Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

La Série Cinquième Salle entame sa 3e saison

Une initiative de Marie Lavigne, directrice générale, et de Michel Gagnon, directeur de la programmation de la Place des Arts, la Série Cinquième Salle provoque des rencontres entre les Montréalais et des créateurs d’ici et de l’étranger, de novembre 2005 à mai 2006.

La Série Cinquième Salle présente cette année des œuvres, en première ou inédites, provenant de Belgique, d’Italie, de Vancouver et de Montréal. Ces créations ont en commun d’appartenir à des formes hybrides de performances. La danse contemporaine étant en pleine effervescence, elle occupe une place centrale dans la programmation de la Cinquième Salle. Mais il s’agit d’une danse métissée de théâtre d’ombres, de vidéo, de musique actuelle live et de discours dramatique. Le fil conducteur entre toutes ces propositions artistiques est l’innovation et la créativité, concepts-clés de la Série Cinquième Salle.

À titre de conseiller artistique, Guy Cools a eu le mandat de concevoir une programmation de haute qualité présentant des compagnies québécoises, canadiennes et internationales. Déjà, il avait joué un rôle similaire en Europe en tant que directeur du théâtre et de la danse au Centre d’arts de Vooruit de Gand, où il a été appelé à fréquenter des compagnies de danse de nombreux pays. « Nous avons souhaité, Michel Gagnon et moi, inviter des compagnies de l’étranger, dans la mesure où elles ont des propositions artistiques différentes à offrir. Dans l’esprit de faire de la Cinquième Salle un lieu d’expérimentation et de découverte, nous proposons au grand public et aux créateurs d’ici une programmation de haut niveau qui saura à la fois étonner et séduire », explique Guy Cools.

Paul-André Fortier, chorégraphe en résidence à la Cinquième Salle, a également contribué à la réflexion entourant la Série Cinquième Salle.

COMPAGNIE MOSSOUX-BONTÉ (Belgique)
LIGHT!
8, 9 et 11, 12 novembre 2005

LIGHT ! est un spectacle clair-obscur pour contrer, une fois pour toutes, la peur du noir et se réconcilier avec les ténèbres qui nous ont engendrés. Un habile mariage, où la tradition du théâtre d’ombres s’unit à la technologie d’aujourd’hui. L’enjeu de l’œuvre est de détourner les certitudes visuelles et de mettre en question la matérialité du corps face à celle de la lumière et des ombres, de la même façon que nos fantasmes et nos peurs acquièrent parfois plus de réalité à nos yeux que la vie même.

Depuis leur rencontre en 1985, Nicole Mossoux et Patrick Bonté élaborent des spectacles qui explorent les zones troubles de la sensibilité. Entre intentions théâtrales et prolongements gestuels, chaque création se cherche un ton et une expression qui lui soient propres, même si l’étrange y côtoie toujours le familier.

Située aux frontières de la danse et du théâtre, la recherche qu’ils mènent vise à fusionner ces deux disciplines en un seul langage, en partant de thématiques précises qui trouvent leur formulation dans le mouvement. Leurs spectacles ont été présentés dans plus 25 pays.

COMPAGNIE MARIE CHOUINARD (Montréal)
CAROL PRIEUR,
UNE RENCONTRE
Du 8 au 10 décembre 2005

CAROL PRIEUR, UNE RENCONTRE souligne les 10 ans de cette danseuse d’exception au sein de la Compagnie Marie Chouinard. Elle interprète quelques solos du répertoire de la compagnie ainsi qu’un work in progress.

Carol Prieur a commencé sa carrière avec la compagnie Winnipeg Contemporary Dancers. Elle a travaillé avec divers chorégraphes canadiens et a participé à la tournée de Joe de la Fondation Jean-Pierre Perreault. Grâce à des bourses, elle a poursuivi ses études à New York, à Vienne, ainsi qu’en Inde où elle a été initiée au kalarypayattu, un art martial indien. Depuis 1995, elle travaille au sein de la Compagnie Marie Chouinard. La chorégraphe a créé pour elle les solos Humanitas et Étude poignante. En 2003, elle reçoit une bourse de recherche en création du Conseil des Arts du Canada et le prix d’interprétation pour sa performance dans le film de Marie Chouinard Cantique n° 1, au Moving Pictures Festival of Dance on Film and Video, à Toronto.

O VERTIGO (Montréal)
ANGELs
Du 7 au 11 et du 14 au 16 février 2006

ANGELs (première mondiale) est une série de solos et de duos dont la matière de base est issue des fantasmes de scène des sept danseurs de la compagnie O Vertigo. Ces courtes danses servent de canevas à Ginette Laurin pour la suite de son exploration sur le concept du double.

La chorégraphe explique ainsi sa quête : « Le duo, ou l’image du double, a souvent été au centre de ma recherche. Je suis fascinée par l’idée d’harmonie et de synchronisme, de complicité et de symbiose, de complémentarité ou d’antagonisme dans le travail chorégraphique. Dans le duo, les danseurs se portent, se supportent, de façon à défier les lois de la gravité. Le duo sert aussi à multiplier la charge physique ou émotive qui se dégage d’un mouvement. Il peut également exprimer les antagonismes ou les natures opposées de l’être. Ces figures du double découlent d’un sentiment profondément ancré dans l’âme humaine qui nous protège du réel en donnant l’illusion d’éternité.

Le fantasme répond lui aussi à cette même quête de l’onirique; il permet au moi, par l’imaginaire, d’échapper à l’emprise de la réalité. Cette coexistence entre le désir du danseur et la réalité des possibles guidera notre recherche à travers les figures du double qui, dans la sphère de l’humain, résultent du visible et de l’invisible, du réel et de l’irréel, de l’animal et du spirituel, du corps et de l’âme, du vrai et du faux .»

COMPAGNIA CATERINA SAGNA (Italie)
RELATION PUBLIQUE
Du 22 au 25 mars 2006

Dans RELATION PUBLIQUE, La chorégraphe vénitienne Caterina Sagna égratigne, sans états d’âme, l’acte de création. Elle tourne en dérision le discours pompeux entourant l’art chorégraphique. Il reste alors une danse-théâtre épurée, incarnée prodigieusement par des interprètes complices d’une mascarade caustique et décalée.

Caterina Sagna commence comme interprète dans plusieurs spectacles de la Compagnie Sutki de Turin, sous la direction d’Anna Sagna. En 1980, elle se joint à la compagnie de Carolyn Carlson au théâtre La Fenice de Venise puis, au Théâtre de la Ville de Paris, elle participe à certaines créations de Jorma Uotinen et commence à réaliser ses propres chorégraphies, seule ou en collaboration avec d’autres jeunes interprètes.

En 1987, elle fonde en France la Compagnie Nadir. Grâce aux subventions triennales du gouvernement français et à des collaborations à long terme (avec, notamment, le Théâtre de la Bastille de Paris, l’Hippodrome Scène Nationale de Douai, le Vooruit de Gand et les festivals Eurodanse de Mulhouse et Klapstuck de Louvain), elle crée sept spectacles. En 1995 elle rentre en Italie et met un terme aux activités de Nadir. En 2000, elle fonde l’Associazione Compagnia Caterina Sagna.

Relation publique, une nouvelle collaboration entre Caterina et Carlotta Sagna, fut créée en 2002.

KIDD PIVOT (Vancouver)
DOUBLE STORY
Du 10 au 13 mai 2006

DOUBLE STORY se compose de deux duos, l’un signé Crystal Pite et l’autre Richard Siegal. Une musique originale live de l’artiste montréalaise Diane Labrosse accompagne cette synthèse de danse et de théâtre qui explore l’ego, la mémoire et le temps.

Après des débuts au Ballet B.C. de Vancouver, où elle se fait remarquer à titre d’interprète et de chorégraphe, Crystal Pite se taille une réputation tant au Canada qu’à l’étranger. En 1996, elle se joint au Ballett Frankfurt de William Forsythe en Allemagne où elle danse durant cinq ans, faisant des tournées en Europe, à New York et en Asie. Elle y fait la rencontre du chorégraphe-performeur Richard Siegal. Crystal Pite revient s’installer au Canada en 2001 et vit maintenant à Vancouver où elle a fondé sa compagnie, Kidd Pivot, et continue à produire ses propres chorégraphies. Elle est actuellement chorégraphe résidente aux Ballets Jazz de Montréal.

La première chorégraphie de Richard Siegal fut Solo for Janis, en 1997. Ses œuvres subséquentes ont été vues partout dans le monde et ont été présentées lors de prestigieux festivals dont le FIND de 2003. Après son passage au Ballett Frankfurt, il fonde The Bakery, un organisme voué à l’exploration et à la production de performances contemporaines.

Billets en vente sur le site

ou au (514) 842-2112 (billetterie Place des Arts)