, à une profonde sensibilité musicale et à une présence scénique envoûtante.

Son vaste répertoire comprend notamment des œuvres de Jean-Sébastien Bach, de Benjamin Britten et de Luciano Berio. Karina Gauvin a chanté avec bon nombre des plus grands orchestres, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, le Chicago Symphony, le Philadelphia Orchestra, l’Akademie für Alte Musik de Berlin, le Toronto Symphony, le Minnesota Orchestra, I Musici de Montréal, le Los Angeles Chamber Orchestra, Les Talents Lyriques, le Tafelmusik Baroque Orchestra, le Seattle Symphony, Capricio Stravagante et les Violons du Roy. À l’opéra et en concert, elle a chanté avec brio sous la direction de Charles Dutoit, Kent Nagano, Christopher Hogwood, Helmuth Rilling, Bruno Weil, Markus Creed, Bernard Labadie, Andrew Parrott et Christophe Rousset. En récital, on l’a entendue avec plusieurs ensembles de musique de chambre, ainsi qu’avec les pianistes Marc-André Hamelin, Michael McMahon et Roger Vignoles.

Lauréate du prestigieux Maggie Teyte Memorial Prize du Covent Garden de Londres, elle remporte coup sur coup le Prix du Lied, ainsi que le Grand Prix du public du 40e Concours International de Bois-le-Duc, aux Pays-Bas, et le premier prix du Concours national des jeunes interprètes de Radio-Canada. Elle a également reçu l’Opus de l’interprète de l’année. Sa discographie compte de nombreux titres couronnés de succès. Parmi ceux-ci, son disque Fête galante, avec Marc-André Hamelin, a remporté l’Opus 2000 du disque de l’année, ainsi qu’un prix du Chamber Music America. L’enregistrement de Silete Venti et Apollo e Daphne de Handel, ainsi que celui du Requiem de Mozart, avec Les Violons du Roy, ont tous deux remporté un prix Juno en 2001 et 2003.

Les Violons du Roy

Impeccablement raffiné et précis. – Le Devoir, Montréal
Le jeu de l’orchestre était comme une révélation. – (Washington Post, Washington)

Fondés en 1984 par son directeur musical Bernard Labadie, Les Violons du Roy regroupent au minimum une quinzaine de musiciens qui se consacrent au vaste répertoire pour orchestre de chambre, plus particulièrement au répertoire baroque et classique en favorisant l’approche stylistique la plus juste possible pour chaque époque. On célèbre partout la fougue, l’énergie et la vitalité exceptionnelle de leurs interprétations.

Au coeur de l’activité musicale de Québec, et reconnus au Canada et aux États-Unis pour leurs nombreux concerts et enregistrements sur les ondes de Radio-Canada, de CBC et du réseau américain NPR, Les Violons du Roy ont donné, depuis 1988, près d’une centaine de concerts en Allemagne, en Angleterre, en Autriche, en Belgique, en Équateur, en Espagne, en France, au Maroc, au Mexique, en Norvège et aux Pays-Bas. À l’été 2007, l’ensemble se produisait en Europe en compagnie du mezzo-soprano américain Vivica Genaux pour une série de concerts à Saint-Jacques- de- Compostelle, au Concertgebouw d’Amsterdam et au Festival du Rheingau en Allemagne.

La discographie des Violons du Roy compte plus d’une quinzaine de titres dont l’excellence a été soulignée à maintes reprises par la critique et qui ont remporté plusieurs prix. Des douzes titres parus sous étiquette Dorian, sept ont été mis en nomination pour un prix Juno. Depuis 2004, une collaboration avec la maison québécoise Atma a conduit à la sortie de deux disques, le premier consacré au Psaume 51 et à la Cantate 82 de J.S.Bach, l’autre à la musique d’Astor Piazolla sous la direction de Jean-Marie Zeitouni, ce dernier disque ayant récemment remporté un prix Juno. Avec Virgin Classics, l’ensemble enregistrait en 2006 un disque consacré à des airs et des cantates de Haendel et Hasse avec le mezzo-soprano américain Vivica Genaux.

Les Violons du Roy jouent avec de nombreux solistes canadiens et internationaux de renom, dont le violoniste James Ehnes, le violoncelliste Roberto Diaz, les sopranos Karina Gauvin et Sandrine Piau, la mezzo-soprano Anita Kraus, le ténor Benjamin Butterfield et le baryton Russel Braun.

Programme

Lundi, 9 mars 2009
Chausson, Concert pour quatuor à cordes, piano et violon, en majeur, op.21
Dvořàk, Quintette pour piano et cordes en la majeur, op.81, B 155

Mercredi, 11 mars 2009
Oeuvres de Poulenc, Vuillermoz et Debussy

Vendredi, 13 mars 2009
Haydn, Symphonie no.104 en majeur «Londres», Hob.1.104
Haydn, Concerto pour piano en ré majeur, Ho.XVIII.11
Beethoven, Ouverture «Coriolan», op.62
Beethoven, Concerto pour piano no.3 en ut mineur, op.37

Lundi, 16 mars 2009
Haydn, Sonate en fa majeur, Hob. XVI.23
Haydn, Sonate en si bémol majeur, Hob. XVI.41
Weissenberg, Sonata in a state of jazz
Chopin, Barcarolle en fa dièse majeur, op.60
Chopin, Ballade no.3 en la bémol majeur, op.47
Hamelin, Étude no.8, «ErlKönig» (d’après Goethe)
Hamelin, Étude no.7, (d’après Tchaïkovski)
Godowsky, Trois Métamorphoses symphoniques sur des thèmes de Johann Strauss II, no.3 : «Wein, Weib und Gesang»

Au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts

Les billets de concert, au coût de 200 $ (abonnement aux concerts seulement) et 370$ (concerts et cocktail), sont en vente à Pro Musica : (514) 845-0532 .

Les billets pour le concert seulement, à 65 $, 60 $ et 40 $ pour les étudiants (taxes et redevances en sus), sont en vente à la billetterie de la Place des Arts (514) 842-2112 ou 1-866-842-2112 ou sur le
site www.laplacedesarts.com

ou par le réseau Admission 514-790-1245 ou 1-866-842-2112. www.admission.com

Pro Musica reçoit le soutien de : Alcoa, Banque Royale, Fondation Imperial Tobacco Canada, Canimex, Banque Nationale Financière, Québecor.