Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Pour lire la première partie

Agroforesterie : la partie n’est pas encore jouée…

MISE EN MARCHÉ

Mais il y a plus. Les agroforestiers de demain, cette espèce en voie d’apparition, doivent être soutenus si l’on espère que ce champs d’activité, aujourd’hui encore relativement marginal, s’épanouisse et débouche sur des pratiques menant à des résultats tangibles, démontrant tant son efficacité que sa rentabilité selon tous les aspects sous lesquels elle est envisagée.

Il est probable, comme le soutiennent MM. De Beats, Gariépy et Vézina que « l’accroissement du secteur de l’agroforesterie créera éventuellement une demande pour certaines espèces et pour de nouveaux produits ». Fort bien, mais pour que cela devienne réalité, il faudra que les producteurs qui souhaitent s’engager dans le secteur des PFNL en particulier puissent bénéficier d’un soutien technique et financier à caractère structurant qui soit de nature à en encourager le développement.

Le succès ultime de l’agroforesterie passera sans doute par l’organisation efficace des accès aux marchés. Comme l’eau des rivières s’écoule naturellement vers le fleuve, les PFNL doivent trouver le chemin menant à ceux à qui ils sont destinés. Mais nous n’en sommes pas encore là. Pour l’instant, c’est en amont que se situent les besoins. Dans l’état actuel des choses, l’intérêt grandissant qui s’exprime chez les membres du Regroupement agroforestier centricois a trait à la manière concrète de poser des gestes neufs dans leur boisé. Être conscients de l’existence d’un potentiel se dissimulant dans une forêt est une chose, trouver les moyens de l’exploiter avec succès en est une autre.

La réponse à cette difficulté première ne peut venir que de là où se trouvent les solutions que sont les connaissances, le transfert d’expertise et les moyens d’agir. La partie est en cours. Elle n’est pas jouée encore, c’est-à-dire que son issue est encore indéterminée, mais elle peut être gagnée pour le bénéfice de tous. Pour cela il s’agit que, tous ensemble, nous mettions la main à la pâte. Des décisions sont attendues. Les agroforestiers centricois sont prêts. Les décideurs le sont-ils?

Références
1 http://www.cepaf.ca/agroforesterie_fr.php
2 Jean Hamann, Revue Contact, Université Laval, printemps 2007, vol. 21, no 3, pp. 13 à 17.

PAR GILLES THÉBERGE,
Président du Regroupement agroforestier centricois