Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Partie du texte d’Ariane Lacoursière
publié dans La Presse

La semaine dernière, pour célébrer ses 77 ans, Rose Legault a sauté en parachute. Cette Montréalaise, qui vient de publier un essai intitulé Les vieux, refuse de se priver de certaines activités simplement parce qu’elle vieillit.

«J’hésitais entre aller au cinéma ou faire un saut en parachute. J’ai choisi de sauter!», raconte cette femme dynamique à la parole franche, à qui tout semble réussir.

Dans son essai Les vieux, Mme Legault parle avec lucidité des personnes âgées, qu’elle respecte mais qu’elle se permet tout de même de critiquer. Elle classe d’ailleurs les aînés en deux catégories: les «vieux jeunes», qui sont alertes et curieux, et les «vieux vieux», qui refusent le changement et qui attendent passivement de mourir.

Mme Legault appartient à la première catégorie.

Avec Guillaume

Le 6 juin, elle s’est rendue à l’école Voltige. Sur place, elle a fait connaissance avec le comédien Guillaume Lemay-Thivierge, copropriétaire de l’endroit. Ce dernier est littéralement tombé sous le charme de Mme Legault et a décidé de sauter en tandem avec elle.

Elle souhaite faire d’autres sauts. Elle a d’ailleurs déjà invité ses trois petits-enfants à se joindre à elle. Elle a également un projet de rencontre avec des élèves du primaire pour «jaser de la vie» et prévenir le suicide. Et elle souhaite réaliser un film.

«La vieillesse, c’est triste juste quand tu arrêtes de vivre», dit Guillaume Lemay-Thivierge.

Mme Legault est bien d’accord.

Les vieux

LES ÉDITIONS QUÉBÉCOR