Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Gaz de Schiste – lettre de monsieur Michel Bachant au P.M.

Monsieur Jean Charest
Premier Ministre du Québec

Madame Nathalie Normandeau
Vice Première-Ministre du Québec

Re.: Gaz de Schiste

Le gaz c’est naturel, le gaz c’est la liberté!

Mais que veulent donc ces citoyens qui se plaignent tout le temps? Insatisfaits du progrès qu’apportent les technologies nouvelles et les richesses pétrolières, ils ne cessent de se mettre en travers de toute initiative de développement! On a bien raison de fustiger ces « Greenpeace » arriérés qui réclament comme s’ils y avaient vraiment droit que l’on conserve leur eau pure qui dort tranquillement et inutilement dans sa nappe phréatique, qui s’offusquent parce qu’une entreprise bien intentionnée et dans son bon droit ose venir perturber leur petite quiétude campagnarde égoïste. Ces gens ne veulent pas d’un puits gazier dans leur cour, ils refusent de déménager? Qu’on les exproprie, promptement! Le gaz et le profit appartiennent à ceux qui ne s’embarrassent pas de considérations passéistes et rétrogrades. Votons rapidement les lois qu’il faut afin de retirer à ces citoyens contestataires les derniers vestiges de droits dont ils abusent sauvagement. Qu’on arrête tous les opposants à ce projet, qu’on les rassemble au stade Olympique où ils pourront être détenus indéfiniment (il y a des précédents édifiants en d’autres contrées); cela fournira incidemment un usage pour ce gigantesque bâtiment sous-utilisé.

Quel gaspillage que de laisser dormir sous terre ce gaz qui y a certainement été emprisonné par Mère Nature précisément dans le but d’assurer un jour la rentabilité des investissements des actionnaires!

Avec les pluies de retombées économiques, on pourra bâtir un Colisée neuf dans chaque village du Québec (enfin, ceux qui seront encore habités), et les milliardaires étrangers pourront venir patiner et scorer dans nos buts pour le plus grand bonheur des spectateurs ébahis par tant de talent.

L’exploitation de cette précieuse ressource s’avérera doublement rentable: outre l’exportation du gaz lui-même, l’eau gazéifiée ainsi naturellement produite sera une excellente boisson énergisante encore plus efficace que les Red Bull et autres breuvages stimulants et hypercaloriques, dont le marché déjà énorme est toujours en pleine expansion. Le monde entier pourra boire de l’eau « Blue Sheep » bottled in Quebec…

En réponse aux critiques injustifiées des environnementalistes, soulignons, pour reprendre un thème qui leur est cher, qu’un autre inestimable avantage méconnu découle de l’extraction de ce gaz de schiste, qui est essentiellement du méthane. Ce gaz à effet de serre est une vingtaine de fois plus nocif pour le climat que le dioxyde de carbone; le brûler pour produire du CO2 est en fait une excellente action environnementale, qui se trouvera à réduire les GES présents dans l’environnement et susceptibles d’être inopinément libérés un jour, action pour laquelle les pétrolières devraient être généreusement compensées par l’État (donc les payeurs de taxes) afin d’encourager et soutenir leur effort éminemment altruiste pour la sauvegarde du climat.

La qualité de l’eau qui se trouve sous terre n’a aucune importance puisque que Coca-Cola, Pepsi, Nestlé, Danone et Parmalat peuvent nous en fournir de la pure à volonté! Un environnement sain est un luxe que nous n’avons plus les moyens de nous permettre si nous voulons faire compétition à l’Inde et la Chine qui ont allègrement sacrifié le leur. Certains osent réclamer une nationalisation des ressources gazières du sous-sol? Trop tard, tout est déjà concédé, et considérant l’inefficacité de l’État québécois dans ce type de gestion, le choix du privé s’imposait naturellement. Les investisseurs ont osé prendre les risques – ils méritent le profit! Tassez-moi ces citoyens – qu’on creuse, qu’on creuse! Au diable les paysages bucoliques, l’eau buvable, l’air pur, la quiétude rurale. La santé des gens n’est pas une considération pertinente à la face du développement économique prôné par notre courageuse et valeureuse classe entrepreunariale. Le profit seul est sacré! Les citoyens ont une mémoire courte et une durée de vie limitée; les revenus eux peuvent s’accumuler indéfiniment tant qu’il restera du gaz.

Quand tous les habitants de la plaine du Saint-Laurent seront déménagés, morts ou malades, empoisonnés par l’eau contaminée, il restera dans ce pays juste assez de monde pour opérer les puits et les centrales gazières. Avec aussi quelques mineurs pour exploiter l’Uranium du Bouclier Canadien qu’on aura pas laissé en reste, et des centrales hydroélectriques sur toutes ses rivières, le Québec deviendra un des plus grands exportateurs d’énergie sous diverses formes . Les profits pourront continuer à couler dans les poches des actionnaires étrangers à qui appartiennent véritablement le Québec et son sous-sol, comme d’ailleurs ses forêts, son eau douce et tout le reste de ses ressources. Puisque la population aura été décimée (efficace rationalisation démographique enfin menée à terme!), il n’y aura pratiquement plus d’humains pour polluer et contaminer ce bel environnement. Il n’y aura pas non plus de gens pour se plaindre, et l’on connaîtra alors un véritable âge d’or, une radieuse ère de liberté totale de l’investissement, une libre circulation des flux monétaires, sans entraves, sans restriction aucune. La supraconductivité financière tant rêvée par les banquiers! En vérité, le gaz c’est la liberté!

Ah, comme j’admire votre gestion, comme je me réjouis de l’action éclairée de votre honnête gouvernement. J’ai hâte d’être le premier à boire la bonne eau gazéifiée produite au Québec par nos pétrolières, afin de péter le feu! Et si je tombe raide mort après mon premier verre, cela aura été pour une bonne et noble cause! Merci Madame la Vice-Première Ministre, Merci Monsieur le Premier Ministre de travailler à rentabiliser ce Québec arriéré toujours déficitaire et injustement calomnié dans de perfides revues canadiennes anglaises! Vous devez avoir hâte de convoquer la population aux urnes dans quelques années, afin de pouvoir élire un nouveau peuple plus docile et soumis qui ne passera pas ses temps libres à contrecarrer vos plans pour un avenir gazeux – pardon, radieux!

Vertement vôtre,

Michel Bachant

Laval

c.c.:

Monsieur Pierre Arcand, Ministre du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs

Monsieur Alain Paquet, Député de Laval-des-Rapides

Madame Pauline Marois, Chef de l’Opposition Officielle