Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Extrait du livre Lettres à l’intime de soi de Jacques Salomé publié aux Éditions Albin Michel

Si j’ai vraiment reçu
je n’ai pas peur de perdre.
Si j’ai su accueillir,
je ne me prive de rien.
Si je peux amplifier ce que je reçois de vous
pour le laisser germer durant le temps de l’absence,
j’agrandis le temps des retrouvailles.
Si j’ose mettre des mots sur ce que je vis,
alors je n’ai pas besoin de critiquer ou de
disqualifier ce qui me vient, ou ne me vient pas, de l’autre.
Le temps d’une rencontre est trop précieux
pour l’abîmer en amerture
sur ce qui ne s’est pas passé.
Si j’ai engrangé du bon en moi,
il en restera suffisamment de traces
pour l’ensemencer, bien après la séparation
ou l’éloignement.
Si je découvre que se quitter
n’est pas se perdre,
alors je me rencontre plus ouvert.
La nostalgie,
c’est quand je peux regretter
de n’avoir pas su
vous proposer tous mes possibles.

L’art de ne pas se perdre même après avoir perdu quelqu’un.