Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Avant l’affaire du kirpan, il y eut celle de l’érouv des Hassidim d’Outremont courant au-dessus de la tête des passants.

Il y eut celle de la souccah sur les balcons du condo appelé Sanctuaire du Mont-Royal.

Il y a les pressions constantes et répétées d’étudiants pour obtenir des lieux de prière à l’université, puis le port du foulard islamique dans les écoles de Montréal.

N’eut été d’une certaine vigilance, nous serions en train d’intégrer des éléments de la charia avec des tribunaux islamiques dans notre système péri-judiciaire.

Le 29 septembre 1981, lors d’une tentative faite pour promouvoir l’établissement de la patrie sikhe, Tejinder Pal Singh et quatre complices ont commis un acte de terrorisme.

Ils ont rien de moins que détourné un avion indien qu’ils firent dévier de sa route régulière pour le diriger vers l’aéroport de Lahore au Pakistan. À cette occasion, l’un des complices a placé son kirpan sur la gorge du pilote et du copilote. Simple symbole, le poignard sikh?

Ce n’est pas tout, la GRC a dû accepter, il y a quelques années, que l’un de ses membres porte, au lieu du chapeau traditionnel, le turban …traditionnel. Traditionnel Sikh. Et si vous aviez le bonheur d’être sikh, hé bien sachez que vous pourriez vous balader en motocyclette la tête enturbannée, au lieu de vous conformer à la loi de tous, en portant un casque de protection.

C’est sans compter d’autres petites cachettes de certains de nos amis immigrants, et parmi elles, celle de pratiquer l’excision de fillettes, semble-t-il, à Montréal même. Et encore, on ne sait pas tout.

Pour plusieurs, la question se pose : où cela s’arrêtera-t-il? À mon avis, cela ne s’arrêtera pas. Et je parie une canne de sirop d’érable qu’une prochaine cause, portant sur un sujet plus sensible, sera débattue et gagnée en vertu de la charte des droits. Comme par exemple celui de la polygamie. Vous le savez, certaines religions considèrent cette façon de vivre comme étant conforme à leur croyance.

Suite au dernier jugement de la Cour suprême, j’ai la nette impression que l’opinion est cassée en deux au Québec. Il y a celle des experts, il y a celle du peuple.

Pour les experts, juristes et spécialistes de tout poil, la décision de la Cour sur l’affaire du kirpan n’est que question » d’accommodement raisonnable » imposé par la Charte.

Mais pour une partie significative des gens ordinaires, il s’agit tout simplement d’un privilège inacceptable. Un de plus, disent même certains. Et cela nous mène tout droit vers un isolement croissant et permanent d’innombrables groupes ethniques qui composent la mosaïque culturelle canadian.

Peut-on se demander légitimement, sans soulever un tollé, comment le renforcement à l’excès des différences entre groupes sociaux peut produire, à terme, une intégration des minorités à l’ensemble des citoyens et aux valeurs de la majorité?

Je suis d’avis qu’il y a une part non négligeable d’angélisme dans certaines des opinions publiées en fin de semaine dans les journaux, opinions qui inclinent fortement dans cette voie. Évidemment, tout est placé sous le signe de la loi ou plutôt, pourrait-on dire, sous la dictature de la Charte ? La Charte de Trudeau.

À suivre demain…