Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Et nous repartons vers les hauteurs cette fois-ci. Arrivés à ce niveau de la baie, la montagne se jette directement dans la mer. Les maisons sont construites à flanc de collines, la route les serpente.

C’est tout-à-fait un autre paysage. Les gens viennent de ce côté de la baie justement pour le paysage et non pour la mer comme de l’autre côté, car celle-ci est courte et descend rapidement vers les profondeurs.

Et soudain, qu’apercevons-nous ???

Ce que les Mexicains appellent ici le Rocher Percé. Probablement tombé dans la mer lors d’un immense mouvement terrestre, ces deux immenses blocs de pierre finissent par s’éroder avec les siècles et forment ce que l’on peut voir sur la photo. Un rocher percé sur le bloc de droite.

Le paysage est grandiose ici effectivement.

Ainsi, les hôtels du côté de Mysmaloya sont tous en hauteur avec un petit espace de plage de sable. Ils ont tous les commodités comme à Nuevo Vallarta bien entendu, sauf que si vous désirez plutôt la plage au panorama….

Dans la Baya Banderas, il y a de tout pour charmer même les plus difficiles. Partout, on peut se débrouiller pour se faire comprendre. Dans la ville, ayez la prudence de boire de l’eau embouteillée.

Quant aux hôtels, avant de boire l’eau du robinet, vérifiez avec la direction.

Il est interdit d’acheter de l’argent dans la rue… on ne badine pas avec la police dans ces pays…

Nous sommes retournées à l’hôtel épuisées mais heureuses de ce tour.

Si vous voulez vraiment connaître une région ou une ville, il n’y a rien de mieux que de prendre un tour organisé. De cette façon, on sait où aller si on veut se débrouiller seules ou seuls par la suite.

Pour bien me rappeler, j’ai écrit dans mon petit cahier d’école jaune le lendemain matin toute ma leçon… sous le palapa avec un Maï Taï.

Durant ce temps, l’autre Loulou s’épivarde sur sa bicyclette empruntée à l’hôtel. Elle sue et pédale sur son tit-bicik 1h30min. à 80 % d’humidité, sous le soleil.

Elle a bien tenté de m’amener avec elle… une folle dans une poche…. je vais aller me faire mourir à pédaler….. moi je pédale de la main droite, tenant mon verre de la gauche et tentant d’attraper la paille pour m’abreuver à la source…. )))))

Pour les chroniques précédentes, voir plus bas