Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Les 24, 25 et 26 janvir 2008, 20 h

Suites Cruelles

Et si pour se retrouver dans le plaisir, il fallait nécessairement se perdre dans la douleur..

Suites Cruelles. Un ballet qui porte parfaitement son titre puisque c’est à peu près ce que j’ai ressenti tout au long du ballet: de la douleur. Les moments de plaisirs annoncés y étaient également mais ils n’ont pas été assez longs pour faire oublier la douleur. J’en suis sortie courbaturée.

Le ballet commence pourtant sur une note de gaieté, au son de « These boots are made for walking.», mais tout de suite la douleur prend place. La douleur sous toutes ses formes. Celle causée par les talons hauts que portent même les hommes. La douleur du corps qui tombe, retombe et retombe encore. Les corps quasiment désarticulés montrant la douleur de chaque articulation, comme celle illustrée par ce pantin de bois utilisé dans une publicité pour un produit analgésique. Même la musique arythmique ajoutait son effet pervers à cette douleur.

Et pourtant, les quelques moments de plaisir étaient intenses, exprimés par des gestes en longueur et des corps qui s’étiraient de plaisir au rythme bien senti de la batterie et des cymbales.

Le spectacle s’est terminé, comme il a commencé, sur une note d’humour, lorsqu’un danseur s’est improvisé chanteur et a entonné un air d’opéra-bouffe. Assez drôle pour en oublier la douleur du spectacle? Non pas vraiment.

0 Au secours, 1 Pas du tout, 2 Un peu
3 Assez, 4 Beaucoup, 5 Passionnément

Au Centre Pierre-Péladeau
300, boul. de Maisonneuve Est

Pour plus de détails, cliquez www.dansedanse.net

Billets disponibles à partir de 20 $

Billetterie du Centre Pierre-Péladeau au 514.987.6919, ou via le réseau Admission au 514.790.1245 www.admission.com