Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

LE ROI DU VILLAGE ET SON BERGER

Ce roi était très riche il avait beaucoup de bœufs, mais parmi tous ces bœufs il y en avait un qu’il aimait plus que tous les autres. Un jour le bœuf qu’il aimait disparut.

Quand ce bœuf disparut, le roi chassa son berger et son troupeau.

Alors, il fit appel à tous les gens du village pour leur parler. Il leur dit : « Mon peuple, j’ai perdu mon bien aimé bœuf ; celui qui le trouve, je lui donnerai ma fille. »

Les gens du village se présentèrent pour la recherche. Le premier groupe partit et ne trouva rien. Le deuxième groupe partit, lui aussi, et ne trouva rien.

Le berger du roi se présenta devant son maître. Il lui dit : « Mon roi, moi, le berger de ton troupeau, je vais chercher ton bien aimé bœuf. »

Le roi lui répondit : « Toi, pauvre type, amener mon bœuf ? Les compétents n’ont pas pu le retrouver, ce n’est pas toi qui me le ramèneras. »

Un des gardes dit au roi : « Laisse le tenter sa chance. » Le roi lui ordonna alors d’aller à la recherche du bœuf. Il partit donc à la recherche du bœuf en brousse.

Avant, quand il accompagnait les bœufs, il chantait une chanson :

« Trouma Missi
Masa la kia Trouma Missi
Mi sira ma saya nyé Trouma Missi
Ila ban ye saya yé Trouma Missi »

Et, partant à la recherche du bœuf, il se mit à chanter cette chanson.

En chantant, il dépassa le premier troupeau, il ne trouva pas le bœuf ; le deuxième troupeau, le bœuf n’y était pas. C’est arrivé dans le troisième troupeau, que le berger, en chantant sa chanson, vit le bœuf qui se mit à mugir et à le regarder.

Le berger l’amena avec lui. Étant en route le bœuf dit au berger : « Mon cher, je sais, qu’arrivé au village, le roi va me tuer. S’il me tue, il te dira de prendre une partie de ma chair. Ne l’accepte pas mais tu peux prendre mes intestins. Tu les mettras dans une chambre durant une semaine.
»

Dès leurs arrivée au village, le roi tua son bœuf et demanda au berger de prendre une partie de la chair, mais le berger fit exactement comme le bœuf lui avait dit : il prit les intestins et les mit dans une chambre.

Après une semaine il ouvrit la chambre et il trouva une énorme récompense: de l’or, de l’argent et des diamants.

Deux jours après tout le village se révolta contre le roi et le tua. Tous voulurent le berger comme roi. Et c’est ainsi que le berger devint roi du village.

Cette histoire nous montre qu’il n’y a pas de demi-homme, tous les gens sont égaux. Un jour, un pauvre peut devenir riche comme un riche peut devenir un pauvre.

Ce texte malien nous montre également comment la cupidité d’un tyran peut être parfois déjouée par le dernier des sujets et comment le pouvoir démocratique peut faire basculer celui d’un roi peu scrupuleux. Ce sont des réflexions qui peuvent animer des discussions fort enrichissantes pour les jeunes.

Réalisé dans le cadre d’activités de créations littéraires organisées par Association des Jeunes Maliens pour l’Épanouissement de la Langue Française dans l’Espace Francophone (AJMELFEF) par Gniré Ivonne Koné pour le texte, Pierre Mulimbi et son équipe (Congo) pour les illustrations (version livre), avec la participation de l’ACLJ.

La version livre avec illustrations est disponible :

COURRIEL ACLJ

Contes présentés chez Planète Québec :

Le Chagrin d’Abdoulaye
La fête de la Tabaski
Le roi du village et son berger

Ce conte, réalisé par des jeunes de pays africains, fait partie d’un projet initié par l’Association pour la Création Littéraire chez les Jeunes qui est implantée au Québec. L’ACLJ met en valeur les réalisations de ces jeunes en fabriquant du matériel d’exposition et en publiant des livres. Ce partage de valeurs, de cultures véhiculées par ces contes venus de plusieurs pays francophones nous enrichit tous. Afin de réduire les coûts de distribution de ces livres, ils sont directement imprimés dans les pays en développement participants: Mali, Congo, Bénin, Sénégal, grâce au support financier prodigué par quelques généreux donateurs. Votre collaboration permettrait de faire encore davantage. Avec un envoi de 20$, vous pourrez offrir ainsi une collection d’une douzaine de livres qui permettra à plus d’une cinquantaine de jeunes de profiter de votre générosité.

Source :

Didier Calvet
Association pour la Création Littéraire chez les Jeunes Projet «Les Aînés à l’écoute des Jeunes»

PROJET JEUNESSE