Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->


CHAPITRE 6 – LE RÊVE

TEXAS (7)

20/03/00

Depuis quelques jours, Luc parlait de faire un détour pour aller visiter le Big Bend National Park.

Alors, au lieu de prendre la route 10 de San Antonio vers El Paso, nous retournons vers la frontière du Mexique par la 90 (la route en bleu sur la carte).

Le BIG BEND vous rappellera peut-être quelque chose si je vous dis que dans les westerns américains, on voit souvent un indien juché sur un immense piton rocheux , surveillant l’horizon…. Eh bien ! Il est perché sur le BIG BEND…

Mais Big Bend, c’est avant tout un parc national.

D’immenses ranchs dominent cette partie du Texas depuis l’arrivée du train vers la fin des années 1800.

Je me sens un peu plus en pays de cowboys…

Terrain très rocailleux (roches beiges), herbu avec des touffes de cactus bas et faits comme des hosties, quelques yuccas en fleurs, des arbres rabougris.

On y trouve des élevages de chèvres en plus des bovins et des chevaux. Au loin les montagnes.

Je suis dans le Texas de mon imaginaire; ne manque plus que le cowboy sur son cheval lancé au grand galop et soulevant un petit nuage de poussière derrière ses sabots…

Pour moi, ils ont troqué le cheval à pattes pour le cheval à roues…

Ben coudonc, j’irai à St-Tite !!!! ))

On croise des entrées de ranches style Ponderosa de la famille Cartwright.

Ah oui! j’oubliais les vipères et autres serpents à sonnette; mais eux, je ne veux pas les rencontrer…

Fort Clark – Alamo Village – l’emplacement où furent tournés plusieurs films – nous annonce une pancarte.

L’expression « Y vente à écorner les beux! » doit venir d’ici certainement.

À 13h30, halte routière, il fait 27 °C et il VENTE.

Je peux juste m’imaginer le mois de juillet…. il doit monter comme un petit mirage sur l’asphalte.

Passé Del Rio, on se croirait sur la lune. Terrain très vallonné et désertique à souhait.

De petits canyons commencent à apparaître.

Nous qui nous pensions dans le désert ce matin…. nous ne savions pas ce que « désert » voulait dire….

Je m’ennuierais de ma mère si je devais vivre ici et aucune de mes compagnes ne veut devenir ma voisine si je déménage… !!!

Pour la première fois, j’ai vraiment l’impression d’être loin de chez moi…

C’est austère et magnifique à la fois.

Tout l’après-midi s’est déroulé dans le désert.

Nous campons à Marathon, petite communauté de 100 habitants.

Pourquoi ici?

C’est la porte d’entrée de la route qui mène au Big Bend National Park.

(Si vous venez pendant la saison des vacances, remplissez vos réservoirs d’eau potable et soyez certain de ne manquer de rien car vous ferez peut-être du camping très très sauvage.)

Il est 19h30, je suis morte de fatigue, j’ai le roulis comme si j’étais en bateau. Je m’en vais me coucher sinon je vais tomber par terre….

Paraît-il que cela se produit quand on fait trop de route…. Jacqueline a vécu cela il y a quelques jours. Un matin, elle était incapable de se lever la tête de son oreiller tellement elle était étourdie.

Question : Que font les gens qui habitent ici pour se divertir? En plein centre de rien et à 4 heures de la ville la plus proche, d’un bord comme de l’autre?

PHOTOS : Carte du Texas sud
Le désert – photo prise sur un dépliant
du Big Bend
Des fleurs du désert
j’ai cherché les noms en français – pas trouvé:
Bluebonnets – Pricklypear cactus –
Chisos prickly poppy – Claretcup cactus