Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->


CHAPITRE 6 – LE RÊVE

TEXAS (4)
Cette chronique pourrait s’intituler « De la beauté à l’horreur »!!!

17-03-00

Tous mes fantasmes tombent en poussière…. le réveil est pénible!!! )))

Je croyais voir des cowboys… niet!
Je croyais vivre en terre de sécheresse; humidité : 100%
Le vent…. on n’en parle même pas )))

Brownsville : ville la plus au sud du Texas. On n’a jamais pu se faire parler en anglais ici; qu’en mexicain.

Pour trouver le zoo Gladys Porter, ce fut un méchant casse-tête jusqu’à ce qu’une dame mexicaine, nous voyant égarés, vienne nous conduire jusqu’à la porte du zoo. Merci Beaucoup Madame!!

J’avais vu dans le guide du Texas une mention de la beauté de ce zoo, l’un des plus beaux zoos d’Amérique… (voir site Internet plus bas).

Grâce à une reconstitution de leur milieu naturel, les animaux ne sont pas en cage.

Mon site préféré : les gorilles
J’aurais passé des heures à les voir évoluer.

Monsieur Gorille, dans toute sa splendeur (le mâle est beaucoup plus impressionnant que les femelles comme chez plusieurs races d’animaux… sauf chez l’homme!!!! )))

Monsieur avait son harem de 4 dames. Trois de ses belles s’amusaient, se chicanaient, se crêpaient le chignon.

Lorsque la chicane dérangeait Monsieur, il se levait et allait séparer les belligérantes. Une taloche à l’une, une pincée à l’autre, Monsieur est craint! Les belles vont bouder sous un rocher, chacune de leur côté; c’est crampant!

La quatrième a eu un petit gorille depuis peu.

Elle le dorlotte et se tient loin de tous les autres, se déplaçant toujours à l’opposé du mâle.

Celui-ci a des humeurs jalouses!

Le petit, cramponné à la patte de sa mère, bien assis sur son pied, voyage ainsi d’un endroit à l’autre.

Quand elle s’asseoit, elle le prend dans ses bras et, ma foi, semble le cajoler.

La nature dans toute sa beauté…..

Ne manquez surtout pas ce zoo!!!!

Nous quittons Brownsville pour aller coucher aux environs de Presidio.

Cette petite ville frontière avec le Mexique permet de traverser le Rio Grande et les douanes à pied.

LE RIO GRANDE. Je traverse le RIO GRANDE!!!

Quelle déception, ce grand fleuve célèbre en est réduit à un ruisselet brunâtre, ses rives couvertes de détritus. Même ma photo n’est pas réussie…

Les gens que nous avons recontrés nous conseillaient d’aller au Mexique. « On y fait des achats extraordinaires, des aubaines formidables….. »

Donc, nous traversons les douanes mexicaines et ce qui me frappe le plus en arrivant du côté mexicain, ce sont les femmes et les enfants qui quêtent.
Grimpés sur le pont qui est passablement haut, les enfants sales et en loques tendent la main au travers des fils barbelés qui bordent le pont….. Les femmes en bas, nous tendent des perches au bout desquelles sont installées des cruches d’eau de javel vides pour ramasser notre argent…..

Nous entrons par la rue principale d’Ojenaga Matamoros.

Une fine poussière de ciment flotte dans l’air rendant le paysage « brumeux ». La rue est sale, des odeurs étranges nous entourent.

Des enfants jouent de l’accordéon, des femmes assises par terre tendent des verres en styrofoam.

On déambule dans une sorte de marché aux puces mexicain.


Des magasins, un espace de trottoir et des kiosques, où nous verrons à répétition : bijoux d’argent, dentelles usinées, cuir, pinata, sombrero, foyers de terre cuite, vêtements mexicains, couvertures, poupées mexicaines…

Des bureaux de dentistes à profusion (qui voudrait avoir un traitement de canal là ???), de médecins (une « vasectomy reversal » avec ça ???), des pharmacies (on trouve de TOUT dans ces pharmacies sans prescription), des restaurants où je ne voudrais même pas faire manger Kiwi…

Et partout l’odeur, la poussière, le bruit, les enfants poussiéreux et sales et les vieilles femmes assises par terre qui quêtent….

Et lorsque l’on jette un coup d’oeil sur les rues transversales, on ne peut pas croire que des gens y habitent.


L’humain me fait pitié, je crois que Monsieur Gorille et sa famille vivent une vie plus heureuse que toute cette faune sur deux pattes… (((

En voyant tous ces enfants et toutes ces personnes âgées, j’en aurais pleuré.

J’ai rapporté trois bouteilles de vanille blanche. Le Mexique et les Îles sont reconnus pour leur vanille.

Comment les gens peuvent-ils dire qu’il y a des aubaines à faire là???
On nous propose des bouteilles de boisson à prix ridicule…. sans marque….
Les bouteilles reconnues, même prix qu’ici. Boire de l’alcool sans marque… non merci pour nous…

Les vêtements? Je me vois mal avec ma jupe mexicaine ici….

De plus, je suis incapable d’aller fouiller dans ce méli-mélo dégueulasse.

Je n’ai vu qu’une image mercantile et artificielle faite pour les touristes.

Une chance que l’an dernier j’ai visité Puerto Vallarta (la vieille ville) sinon personne ne m’amènerait visiter ce pays.

J’ai dû convaincre mes compagnons de la beauté d’une « vraie » ville mexicaine.

PHOTOS : 1 Prise sur le site du zoo
2-3-4 mes photos du Mexique

SITES INTERNET :
Gladys Porter Zoo :
http://www.gpz.org/

Brownsville :
http://www.brownsville.org/