Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Pour retrouver les chroniques précédentes, cliquez sur ARCHIVES

JOUR 1, SUITE ET FIN

Après une pause dans notre chambre, nous partons à la recherche d’un restaurant. Il y a bien, à gauche, un Red Lobster et un Hooters, mais nous optons plutôt pour la droite et un petit centre commercial pas très éloigné.

Nous y découvrons un très bon restaurant italien du nom de PEPPERS RESTAURANT (Phone : (610) 265-2416 – 239 Town Center Road). Il se trouve dans le centre commercial, juste en face du cimetière – vous longez l’allée des magasins complètement à votre gauche; vous le découvrirez tout au bout.

J’ai choisi des linguinis, entrée de salades variées incluse. Je n’avais pas mangé d’aussi bons linguinis sauce tomate et boulettes de viande depuis ma dernière visite chez l’amie italienne de ma mère! Mais bonne Sainte-Anne, j’aurais nourri quatre personnes à la maison avec toute cette nourriture!!!

Réjeanne a choisi une pizza pepperoni fromage; ici, ç’aurait été une « médium »!

Tout le monde repartait avec son petit « doggy bag »! Je ne vois pas l’utilité d’en mettre AUTANT dans une assiette! Ça me dépasse! Mais je m’en suis régalée jusqu’à complète satiété!

Retour à l’hôtel, télévision et dodo!

On peut dire que ce fut une très belle journée! Je me sens vraiment en vacances. Pas de cartes à déchiffrer, pas de stress du conducteur qui ne sait pas où se diriger. On peut regarder d’un bord et de l’autre sans craindre de perdre la bonne route de vue… Je redécouvre les joies du voyage organisé!

Je m’étais pourtant juré qu’on ne m’y reprendrait plus, ayant déjà vécu l’expérience de la guide qui perd le contrôle de son groupe et ne sait pas faire taire une bonne femme qui beugle archi-faux dans son micro des chansons grivoises – de la partie de bingo – des histoires cochonnes – et de l’heure de la sieste obligatoire… lors d’un voyage à Toronto…

Et de la femme qui s’était aspergée de Poison de Christian Dior à plusieurs reprises, ne supportant pas l’odeur de la cigarette fumée dans son dos par un passager… Moi, assise sur le banc DEVANT elle, j’ai failli étouffer des vapeurs de ce parfum puissant et capiteux. Je n’ai jamais trouvé le trajet New-York-Montréal aussi long de ma vie!

Dieu merci, la cigarette est maintenant interdite dans les transports en commun! Et les arrêts permettent aux fumeurs de ne pas devenir trop anxieux. Voilà un bon compromis!

Jour 2 : Longwood Garden demain !