Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->


LUC, KIWI, FLOYD ET MOI (5)
Pour lire les pages précédentes, cliquez sur AUTRES TEXTES plus bas.

Dans la soirée, grâce à notre antenne, nous réussissons à capter 2 postes de télé; dont celui de Greenville, la plus grosse ville du coin. On ne parle que de Floyd, bien entendu…

Floyd devrait frapper la côte vers 1:00 de la nuit. À Greenville, ils s’attendent à des coups de vent et de la pluie, se jugeant à la limite de l’ouragan.

OUF! On verra en temps et lieux!

Jeudi, 15 septembre.

En effet, durant la nuit, nous avons senti quelques petites rafales subites de vent. Pas de pluie.

Ça fait du bien de relaxer….

La télé nous apprend que Floyd a bien frappé Wilmington et toute la côte de Myrtle Beach mais beaucoup moins fort que prévu, l’ouragan s’étant épuisé en mer. Au lieu de force 5, il a frappé force 3… (c’est déjà pas mal fort à mon goût).

Nous voyons des arbres déracinés, des morceaux de toits ou de cabanons un peu partout, du sable ou de l’eau partout dans les rues; mais pas de maisons rasées (les gens avaient barricadé leurs fenêtres de planches de contreplaqué et surtout pas de décès, car tous avaient suivi les consignes d’évacuation.

Pas d’inondations majeures malgré la forte pluie durant 24 heures; sauf à Wilmington où les maisons ont de l’eau jusqu’au 2e étage dans plusieurs quartiers.

On nous fait entendre des gens qui ont été pris sur les routes 12-15 heures avant d’arriver à Greenville ou Colombia, un trajet de 3 heures sur les autoroutes en général.

Ces gens sont furieux que le gouvernement n’ait pas fermé la route 501 vers le sud pour permettre l’évacuation sur 4 voies au lieu de 2 – ce qui a été fait quand il était trop tard – et en plus, ils disent ne plus croire le canal météo qui prédisait une catastrophe nationale alors qu’il n’y a pas eu tant de dégats que ça…

Les gens qui avaient préféré les abris (shelters), parce qu’ils n’avaient pas les moyens de se déplacer en voiture, avaient été pris en charge totalement…

Maintenant, les responsables craignent que les gens ne veuillent plus évacuer… Mais comment prévoir que le vent et l’ouragan va frapper plus ou moins fort la prochaine fois?

Voici un site qui explique les efforts déployés après le passage de Floyd en anglais bien sûr:
http://www.floydhelp.org/

Beaucoup moins de dégats et de décès auraient été comptabilisés avec Hugo, il y a 10 ans, si les météorologistes avaient eu les connaissances d’aujourd’hui et si les gens avaient pris les mesures nécessaires…

Nous passons donc le mercredi et le jeudi, paisiblement, sous le soleil, au Croft State Park, sans vouloir même en sortir pour visiter les alentours comme la plupart des gens le font. Je n’avais pas la force de retourner sur les routes.

Je me serais couché toute la journée tellement j’étais « knock out »!

Nous avons également passé du temps à réfléchir sur ce que nous sommes et ce que nous désirons faire pour vivre sereinement. (Plus moi que Luc! C’est moi la jongleuse du couple! )))

A-t-on besoin de vivre des expériences comme celles que nous fait vivre la vie de camping? Si oui, comment la vivre sans être constamment en panique ou énervé? Si non, les hôtels « se fendent la face » pour nous vanter leurs mérites…

Cette expérience est une thérapie de couple intensive et intense…

Pour un tout nouveau couple de retraités plutôt indépendants l’un de l’autre, disons que c’est une approche brutale aux joies du 24 heures sur 24 heures ENSEMBLE, dans une boîte de sardines! )))

A tout malheur, il y a du bon! dit-on!

Toujours est-il que le vendredi 17 septembre, après avoir téléphoné à notre camping de Myrtle Beach, on apprend qu’on peut réintégrer nos quartiers. Ils font du ménage depuis deux jours et les sites près de l’océan sont secs et dégagés des débris.

Vous remarquerez qu’il n’y a pas de photos tout au long de ce voyage!

J’EN AI PAS PRIS!

J’ai bien assez de l’avoir vécu et écrit sans vouloir le re-voir en plus… )))

Suite …… 6