Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

«Un congrès passionnant, qui a répondu à beaucoup de questions pertinentes à la profession d’enseignant, et qui a également soulevé des interrogations stimulantes, qui s’ouvrent sur l’avenir ! »

C’est ainsi que résume M. Stéphan Lenoir, président de l’Association québécoise des enseignantes et des enseignants du primaire, le 21e congrès pédagogique du primaire de l’AQEP, qui s’est déroulé du 29 au 31 octobre dernier à Québec.

Plus de 1 000 personnes ont assisté aux ateliers organisés dans le cadre de ce colloque, dont le thème était Mes compétences, ma profession.

Même madame la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre de la Famille, Michelle Courchesne, était de la partie, y allant d’un vigoureux : « L’école québécoise est bonne et performante. Arrêtons de la dénigrer ! »

« Comme à chaque événement de ce genre, souligne M. Lenoir, un élément ressort du reste et passe à l’avant-scène.
Cette année, il s’agit du panel consacré à la pertinence des devoirs et des leçons. Voilà bien l’une des grandes problématiques de l’école du XXIe siècle ! »

En effet, depuis quelques années déjà, parents et enseignants (et élèves !) se posent la question : les devoirs et les leçons à la maison sont-ils nécessaires à l’acquisition de connaissances ou ne sont-ils qu’un fardeau inutile ?

Certains croient dur comme fer à leur importance, alors que d’autres seraient prêts à les éliminer entièrement.

« Le panel, souligne M. Lenoir, a permis à chacun d’expliquer son point de vue, d’entendre des avis similaires ou totalement opposés, de découvrir, à travers des cas vécus, des expériences quotidiennes, ce que vivent enseignants, élèves et parents. »

Il rajoute : « Suite aux échanges durant ce panel, l’AQEP est convaincue de l’importance d’entamer une démarche de réflexion sur les devoirs, afin de permettre d’établir une politique ou des règles au niveau de la commission scolaire, de l’école ou du cycle. Comme chaque milieu est différent, il ne peut y avoir une réponse unique. Cette démarche de réflexion ne doit pas se faire en vase clos, mais inclure les élèves, les parents et la communauté. L’AQEP continuera à réfléchir et prendra une position officielle dans les semaines à venir. Nous recommandons donc au Conseil supérieur de l’éducation, dans son avis sur les devoirs et leçons à paraître au printemps prochain, de mettre l’accent sur la réflexion des équipes plutôt que de favoriser une ligne de
conduite. »

Succès retentissant, le 21e congrès pédagogique du primaire de l’AQEP aura encore une fois joué son rôle de rassembleur des intervenants du milieu et de précieux tremplin pour des idées qui, on ne peut en douter, formeront la réalité de l’enseignement au Québec dans les années à venir.

Le prochain congrès se tiendra les 2, 3 et 4 décembre 2009, au Palais des congrès de Montréal, toujours sous le thème Mes compétences, ma profession. Un panel sur la professionnalisation aura lieu au congrès 2009.