Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Pour retrouver les chroniques précédentes, cliquez sur ARCHIVES

LA FERME

On cultive les champs en vagues… tout est arrondi! Les contemplant, on découvre une mer vert foncé, vert pâle, jaune… Magnifique! Les amish utilisent des engrais biologiques ou commerciaux, au choix.

Les instruments aratoires, non mécanisés, sont tirés par les chevaux ou les mulets. Toutes les roues sont en fer, y compris celles des tracteurs — quand ils en ont! Le tracteur ne sert pas à tirer, mais à pousser! On effectue le binage à la main.

Un amish achète un instrument, le voisin en achète un autre, et ils s’entraident. Ils cultivent du foin, du blé, de l’orge, du maïs, du sarrasin et du tabac. Ils possèdent d’immenses jardins potagers et fruitiers. Ils ont des vaches laitières, des volailles et des porcs.

Tout n’est pas que travail (bien que cela occupe une grande partie de leurs journées). Ils traitent leurs bêtes avec respect et leur octroient également des heures de repos.

Les enfants ont des jouets fabriqués par des amish : poupées, trottinettes, petites charrettes, patins à glace… Ils adorent jouer à la balle molle, au ballon-panier, au croquet ou à tout autre type de jeu de groupe. Mais ils évitent les jeux de cartes ou de hasard.

Ils utilisent les produits de leur ferme pour leur propre consommation, mais ils vont également au marché vendre leurs produits, aux encans pour le foin et toutes les céréales ainsi que leur tabac, de grande qualité.

On consacre l’hiver à la réparation des outils et à la fabrication de pièces de bois par les hommes et de courtepointes ou de travaux à l’aiguille par les femmes. Les enfants apprennent tôt ces techniques.

MARIAGE et autres renseignements

On se marie le mardi ou le jeudi de la dernière semaine d’octobre jusqu’à la deuxième semaine de décembre (les temps morts sur la ferme et les deux journées les moins occupées pour les femmes). Si on tombe amoureux en septembre, on se marie dans les mois à venir… Le divorce est interdit.

On garde le mariage secret jusqu’aux dernières semaines avant l’événement. On se marie dans la maison de la fille. On peut faire des mariages de groupe; tout le monde se rassemble pour l’occasion. Les invitations sont verbales. La cérémonie dure pratiquement toute la matinée. Puis c’est le repas. En après-midi, on déballe les cadeaux : tout ce dont un couple a besoin pour sa demeure.

On s’amuse tout l’après-midi. Puis, le dîner est servi. La soirée se poursuit avec des chants. On s’amuse beaucoup à jouer des tours aux nouveaux mariés, jusqu’au lendemain. Là commence la lune de miel. Les mariés vont d’une famille à l’autre et dorment là. Ils reçoivent chacun un cadeau. Quand la calèche est remplie, le couple va la décharger à la maison et il repart!

Au printemps, il est temps de s’installer. Le père du marié lui procure la ferme et le père de la mariée achète vaches et meubles. Comme on manque de fermes, on procède parfois autrement. De là l’utilité des trois maisons…

Le plus jeune fils prend généralement en charge la ferme familiale, au moment où le père est prêt à prendre sa retraite. Avec sa femme, il déménage dans la maison des aînés, à côté de la maison principale. Les amish prennent toujours soin des aînés et des jeunes, car ils n’ont pas de plans de soins médicaux ni de sécurité sociale.

Si une famille est dans la misère à cause d’un problème grave, la communauté l’aide, dans le respect. Quand on a besoin d’une grange supplémentaire, toute la communauté s’y met, et les femmes nourrissent les hommes qui travaillent.

Les amish ne vont jamais à la guerre. Quand ils sont appelés, le gouvernement les place dans les infirmeries pour soigner les blessés. Jamais un amish n’acceptera de tenir un fusil et de tuer quelqu’un.

Un amish ne conduit jamais de voiture, mais il accepte d’être passager. S’il ne travaille pas à la ferme, il peut être menuisier, peintre, plombier, soudeur, carrossier, horloger, marchand… S’il construit une maison pour un Anglais, il utilise un sous-traitant pour l’électricité. Il peut également se servir d’un téléphone public (la compagnie de téléphone en a dispersé partout dans le comté) pour les affaires, appeler le médecin, etc. Mais il ne faut pas qu’il soit à proximité de la maison ni l’entendre sonner!

Âgés de 16 et 18 ans, les jeunes peuvent aller « dans le monde » pour voir ce qui s’y passe. Ils sont libres de partir. Il semble que 80 % des jeunes reviennent à leurs valeurs traditionnelles.

Les femmes amish doivent porter un petit bonnet et ne coupent pas leurs cheveux; elles ne portent ni bijoux ni montre. On travaille du lever au coucher du soleil, sauf le dimanche. Les amish ne changent pas l’heure; ils commencent juste plus tôt, en fonction du lever du soleil.

Leur code de vie est celui de la Sainte Bible. Tout est régi par les Saintes Écritures.

Je ne vous ai transmis qu’une infime partie de ce que j’ai appris et de ce que j’ai lu.

Un excellent guide, bien instruit des mœurs d’un peuple, comme Gérard Hébert, est une perle rare dans un voyage organisé. Ses explications nous évitent les pièges à touristes, car plusieurs personnes s’affichent « amish » mais en fait, elles ne le sont pas!

J’admire beaucoup ce peuple, pour sa persévérance et sa TOLÉRANCE. Il doit être de plus en plus difficile de vivre selon ces croyances, dans un monde où tout est axé sur la possession et l’« extérieur ». Il doit être difficile d’élever ses enfants quand, à chaque coin de rue, on trouve un McDonald, un Wal-Mart, un parc d’attractions et des personnes qui te dévisagent comme si tu étais un clown de cirque.

COMMENT FONT-ILS POUR NOUS SUPPORTER?

Parfois, dans mon autobus bien climatisé, j’avais l’impression d’être au zoo de Saint-Félicien (les animaux sont en liberté et les humains dans des cages). J’éprouvais même un sentiment de gêne. Heureusement, les fenêtres sont noircies! Même si les amish savent que nous les regardons, du moins ils ne nous voient pas ni n’entendent nos commentaires…

S’ils peuvent « profiter » de nous en nous vendant leurs produits à fort prix, je trouve ça juste équitable!

PEUPLE AMISH, JE SUIS HEUREUSE DE VOUS CONNAÎTRE UN PEU MIEUX!

Voici des sites internet qui pourraient vous intéresser,toutefois, ils sont en anglais :

PADUTCH COUNTRY
SITES SUR LES AMISH
AMISH
DUTCHCOUNTRY PENNSYLVANIA
THE AMISH AND THE PLAIN PEOPLE
LA BIBLE SUR SCÈNE
AMISH FARM AND HOUSE
AMISH EN ONTARIO

Une chose que je me demande: en faisant des recherches, je me suis retrouvée sur un site parlant du livre : The Little House – et j’ai vu de ces livres dans une boutique !
Ces livres étaient de l’auteure Laura Ingells Wilder !
LAURA INGALLS

Et de ces livres furent tirées les émissions : La petite maison dans la prairie !

Si on se souvient de cette émission, je trouve que la ressemblance avec la vie des mennonites est assez frappante… Toutefois, c’était la représentation de l’époque aussi ! Alors, je m’interroge ! Si vous avez une réponse pour moi me confirmant qu’elle était de religion mennonite… j’aimerais bien le savoir !

Les photos proviennent du livre « The Old Order Amish in plain words and pictures », Auteur : T.J. Redcay et de cartes postales « The Amish country 12 deluxe folder » par Americana Souvenirs and Gifts, Gettybburg, Pa.

Et le voyage se poursuit…