Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Opéra de Montréal,
30 ans et le même enchantement!

Les 13, 17, 20, 22, 25 mars 2010 à 20 h


SIMON BOCCANEGRA
de Giuseppe Verdi
NOUVELLE PRODUCTION EN PREMIÈRE AU QUÉBEC

L’Opéra de Montréal invite le public à découvrir une oeuvre maîtresse de Giuseppe Verdi présentée en première au Québec : Simon Boccanegra. Cette nouvelle production du San Diego Opera nous plonge dans un mélodrame amoureux sur fond d’intrigues politiques dans l’Italie médiévale et donne à entendre une oeuvre musicale forte et puissante, un pied dans le Trouvère et l’autre dans Otello. Cette découverte sera également le théâtre d’un retour, notre sublime Butterfly de 2008, la soprano Hiromi Omura dans le rôle exigeant d’Amelia, la fille du Doge. Elle partagera la scène avec le baryton italien Alberto Gazale (Simon Boccanegra), la basse turque Burak Bilgili (Fiesco), et le ténor italien Roberto De Biasio (Gabriele Adorno) – qui font tous trois leurs débuts à la compagnie, – ainsi que le baryton américain Daniel Sutin dans le rôle de Paolo Albiani.

Pour mettre en lumière le drame intense de
Simon Boccanegra, l’Opéra de Montréal a confié la mise en scène de David Gately (à la compagnie : Le barbier de Séville en 2000, Don Pasquale en 2005 et Lucia di Lammermoor en 2009).

Les décors sont signés John Coyne et les éclairages, Guy Simard. La chef Keri-Lynn Wilson dirigera l’Orchestre
Métropolitain et le Choeur de l’Opéra de Montréal.
Sur un livret de Francesco Maria Piave, Simon Boccanegra
a d’abord connu un échec lors de sa création à Venise en 1857 : on épilogue sur l’oeuvre trop sévère et avare d’effets, que «l’écriture vocale standardisée et la science orchestrale de Verdi encore sommaire ». Verdi lui-même parle d’une partition triste et désolante… 25 ans plus tard, Giuseppe Verdi accepte de revoir son oeuvre avec Arrigo Boito, maître de la dramaturgie. En six semaines, affinant les
personnages (notamment ceux de Fiesco et Paolo) et donnant du relief au rôle de Simon, ainsi que certaines scènesclé, Verdi se fait orfèvre. La création de la version révisée est un triomphe le 24 mars 1881 à La Scala de Milan.

Avec cette ampleur nouvelle et ce souci d’une plus grande subtilité, l’accent est mis sur la noblesse du héros plus que
sur le mélodrame amoureux plus que sur l’intrigue politique. Avec des caractérisations plus nettes des personnages aux destins sombres et retors, et notamment l’ajout de la grande scène du Conseil à la fin du premier acte à l’orchestration audacieuse, Simon Boccanegra s’avère une des oeuvres les plus fortes et mûres du compositeur italien et une réussite majeure du Verdi de la maturité. Ainsi retravaillée, l’oeuvre communique pleinement le nationalisme cher à Verdi de même que sa vigueur artistique.

A R G U M E N T
On est en 1339 alors que Gênes est déchirée par des luttes entre patriciens et plébéiens. Simon Boccanegra, corsaire
au service de Gênes, a eu une fille illégitime avec Maria, fille de son ennemi Fiesco. Mais l’enfant est enlevée et Maria
est retrouvée morte. Simon est cependant élu doge par le peuple avec le soutien du conspirateur Paolo Albiani. Vingt
cinq ans plus tard, Simon Boccanegra se trouve au coeur d’une intrique complexe : Amelia Grimaldi (qui s’avèrera être
la fille du Doge) et Gabriel Adorno s’aiment. Une conspiration redoutable est menée par Paolo Albiani pour pousser les Fiescho et Adorno à se révolter contre Simon, Paolo ne supportant pas que le doge ne lui ait pas accordé la main d’Amélia. Si le soulèvement échoue, Paolo Albiani réussit cependant à empoisonner Simon qui le condamnera à mort
mais pardonnera à tous les autres révoltés. C’est l’heure de la réconciliation entre Fiesco et Simon avant que ce dernier ne meure, laissant la succession à Gabriel Adorno.

Opéra : Simon Boccanegra
Musique : Giuseppe Verdi
Genre : Mélodrame
Structure : En un prologue et trois actes
Livret : Francesco Maria Piave et Arrigo Boito (d’après une pièce d’Antonio García Gutiérrez)
Langue : En italien avec surtitres français et anglais
Création : 1ere version – Venise, La Fenice, le 12 mars 1857 ; version définitive – complétée par Arrigo Boito (livret) et Verdi : créée à La Scala de Milan le 24 mars 1881
Production : San Diego Opera – nouvelle production en première au Québec

Tous les opéras sont présentés en langue originelle, avec surtitres bilingues projetés au-dessus de la scène.

PréOpéra – conférence sur l’oeuvre, donnée par le musicologue Pierre Vachon avant chaque représentation, à 18 h 45 (soirée) ou 12 h 45 (matinée), au Piano Nobile de la PDA.

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts (PDA)

Billetterie de la Place des Arts 514-842-2112 ou 1-866-842-2112 ou
www.laplacedesarts.com</a

BILLETS À LA PIÈCE
À partir de 46 $.

Cliquez www.operademontreal.com
pour obtenir plus de renseignements sur les productions, les événements spéciaux et les programmes éducatifs, les
formules d’abonnement, le prix des billets simples et de groupe, les forfaits PRIMA et corporatifs.

OPÉRA DE MONTRÉAL | SAISON 0910
MASSENET – Cendrillon | 22, 26, 29, 31 mai 2010 & 3 juin 2010 à 20 h

VENTE DE BILLETS
ABONNEMENT POUR LES 18 À 30 ANS : LA BANQUE TD T’EMMÈNE À L’OPÉRA

Grâce au soutien de TD Canada Trust, l’Opéra de Montréal poursuit son offre spéciale d’abonnement destinée aux
jeunes de 18 à 30 ans : 30 $ le billet avec l’abonnement ! Achat minimal requis de deux opéras de la saison régulière.

BIOGRAPHIESSimone
ALBERTO GAZALE, BARYTON (ITALIE)

Lauréat de plusieurs concours internationaux, Alberto Gazale a fait ses débuts dans Un bal masqué à Parme en 2008.
Depuis, sa carrière l’a mené dans plusieurs maisons d’opéra importantes et auprès d’orchestres majeurs, dans des
oeuvres parmi lesquelles on peut citer les rôles-titres de Rigoletto à La Scala de Milan et au Teatro Carlo Fenice de
Gênes, Macbeth au Dallas Opera et Simon Boccanegra pour le Deutsche Oper de Berlin. Ses engagements à venir :
Don Carlo (La forza del destino) au Wiener Staatsoper, Gérard (Andrea Chénier) au New National Theatre de Tokyo et le Duca di Nottingham (Roberto Devereux) au Teatro dell’Opera di Roma. Débuts à l’OdM.

Maria Boccanegra / Amelia Grimaldi
HIROMI OMURA, SOPRANO (JAPON)

Gagnante de plusieurs prix, elle s’est fait applaudir récemment dans les rôles suivants : Cio-Cio-San (Madame
Butterfly
) à Amiens, à l’Opéra de Metz et au Deutsche Oper de Berlin ; Héro (Béatrice et Bénédict) à l’Opéra Comique ; la Comtesse (Les noces de Figaro) à Toyama au Japon ; Micaëla (Carmen) à l’Opéra National de Tokyo ; Liù (Turandot) au concert-gala du Nouvel An à Tokyo ; Nedda (Pagliacci) au Nouveau Théâtre National de Tokyo ; et Silvia (Zanetto) à l’Opéra national de Lorraine. Parmi ses engagements pour 2010 : Cio-Cio-San à Lausanne et au Festival de Savonlinna. Dernière présence à l’OdM : Madame Butterfly (2008).

Jacopo Fiesco
BURAK BILGILI, BASSE (TURQUIE)

Depuis ses débuts professionnels dans le rôle de Don Alfonso (Lucrezia Borgia) à La Scala, au cours de la saison 2002-2003, Burak Bilgili a été très en demande sur les scènes du monde. Au cours des dernières années, il s’est fait applaudir en Giorgio (Les puritains) au Teatro Massimo de Palerme, Ferrando (Il trovatore) au San Francisco Opera, Padre Guardiano (La force du destin) au Mai Musical Florentin, Don Basilio (Le barbier de Séville) à la Canadian Opera Company, Nourabad (Les pêcheurs de perles ) au Florida Grand Opera, Escamillo (Carmen) au Den Norske Oper, Banquo (Macbeth) au Vancouver Opera et Timur (Turandot) au New York City Opera. Débuts à l’OdM.

Gabriele Adorno
ROBERTO DE BIASIO, TÉNOR (ITALIE)

Roberto de Biasio chante beaucoup en Italie et ailleurs en Europe et au Japon. Récemment, ses emplois ont été Alfredo Germont (La traviata) et Cassio (Otello) au Teatro dell’Opera di Roma, Gabriele Adorno (Simon
Boccanegra
) au Grand Théâtre de Genève, Jacopo Foscari (I due Foscari) au Teatro Regio di Parma et au Teatro
Comunale de Modène où il a aussi incarné Ismaele (Nabucco). Ses engagements futurs : Pinkerton (Madama Butterfly) au Teatro Verdi de Trieste. Débuts à l’OdM.

Paolo Albiani
DANIEL SUTIN, BARYTON (ÉTATS-UNIS)

Au cours des dernières saisons, Daniel Sutin s’est fait entendre entre autres dans Pâris (Roméo et Juliette) au
Metropolitan Opera, le Borgne (La femme sans ombre) au Lyric Opera de Chicago, Belcore (L’élixir d’amour) au San Antonio Opera, Germont (La traviata) au Reisopera des Pays-Bas, Oreste (Elektra) à la Canadian Opera Company, Sonora (La fanciulla del West) au Royal Opera House – Covent Garden et Sharpless (Madame Butterfly) au Michigan Opera Theatre. Ses engagements futurs : Rigoletto à l’Opera San Antonio et au Nashville Opera, La fanciulla del West au Lyric Opera de Chicago, Wozzeck et Boris Goudounov au Metropolitan Opera. Dernière présence à l’OdM : Le Gala (2007).

Pietro
ALEXANDRE SYLVESTRE, BARYTON (CANADA)

Ancien membre de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Alexandre Sylvestre a chanté récemment à l’Opéra de
Montréal les rôles suivants : Betto (Gianni Schicchi</i), Jack Wallace (La fanciulla del West), Nourabad (Les pêcheurs de Perles), le Duc de Vérone (Roméo et Juliette) et le Prince Yamadori (Madama Butterfly ). Il a aussi chanté dans Die Zauberflöte au Pacific Opera Victoria et comme soliste avec Les Violons du Roy dans la Messe de Minuit de Charpentier et le Stabat Mater de Haydn. Il a aussi pris part à la création d’une oeuvre fondée sur les écrits de Jacques
Cartier pour le 400e de la Ville de Québec. Dernière présence à la compagnie : Tosca (2010).

Un Capitaine
ANTOINE BÉLANGER, TÉNOR (CANADA)

Ancien membre de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal pour lequel il a chanté Gonzalve (L’heure espagnole),
Antoine Bélanger a fait ses débuts à l’Opéra de Montréal dans le rôle de l’Amant (Il tabarro) en 2006, pour ensuite y
chanter Tybalt (Roméo et Juliette). Récemment, il chantait comme soliste à Lyon, avec l’Orchestre symphonique de
Sherbrooke, l’Ensemble Amati, il incarnait Arturo (Lucia di Lammermoor) à l’Opéra de Montréal, était soliste dans La grande Messe de Gilles Vigneault avec l’Orchestre symphonique de Québec, le Requiem de Verdi avec le Choeur de Québec et dans Carmen avec l’Orchestre symphonique du Saguenay Lac Saint-Jean. Dernière présence à la
compagnie : Gianni Schicchi (2009).

Une Servante d’Amelia
AIDAN FERGUSON, MEZZO (CANADA)

Aidan Ferguson est actuellement membre de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. À l’opéra, elle a chanté Dorabella (Così fan tutte), la Deuxième dame (Die Zauberflöte ), Mum (Albert Herring), Zenobia Radamisto ), Popova (The Bear), la Sorcière (Dido and Aeneas) et la Baroness (Vanessa). Récemment : soliste dans la Messe en do mineur de
Mozart avec la Ottawa Choral Society et Female Chorus (The Rape of Lucretia) avec Opera McGill. Dernière présence à
la compagnie : Gianni Schicchi (2009).

Chef d’orchestre
KERI-LYNN WILSON (CANADA)

Keri-Lynn Wilson a commencé sa carrière internationale de chef d’orchestre invité en 1998 et depuis, elle partage ses
activités entre le concert symphonique et l’opéra. Parmi les endroits et institutions où elle a dirigé des orchestres,
citons : Montréal, San Francisco, le Gewandhaus de Leipzig, le Mai Musical Florentin, l’Islande, Toronto, Ravinia,
Houston, Seattle, Vancouver, New Jersey, Athènes Kamarata, Hong Kong et le Flemish Radio Orchestra. Au nombre de
ses plus récentes prestations à l’opéra, on compte La traviata et Tosca au Wiener Staatsoper, Tosca au Bolshoi, Turandot au Washington National Opera, Cavalleria rusticana au Taormina Arte, Boris Goudunov à l’Opéra d’État de Pologne et Rigoletto au Teatro Massimo de Palerme. Dernière présence à l’OdM : La fanciulla del West (2008).

Metteur en scène
DAVID GATELY (ÉTATS-UNIS)

Des critiques récentes ont louangé le metteur en scène David Gately, « infiniment intelligent et spirituel » (Calgary
Herald
) et « véhiculant une honnêteté beaucoup trop rare dans les grands opéras » (Milwaukee
Journal Sentinel ). Ses mises en scène, dont on dit qu’elles racontent véritablement une histoire, incluent Carmen au Vancouver Opera, La Cenerentola et Dead Men Walking au Fort Worth Opera et Le barbier de Séville au Washington National Opera, au Winnipeg Opera et à Opera Colorado. Plusieurs compagnies à travers l’Amérique et le Canada (dont l’Opéra de Montréal) ont monté avec grand succès sa production de style western de Don Pasquale. Dernière présence à l’OdM :Lucia di Lammermoor (2009).

Décors
JOHN COYNE (ÉTATS-UNIS)

Directeur du design chez Theatre Projects Consultants (TPC) au Connecticut, il est scénographe, concepteur de costumes et architecte. Son travail va de la conception et la planification de salles et d’édifices voués au spectacle,
l’évaluation de sites à la participation à des études de faisabilité. Depuis 1994, il a conçu des décors pour plusieurs
compagnies de théâtre et d’opéra, parmi lesquelles le New York City Opera, le San Francisco Opera, le San Diego Opera, le Washington Opera, le Joseph Papp Public Theatre, le Dallas Theater Center, le Center Stage, le California Shakespeare Theatre, le Shakespeare Theatre in D.C., l’Old Globe, Goodspeed Musicals, Yale University et la Juilliard School. Il donne des conférences sur la conception de décors à la Yale School of Drama et a été conférencier invité à la Harvard University et au Chicago Art Institute. Il est l’un des quatre concepteurs mandatés par le National Building
Museum pour présenter une nouvelle conception du Globe Theatre. Débuts à l’OdM.

Éclairages
GUY SIMARD (CANADA)

Né à Montréal, il a travaillé sur plus de 500 productions — concepteur d’éclairages, consultant scénographe, directeur
technique ou directeur de scène. Actif au théâtre, tant local, national qu’international, et à l’éclairage architectural, il a aussi beaucoup travaillé à l’opéra : Opéra de Montréal, Volksoper de Vienne, Opéra Monte Carlo, Opéra national du Rhin, Théâtre national de Belgique, Kentucky Opera, Florida Grand Opera, Boston Lyric Opera ou Michigan Opera Theatre. Il a reçu de nombreux prix et distinctions pour son travail novateur en tant que concepteur d’éclairages. Diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada, il y enseigne la conception d’éclairages depuis plusieurs années, comme en Belgique et en France. Dernière présence à la compagnie : Roméo et Juliette (2007).

Chef de choeurs
CLAUDE WEBSTER (CANADA)

Lauréat de nombreux concours canadiens et américains, il a effectué plusieurs tournées au Canada, aux États-Unis, au
Japon, en France, en Suisse et en Grèce. Comme soliste, il se produit avec l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre Métropolitain, l’Orchestre de chambre Radio-Canada et l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa. Ses débuts au Carnegie Recital Hall de New York ont suscité les éloges du New York Times. Il compte trois enregistrements avec chanteurs et flûtiste (ATMA/SNE, Radio-Canada/Dobermann et Analekta) et un enregistrement de nocturne de Chopin. Inscrit en 1994 comme stagiaire à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, il y oeuvre à titre de chef de chant principal. Dernière présence à la compagnie : Tosca (2010).