Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

JOUR 2 – LES AMISH suite

LA NON-CONFORMITÉ DES AMISH

Les amish vivent selon deux règles de base.

Premièrement, ils ne veulent pas posséder de biens permanents non essentiels : pas de téléphone, pas d’électricité, pas de tuyauterie publique pour l’eau ou le gaz dont ils seraient dépendants. Les seuls liens extérieurs publics sont l’allée de leur maison vers la route et la délimitation de leur terre, car il s’agit d’une nécessité.

Deuxièmement, si un bien non essentiel est acquis ou utilisé, il doit être différent de celui utilisé par le reste du monde actuel.

Par exemple : ils utilisent la calèche et le cheval — les maisons n’ont pas de rideaux — les seules couleurs utilisées dans les maisons sont le bleu (ciel), le vert (la nature), le brun (la terre) en peinture luisante pour faciliter l’entretien – maintenant, ils peuvent utiliser le propane l’été – l’hiver, ils se chauffent au bois et au charbon. L’eau provient de puits ou est apportée à la maison par un petit moulin.

Une famille moyenne de sept ou huit enfants fabrique 2 000 pots de produits en conserve par année (fruits, légumes et viande).

On ne retrouve aucun article de décoration dans la maison. La cuisine est ornée d’ustensiles, de chaudrons et de plantes en pot. Jamais de fleurs coupées, ce qui serait « tuer » la fleur de façon prématurée. Par contre, les fleurs sont omniprésentes autour de la maison.

On trouve un calendrier, mais jamais de portraits de famille, signe de prétention. Certaines familles n’ont pas une seule photo de leurs ancêtres ou de leur famille.

LES SOURCES D’ÉNERGIE

Les amish se servent de trois sources d’énergie :

. La roue à aubes lorsqu’ils sont à proximité d’un ruisseau (tout un système de câbles et de poulies…);

. L’éolienne;

. Le moteur diesel. Depuis 1950, ils ont dû accepter d’utiliser cette forme d’énergie car les produits laitiers, pour être vendus aux compagnies, devaient être réfrigérés; on trait les vaches mécaniquement. Et le propane.

LES MOYENS DE TRANSPORT

Les amish utilisent trois types de calèche : pour le marché, souvent tirée par deux chevaux, elle permet de tirer également une plate-forme – celle des fréquentations (complètement ouverte) et la familiale, fermée.

Ces calèches, identiques depuis toujours, sont fabriquées par leur propre spécialiste.

Chaque calèche doit posséder des lumières à piles et des phares de signalisation. Certaines ont des essuie-glace. Toutes doivent afficher un triangle rouge à l’arrière pour prévenir de leur lenteur.

Les amish ont des chevaux de trait pour les labours et les travaux de la ferme; pour leur calèche de sortie, ils achètent aux enchères des chevaux de course en fin de carrière.

Ils possèdent également des trottinettes pour leur déplacement en ville ou d’un voisin à l’autre quand la distance le permet.

L’été, ils marchent pratiquement tous pieds-nus à la maison et aux champs. Ou avec des bas et chaussures noirs pour aller à la ville.

Je fais parvenir ces textes à Uparathi pour qu’elle corrige les erreurs ou coquilles qui pourraient s’y glisser et elle m’a posé cette question :

Les as-tu sentis… en paix, disons?

Ma réponse fut celle-ci :

Ce sont des personnes extrêmement hermétiques !

Une seule dame nous a envoyé la main au passage du bus dans un petit chemin de rang. Le monsieur chez qui nous nous sommes arrêtés était d’une grande politesse mais rien de plus. Aucun sourire, un mur !

J’ignore si des passagers du bus lui ont posé des questions sur son mode de vie; mais moi, je fus d’une très grande discrétion à son égard et j’ai préféré m’abstenir tout en le remerciant sincèrement. Sa boutique et la cour de sa maison fleurie étaient d’une EXTRÊME propreté ! Les cultures de ses champs atteignaient deux fois la hauteur des nôtres.

Un de ses fils est arrivé en petite trottinette et a filé directement vers la maison et est entré rapidement.

Bien entendu, ceci n’est qu’un très bref résumé de tout ce que nous a appris monsieur Gérard Hébert, notre guide.

Demain : les services religieux, l’éducation, les vêtements.

Certaines photos proviennent de cartes postales ou du livre The Old Order Amish – in plain words and pictures T.J. Redcay