Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->


LUC, KIWI, FLOYD ET MOI (6)

Pour lire les pages précédentes, cliquez sur AUTRES TEXTES plus bas.

Donc, vendredi le 17 septembre

Nous décidons de reprendre la même route qu’au départ, soit la 9 et la 17.

Plus nous nous approchons de la mer, plus nous voyons d’arbres déracinés et d’eau dans les champs.

Les rivières sont au maximum et on s’attend à ce que des quartiers complets soient inondés d’ici 3 à 4 jours à cause de l’eau qui va venir des rivières plus au nord.

De rares maisons ont reçu des arbres sur le toit et sont abîmées.

Les terrains de golf sont passablement endommagés par les arbres brisés et l’eau qui a envahi toutes les dénivellations.

Heureusement, notre terrain est au sec près de la mer; mais dans le bois, c’est autre chose.

Enfin, nous nous réinstallons et re-téléphonons à notre famille et à nos amis pour les rassurer. Nous les avions tenus au courant de nos déplacements bien entendu; mais les nouvelles à la télévision ne les rassuraient pas vraiment sur notre sort… La facture va être salée !!!

(Ça alors, j’ai reçu mon compte aujourd’hui le 12 octobre et grâce au numéro de Bell Téléphone, ça nous coûte la même chose que si nous étions ici et appelions à Myrtle Beach aux heures de rabais et ces rabais fonctionnent. Voici ce numéro:
Vous signalez 1 – 800 – 555-1111 et une téléphoniste du Canada vous répond. vous devez avoir une carte d’appel Bell, vous composez le numéro et le code, et le numéro de la personne à qui vous désirez parler. Quand on passe par la téléphoniste de AT&T des USA c’est beaucoup plus dispendieux…

Ex: De M.B. à Joliette à 21:05 – 10 minutes – aurait pu nous coûter 6,15 $, avons payé 3,00$, 30 cents la minute – De Spartanburg à Joliette 19:02 – 2 minutes 1,82, avons payé .60 $ !!!)

Chacun revient sur son site durant la journée et s’informe de la santé et du voyage des voisins. Les émotions, ça rapprochent!

Même quand on est en sécurité et qu’on sait que le danger est passé, on en a pour plusieurs jours à se remettre d’une telle aventure.

J’avais déjà vécu des tempêtes tropicales très sévères dans mon enfance lorsque j’allais en Floride avec mes parents; mais comme nous vivions toujours à l’hôtel, on ne craignait pas pour notre vie ou notre sécurité.

Et de plus, la tempête nous « tombait » sur la tête sans pré-avis car la météorologie n’était pas aussi avancée…

Samedi, 18 septembre

Il fait beau et soleil !!! E N F I N

On essaie de se remettre de notre stress en relaxant sur la plage, on fait la sieste et on prend des marches.

Je bannis le canal météo de ma vie !!

Dimanche, 19 septembre

Nuageux et frisquet. Il y a une petite broue brunâtre qui arrive avec les vagues due à la crue des rivières qui se jettent dans la mer…. Pas bien bien tentant de s’y baigner…

Nous apprenons que Conway, une ville à 30 milles de M.B. est sous l’eau à certains endroits à cause de la Rivière Waccamaw.

La Rivière Waccamaw a sa source dans le lac Waccamaw, elle coule vers l’est pour rejoindre la mer mais avant d’y arriver, elle longe la côte.

Comme il est tombé énormément de pluie à date, toute cette eau s’est dirigée vers la rivière et celle-ci déborde sur tout son cours; donc, dans la ville de Conway qui est située à cheval dessus la rivière…

Lundi, 20 septembre

IL PLEUT À VERSE, il pleut tellement fort que même Noé aurait vu son arche couler….

À 3 heures de la nuit, je décide d’aller dehors pour ramasser tout ce qu’on y a laissé.

J’ouvre la porte, descend les deux marches et… floc-à-ta-floc, les deux pieds au-dessus des chevilles dans l’eau!!!!

Je plie les chaises, rescape les babouches de la noyade, redresse la bicyclette de Luc qui a cédé sous le poids du déluge et dort sous les flots.

J’ai jamais vu pleuvoir comme ça !!! C’était comme si on nous versait une chaudière d’eau sur la tête, sans relâche…

Petite accalmie en soirée, on part prendre une marche. Au retour la pluie reprend de plus belle. Nous arrivons trempés. Je suis tellement trempée que ma blouse verte, que je n’avais pas encore lavée, a teint mon soutien-gorge en vert…

Mardi, il PLEUT ! – On ferme l’auvent à la pluie battante, car le vent vient de se lever et s’acharne après tout ce qui dépasse !!!

Nous sommes encore trempés et la roulotte est dans un état lamentable, tout comme nous!

Taux d’humidité? 100% – Température? 28-30 (80 environ)

Luc fait la vaisselle, moi je range, épousette, lave le plancher…

J’AI CHAUD !!! JE SUE À GROSSES GOUTTES !!! JE SUIS ENCORE TREMPÉE !!!

Je ramasse tout ce qui est mouillé et sali et pars pour la buanderie car rien ne peut sécher dans ces conditions.

C’EST ÇA DES VACANCES ????

Mercredi 22 septembre

Deux heures du matin !

BING ! BANG ! CLAC! CLAC! CLAC!

POUR L’AMOUR DU CIEL, QU’EST CE QUI SE PASSE ENCORE ICI !

IL VENTE!!! Un boeuf en perdrait ses cornes !!!

Pas un petit vent régulier, gentil…

Non, Non ! Des rafales de vent comme des coups de butoir !

Nous fermons les fenêtres… Vivement Luc va dehors ramasser tout ce qui veut partir visiter les voisins.

Dieu merci, nous n’avions pas rouvert notre auvent car nous entendons un peu partout des auvents claquer et des gens crier et s’agiter.

À 9:30 – le vent ne s’est pas calmé d’un iota et ON GÈLE !

On doit faire fonctionner le chauffage !!!

À 13:00hrs, Luc dort, Kiwi dort et moi je récapitule les journées précédentes pour vous donner les détails que vous venez de lire…

Durant toute cette aventure, Kiwi a un plaisir fou à courir d’une fenêtre à l’autre et à regarder tout ce qui flotte, vole et coule…

Comment se passera la journée de jeudi ??? Et les gens des villes avoisinantes, comment vivent-ils? … 7