Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

LE PREMIER NOËL DE PICOTINE

Picotine est une petite chatte de huit mois. Elle a la chance de vivre dans une maison bien respectable. Logée, nourrie et cajolée à souhait, on ne peut demander plus belle vie.

Sa maman lui a appris une foule de choses que toute bonne petite chatte doit savoir; mais c’est surtout les gros « NON » entendus qui ont le plus marqué notre petite aventurière.

Chaque chose à sa place, une place pour chaque chose.

Picotine sait où elle peut mettre ses pattes et SURTOUT où ne pas les mettre, car sa maîtresse est très vigilante.

« Non, Picotine ! », s’écrie la maîtresse quand elle tente d’attraper le bout de ruban soyeux qui pend de la chaise pour retenir le coussin si moelleux.

« Non, Picotine! », s’écrie encore la maîtresse quand Picotine saute d’un meuble à l’autre.

« Vilaine Chatoune, descends de là! », entend-elle lorsqu’elle grimpe sur le comptoir pour lécher un tout petit reste de jambon qui traîne dans une assiette.

À force de se faire dire NON, Picotine a fini par comprendre les consignes de la maison, et sa vie lui plaît bien.

Par un soir de grand froid, elle s’est réfugiée sous les couvertures du lit de Marc-Antoine pour y faire un p’tit dodo. À son réveil, quelle n’est pas sa surprise de découvrir dans le salon… un arbre! Un arbre géant, rempli de petites lumières, de boules, de fils brillants qui bougent et chatoient au moindre souffle.

DU JAMAIS VU, FOI DE CHATOUNE!!!

Sous l’arbre, une foule de boîtes enveloppées et enrubannées! De quoi faire perdre la tête à une chatte curieuse.

Maîtresse l’a regardée et, avec son doigt qui lui fait LE signe, elle a dit : « NON, Picotine, tu n’approches pas de notre sapin de Noël! »

Sapin de Noël ???

Maître et maîtresse finissent par aller se coucher.

Subrepticement, Picotine s’avance vers l’objet de sa convoitise. La lumière de rue éclaire juste assez le salon pour permettre aux boules et aux guirlandes de faire de petits clins d’œil à la coquine.

« Snif, snif! » Ça sent bon, un sapin de Noël! Ça sent la forêt…

Picotine se glisse entre les paquets, rampe jusqu’au pied de l’arbre… Tiens! De l’eau!
Une lampée pour se donner du courage…

Une à une, Picotine escalade les branches… L’arbre tangue bien un peu, mais que c’est amusant!

Encore deux, trois paliers… Hum! Ça devient plus étroit…

D’un geste vif, Picotine fait balancer une boule bien éclairée qui la nargue de toutes ses couleurs.

Surprise! La boule se détache de l’arbre et se fracasse par terre.

Picotine, prise de panique, tente de redescendre le plus vite possible, mais rien ne va. Bing! Bang! Deux autres boules tombent.

Entendant ce vacarme, maître, maîtresse et les enfants arrivent sur les lieux du crime.

Picotine a pris la poudre d’escampette sous le divan le plus rapproché et, bien aplatie dessous, elle surveille le scène.

Voilà que les enfants découvrent tous les cadeaux…

Papa et maman n’ont d’autre choix que de déclarer que le Père Noël a dû avoir un petit accident en déposant ses cadeaux sous le sapin; sinon, comment expliquer l’arrivée de tous ces présents?

Et la fête éclate dans la maison! Plus moyen de faire coucher les petits qui veulent déballer leurs étrennes; alors ma foi, aussi bien prendre la chose du bon côté!

Mais maman cherche la traîtresse…

« Viens ici, petite démone! », lui dit-elle. Comme l’air est à la fête, elle la prend dans ses bras et lui donne des bisous sur la tête. « T’as dû avoir toute une peur, petite coquine! Que ça te serve de leçon! Je suis certaine que l’an prochain, tu ne recommenceras plus! Viens, j’ai une belle surprise pour toi! »

Et maîtresse offre à sa Picotine un petit sachet contenant une sorte d’herbe comme Picotine n’en a jamais sentie… C’est exquis! Picotine se roule dans l’herbe, fait des ronrons, miaule tout doucement.

Et c’est ainsi que Picotine a découvert que l’arrivée du grand géant dans le salon, année après année, lui apporterait chaque fois… TOUT PLEIN DE BONHEUR!

Ce texte appartient à Louise Turgeon.