Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Lors du 1er tour des Coupes du Monde en Autriche

Biathlon : Marie-Pierre Parent de Saint-Paul de Joliette obtient une 11e place au relais

C’est à Hochfilzen en Autriche, le 10 décembre dernier, que le quatuor composé des Albertaines Zina Kocher, Sandra Keith et des Québécoises Martine Albert et Marie-Pierre Parent a atteint un sommet inégalé pour le Canada. Les quatre athlètes ont terminé en 11e position, soit leur meilleur résultat depuis qu’elles sont membres de l’équipe féminine nationale de biathlon.

Marie-Pierre a pris le départ la dernière pour son équipe et n’a raté qu’une cible.

Interrogée sur sa performance, Marie-Pierre semblait plus que satisfaite d’elle-même. « J’ai obtenu le 2e meilleur temps de l’équipe canadienne, je n’ai manqué qu’une cible et comme je partais la dernière, je savais que le résultat final dépendait de moi. »

Les quatre canadiennes visaient un top moitié et elles ont atteint exactement leur objectif avec un temps final de 1 :21 :39 :44 accusant un retard de 6 minutes 12 secondes sur les Norvégiennes qui ont remporté le podium. Ce relais en Coupe du Monde en était de 24 km, soit 6 km de ski de fond et 10 tirs par athlète.

Marie-Pierre se dit en pleine forme, elle qui a dû patienter une semaine avant de pouvoir courser avec ses coéquipières. « Le Canada n’avait droit qu’à trois départs cette semaine alors je n’ai pas fait les autres courses. Je me reprendrai la semaine prochaine lors d’un sprint et d’un individuel puisque ce sera une autre de mes coéquipières qui devra nous regarder courser. »

Au moment d’écrire ces lignes Marie-Pierre, séjourne à Orsblie en Slovaquie s’entraînant pour les prochaines compétitions qui se tiendront du 15 au 18 décembre.

Plus que quelques mois avant le jour T comme Turin en Italie.

Le quatuor canadien est prêt, plus que jamais, à affronter les meilleures de ce monde.

À mentionner que les quatre biathlètes ont réussi leur critère olympique au relais l’an dernier en terminant au 12e rang. « Nous voulions leur prouver que nous pouvions faire mieux et que notre participation aux Jeux Olympiques n’est pas un coup de dé », nous a dit Marie-Pierre en terminant.

Source :

Audrey Bélanger