Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

LA COURSE AUX COCOS DE PÂQUES 3

Pour revenir à la course, celle-ci s’est poursuivie…

À l’arrivée de Sophie dans notre famille, vers l’âge de treize ans, la surprise s’est doublée; deux fois plus d’œufs et deux gros chocolats à chercher.

Méchante course au sous-sol!!! Lequel des deux trouverait le plus d’œufs? J’ai même dû faire une liste des cachettes, pour ne pas en oublier.

Sophie était tout aussi impatiente que Philippe de faire la course.

Quand ils ont eu dix-huit ans, les cocos se sont transformés en cocos de plastique ouvrables, et la course aux cocos des sous a pris la relève jusqu’à ton arrivée, petit Marc-Antoine.

Depuis 2001, la course est pour toi uniquement — à la grande déception de tes parents :o) — tu étais tellement comique l’année dernière, à chercher tes œufs dans le salon; tu lâchais de petits cris quand tu en trouvais un…

Cependant, la tradition du chocolat est demeurée, avec l’ajout d’un autre gros chocolat… Ça mange du chocolat chez toi pendant une semaine!!!

Dès le début de mars, j’installe sur la table du salon mon Arbre de Printemps — garni de petits lapins, d’abeilles, d’oiseaux, d’œufs — déposé sur un lit de tulipes. De petits personnages entourent l’arbre, rien de bien dispendieux : le magasin à 1 $ regorge de ces petites décorations.

Une autre tradition de ma jeunesse consistait à étrenner de nouveaux vêtements à Pâques!

On mettait un chapeau de paille garni de rubans et de fleurs, un manteau de printemps aux couleurs pastel et, si possible, nous enlevions nos bottes d’hiver.

Le désespoir, quand Pâques arrivait fin mars ou début avril et que le froid et la neige étaient encore présents! Mais on mettait quand même nos nouveaux vêtements, au risque de geler!!!

Et voilà la troisième tradition qui perdure dans notre famille depuis de nombreuses années.

Pour retrouver les 2 premières parties, cliquez sur AUTRES TEXTES, plus bas sur cette page.