Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Comment devient-on gorille ?

Plusieurs réponses s’alignent et se bousculent au portillon de la rationalisation. Certains le deviennent par hasard, d’autres par nécessité. On le devient aussi par instinct, et chez d’autres enfin, par simple atavisme. Ça dépend d’où l’on vient.

Le cas de Maurice Vachon, mieux connu sous le nom de Mad Dog est éclairant. Entré à l’école en son temps, il avait le malheur d’être gaucher. Pas contente la maîtresse d’école, pas contente du tout. La cruauté des enfants a fait le reste. Alors il a tapé, tapé et retapé. Tant et si bien qu’il en fit son métier.

J’ai connu un sort semblable lorsqu’à six ans, connaissant mes lettres et sachant les écrires, je suis entré solennellement à l’école de mon patelin. Sœur Sainte Bernadette m’y attendait. Le premier jour, au premier matin, elle réalisa avec horreur que je tenais mon crayon de la mauvaise main. Pôvre de moi.

Je crains que les moins de quarante ans ne comprennent pas, que dis-je, ne puissent tout simplement pas concevoir ce que c’était qu’être gaucher, avoir six ans et tomber sous l’emprise des bonnes sœurs au début des années cinquante.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en ces temps là, c’est notre Sainte mère l’Église qui réglait nos moeurs, nos coutumes… et la pédagogie. Sœur Sainte Bernadette ne pouvait accepter qu’un enfant écrive de la main gauche, qui est celle de la condamnation sans appel du Jugement dernier. Condamnation!

Dans le chapitre 25, aux versets 31 à 34 de l’évangile de Saint Matthieu on lit ce qui suit : « Lors donc que le fils de l’homme reviendra dans sa gloire, escorté de tous ses anges, alors il s’assiéra sur son trône de gloire, et tous les peuples se réuniront en sa présence, et il les séparera, les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs, et il placera les brebis à droite et les boucs à gauche. Alors le roi dira à ceux de droite : Venez les bénis de mon père, entrez en possession du royaume qui vous est préparé depuis la création du monde…»

Puis, au verset 41 : «Alors il dira à ceux de gauche : retirez vous de moi, maudits, allez au feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges»…

Voilà, j’étais un bouc. Adroit à gauche, et gauche à droite. De quoi donner le tournis à la bonne sœur. On peut bien croire avec Nietzsche que « ce qui compte n’est pas le réel mais le regard que l’on porte sur le réel », mais les ordres sont les ordres, et la conversion que me fit vivre sœur Sainte Bernadette me perturba durablement. Imaginez, le premier message que je reçus de l’institution qui devait m’aider à grandir, c’est que j’avais tout faux. Ça aide un enfant ça!

On doit à Thomas Hobbes cette vérité voulant que «l’homme est un loup pour l’homme». Et les loups on le sait, s’incarnent merveilleusement chez les hommes, quand par bonheur ils jouissent, le mot n’est pas trop fort, ne serai-ce que d’une once de pouvoir. Imaginez l’Église au faîte de sa gloire. Et aujourd’hui les bureaucraties qui l’ont remplacée.

Tous les systèmes de pouvoir se conduisent de la même façon. Ils dévorent sans vergogne, tout ce qui dans leur entourage ne correspond pas à la norme qu’ils ont décrétée et qu’ils imposent. En cette matière, la loi du plus fort est toujours la meilleure. Et les systèmes de pouvoir sont toujours les plus forts.

Quoique, au jeu de Goliath et de David, nous oublions trop facilement que finalement, c’est David qui a gagné. Maurice Vachon le petit enfant, est devenu Mad Dog, le gorille que l’on sait. À tout prendre, pour se défendre contre les loups, c’était peut-être la meilleure solution.

Sapristi! Que n’y ai-je pas pensé !

GILLES THÉBERGE

(Ah bien ça alors!

Voilà donc la raison pour laquelle on me tapait sur les doigts avec la règle de bois parce que je faisais toujours des pâtés d’encre dans mon beau cahier… Malheur à moi qui étais gauchère et DEVAIT écrire de la droite…

Je n’ai jamais pu avoir une belle écriture de soeur comme Hélène, la belle blonde aux cheveux en boudins qui recevait toujours la médaille d’honneur… On oublie jamais la tite-parfaite hein !!! Loulou)