Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Je suis un catholique incroyant, c’est-à-dire inscrit dans la tradition catholique. Alors, pourquoi être encore catholique, me demanderez-vous ? Parce que j’aime encore l’odeur de l’encens… et la résurrection de la chair ! Et aussi sérieusement parce qu’un humoriste anglophone a expliqué à la télé : « Je ne suis pas athée parce que c’est trop compliqué de ne pas croire en une chose qui n’existe pas. »

— Est-ce que Dieu existe ?

— La seule réponse est que je ne peux pas savoir. Et personne ne sait. Affirmer que Dieu n’existe pas, c’est être un imbécile. Et affirmer que Dieu existe, c’est être un imbécile qui a la foi.

— Mais où irez-vous après votre mort ?

— Au même endroit qu’avant ma naissance.

— Avez-vous peur de la mort ?

— Sale question. Je raisonne (ou résonne) que la mort, c’est le néant. Le néant, c’est le RIEN. Avoir peur de la mort, c’est avoir peur de rien.

— Finir dans le trou noir vous rend-il malheureux ?

— Un peu quand même. Mais cette perspective fait apprécier davantage chaque moment de la vie. Chaque moment devient ainsi plus précieux et doit rendre plus heureux. Chaque moment revêt une dimension d’éternité joyeuse… bien plus que le grand doute éternel.

— Tout ce qu’on a pratiqué, appris, vécu, aimé disparaît donc avec la mort ?

— Peut-être pas autant. Nous transmettons nos valeurs, nos expériences, nos connaissances, nos témoignages à nos proches, nos enfants, nos amis. Je crois à la force du cerveau, à la mémoire des cœurs.

— Perdre la foi fait-il perdre ses valeurs ?

— Non. Celui qui annonce à ses enfants et proches qu’il a perdu la foi ne dira pas : oubliez toutes les valeurs que je vous ai enseignées, inculquées. Mais plutôt : conservez les valeurs que nous avons vécues ensemble. Fidélité ! La perte de la foi ne dispense pas de la fidélité à ses valeurs. Ne pas avoir la foi ne dispense pas des valeurs. La foi n’est pas une morale, ne crée pas de morale. La vraie morale vient de la civilisation, de l’humanisme, de la compassion, non des dogmes religieux.

Les papes !…

Jean-Paul II en visite en Afrique condamne les préservatifs et ajoute : croissez et multipliez-vous… Pourtant ces pays sont surpeuplés et se débattent déjà dans la misère inouïe et les maladies, les dictatures et les guerres. Benoît XVI en rajoute : les préservatifs augmentent le sida… Et il voulait en plus tuer une petite Brésilienne de 9 ans !… Seulement ces deux papes vont finir par tuer plus de personnes en Afrique que toutes les guerres réunies du dernier siècle.

Ces papes devraient être condamnés pour crimes contre l’humanité. De même, les ayatollahs et autres mollahs qui organisent le terrorisme international au nom de dieux qu’ils ont inventés. Ce sont les religions qui ont détruit les deux tours de New York, qui nourrissent le conflit israélo-palestinien, qui maintiennent les violences en Irak, au Pakistant et en Afghanistan, etc. C’est la religion qui pousse le président Karzaï à passer une loi qui permet au mari de violer sa femme. C’est le pouvoir religieux en Iran qui vient de lapider une petite fille de 14 ans parce qu’elle a été violée, et que deux garçons du même âge ont été tués par la police religieuse parce qu’ils ont voulu empêcher ce meurtre légal. Quant aux violeurs, ils sont aussi libres que ceux du Brésil sous la protection de quelques grosses boules à mitre. Ce sont les religions qui multiplient les holocaustes que des évêques nazis peuvent nier. Ce sont les religions qui… et qui… et qui.

Les religions tuent dans la plus totale impunité. Vaut beaucoup mieux ne pas avoir la foi ! ou de l’abandonner au plus sacrant !

Comment craindre l’enfer du trou noir quand on voit comment les religions font vivre ! et surtout mourir !

Souhaitons-nous lumière et vérité. Dans la liberté.

Jean-Paul Tessier

auteur et éditeur

JEAN-PAUL TESSIER