Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

Pour lire la première page, cliquez sur AUTRES TEXTES au bas de cette chronique et vous la retrouverez facilement.


Nous voici donc à l’entrée de l’Île aux Basques.
Le monsieur à gauche est Jean-Pierre Rioux. L’homme aux plus beaux yeux bleus !!! On ne peut faire autrement que de le regarder et l’écouter…)))
Mais ce qui est le plus important, c’est qu’il connaît très bien son île car il en est le gardien depuis 9 ans et qu’il est passionnant.

Il a réponse à tout!

Cette île est située à 5 km au large de Trois-Pistoles. Refuge d’oiseaux migrateurs et site écologique, elle est protégée par la Société Provancher d’histoire naturelle depuis 1929.

Elle fut occupée par les Amérindiens 700 ans après Jésus-Christ.

L’Île aux Basques fut un passage et un lieu d’échanges entre les Blancs et les Amérindiens.

Elle porte son nom en raison des pêcheurs basques qui y avaient établi leur campement et qui y dépeçaient et y faisaient fondre la graisse de baleines (1580)


Vestige de four qui furent retrouvés et désherbés. Les pierres du bas du mur n’ont pas bougées, celles du dessus furent replacées par les archéologues.

On mettait du bois dans le trou et d’immenses chaudrons pour faire fondre la graisse de baleines.

Les fours conservés sont bien visibles le long des sentiers qu’on emprunte pour faire la visite de l’île.

Le four que vous voyez sur l’image du haut n’a pas été érigé par les basques (mais honte à moi, je ne me rappelle plus par qui il fut construit… faudra demander à Jean-Pierre )

Arrivés au bout de l’île, nous nous retrouvons sur le roc pour la pause
Si vous apportez votre dîner vous aurez le temps de le déguster. Si vous n’avez pas prévu (selon l’heure de la visite) un petit gueuleton, vous vous contenterez des petits fruits qui nous furent suggérés.


Pour passer le temps, nous avons décidé de mettre nos pieds à l’eau. Sur le coup on dit: « AH! mais c’est pas si froid! » Et soudain, il nous prend comme un malaise…. et les pieds nous brûlent comme si on avait des engelures.

Je crois que j’aurais préféré revenir sans ceinture de sécurité – au yable les bijoux et l’argent… je préfère couler à pic que de devoir séjourner dans cette eau 10 minutes…

Nous continuons notre visite par les sentiers boisés pour nous retrouver à notre point de départ, soit le four

Tiens, voici les deux filles – tant qu’à avoir rencontré les gars, aussi bien vous présenter tout le monde

On peut également louer des chalets sur l’île. Ces chalets n’ont ni l’électricité bien entendu. Vous devez probablement vous adresser à la Société Provancher
Société Provancher d’histoire naturelle du Canada
9141 avenue du Zoo,
Charlesbourg, Qc G1G
(418) 847-7200.