Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Notre bulletin 62 de février 2009 maintenant sur notre site

« La révolution douce et brutale à la fois des technologies numériques va plus vite que les idées, plus vite que la conscience, mais moins vite que les structures sociales qui l’engendrent et l’imaginent. »

Ce sont les propos d’Hervé Fisher, artiste-philosophe, co-fondateur et président de Science Pour Tous, (regroupement des organismes québécois de culture scientifique et technique) et de la Fédération Internationale des Associations de Multimédia Effectivement, certains ont utilisé ce brassage de cartes pour exploiter et spéculer sur cette technologie, créant des révolutions et des crises, sans trop se préoccuper des dimensions éthiques ni voir ou même pressentir les conséquences sociales qu’elles peuvent engendrer quelques années plus tard.

Il y a, fort heureusement, des visionnaires qui ont su garder cette « virginité » de l’altruisme et qui ont développé leurs idées au profit de la communauté virtuelle, cette communauté nomade, qui fait fi des barrières physiques et même matérielles.

Grâce à ses collaborateurs, l’ACLJ rassemble cette communauté virtuelle, pour l’instant francophone, en bâtissant peu à peu et pour le profit de tous, un patrimoine culturel avec le concours des jeunes du Monde, soutenus par leurs aînés.

Des collaborations de plus en plus nombreuses et fréquentes, s’établissent, paradoxalement, dans les pays où la démocratie est la plus déficiente.

Par exemple, dans plusieurs pays d’Afrique, dont la République Démocratique du Congo, qui fut l’un des premiers à répondre « présent ».

D’autres communautés qui subissent l’ostracisme des sociétés environnantes, comme celles des jeunes atteints par le VIH-sida, y participent aussi.

Cela démontre « que la puissance de cette révolution douce et brutale à la fois des technologies numériques va plus vite que les idées ».

Afin que ce patrimoine culturel des jeunes par les jeunes profite au plus grand nombre, nous cherchons actuellement les meilleurs moyens de les atteindre.

Ceux qui sont les plus difficiles à rejoindre, vivent dans des communautés privées des réseaux offerts par le numérique ou dans celles qui sont en manque d’apprentissages de base, leur donnant accès à la lecture ou encore, ceux qui ne peuvent pas fréquenter l’école et les bibliothèques.

Nous voulons toucher aussi les plus jeunes, en apprentissage du langage, qui sont en train de développer la structure de leur pensée.

C’est ce que nous débattrons à l’occasion du prochain Festival littéraire international de Montréal Metropolis bleu, fin avril prochain.

Vous y êtes cordialement invités. Nous vous fournirons les dates, heures et lieux, en temps opportun.

D’ici là, nous continuons à agir.

Autres sujets traités dans le bulletin :

À la recherche d’un dialogue interculturel

Des aînés haïtiens racontent

Contes du mois

Les hommes d’un village partent à la recherche de la vérité afin de pouvoir épouser la fille du roi. Personne ne reviendra vivant de cette quête, car la vérité n’existe que dans la mort.

Hibou, durant un bal, inquiet de paraître tel qu’il est, finit par se sauver en abandonnant sa fiancée qui découvre sa beauté trop tard.

C’est l’histoire d’un prince amoureux d’Anaïs et d’un roi, raciste et intolérant, qui veut choisir une épouse digne de son rang. On y apprendra qu’il n’existe pas d’amour sans sacrifice.

Une petite fille maltraitée échappe au monstre du bois avec l’aide de ses amies. On saura qu’on ne gagne rien à mentir mais que la ruse et l’amitié peuvent sauver du danger.

Un oncle se fait avoir au jeu par son neveu plus malin que lui. On apprendra qu’on ne doit pas se laisser influencer par les flatteries de ceux qu’on croit être ses amis.

C’est l’histoire de deux planteurs dont l’un est plus malin que l’autre. On verra que l’on doit tout prévoir des variations de la nature et ne jamais se laisser prendre sans réfléchir

Malice, un planteur malin, organise une corvée aux dépends de ses amis. Est-ce que Malice a bien agi ou s’il a été un peu malhonnête?

Un petit cochon manque d’affection. Il est consolé par un petit garçon.

Des nouvelles de nos collaborateurs

Prise de parole pour de jeunes poètes

Une invitation d’Ilyes

Fondation pour une bibliothèque globale

La Fondation pour une bibliothèque globale diffuse une centaine de contes de l’ACLJ.

N’hésitez pas à nous faire parvenir une liste de personnes ou d’organismes qui pourraient être intéressés par les activités de l’ACLJ.

Les CD dont nous parlons dans les divers bulletins sont disponibles au coût de 15$ ou 15 Euros (transport inclus) Les profits servent à financer des projets dans les pays en voie de développement.

Tout don sera apprécié. Nous pourrons, par exemple, le partager avec des collaborateurs des pays en voie de développement qui en ont réellement besoin pour la poursuite de leurs projets d’alphabétisation.

Didier Calvet
Association pour la Création Littéraire chez les Jeunes

SITE

BULLETIN COMPLET

NOUVELLESFRAÎCHES D’AFRIQUE

ACLJ CP 25 Succ. Youville, Montréal (Québec), H2P 2V2, Canada