Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

VOYAGE AU COEUR D’UNE MAISON ABANDONNÉE (3)

Le 23 février, grand-maman est heureuse elle revient à la Résidence avec grand-papa.

On redéménage !

Comme le premier appartement 3½ était déjà loué, grand-papa avait été transféré dans un autre 3½ qui venait de se libérer….

Quand on arrive comme un cheveu sur la soupe, il faut s’attendre à ce que tout ne soit pas parfait au début. Mme Lespérance avait fait des miracles pour trouver un premier appartement mais on savait que quelques changements seraient nécessaires avant que tout ne soit définitif.

Mais chaque changement s’avère très traumatisant quand on est âgé.

Et certaines notions élémentaires, qui ont toujours été présentes dans leur vie, se perdent dans l’oubli…. Ce qui cause quelques désagréments.

On part dans une semaine, tout semble bien aller. Plus de déménagement en vue avant notre retour. À ce moment-là, si un 4½ se libère et qu’ils le désirent ils pourront avoir plus d’espace.

On nous confirme que tout sera sous contrôle, on va bien s’occuper des parents, on peut partir en toute tranquillité.

Pendant notre absence, notre fils ira chercher le courrier à la maison paternelle et l’apportera à son grand-père.

Samedi 24 février, le groupe d’amis se retrouve chez Marcel; sa fille, agent de voyages, nous remet nos billets d’avion et toutes les confirmations d’hôtels et d’excursions. C’est la fête… on commence à sentir les vacances.

Durant la semaine, je sors les valises, le linge d’été.

C’est sans compter sur grand-maman qui est comme une boîte à surprises….désagréables….

Téléphone le samedi matin, grand-maman appelle et elle est à l’hôpital depuis hier !!! HIER ??? Sur l’heure du dîner hier Luc était avec eux !!!!
Eh oui ! Grand-papa a oublié de nous aviser et il avait dit à la responsable de la résidence qu’il nous téléphonerait. Mais ? Que fait-elle à l’hôpital ??? Elle aurait fait une crise d’angoisse mais comme on ne la connaît pas encore très bien à la Résidence, on a eu peur à une attaque cardiaque…

Elle sort à la fin de l’après-midi avec Manon qui est venue à Joliette les visiter !!!

À partir du moment où on a su qu’elle était hospitalisée, nous savions que nous ne pouvions plus partir…. On ne peut laisser un grand-papa âgé, déjà perturbé, et du personnel d’une Résidence faire ce que NOUS nous devons faire….

Dimanche matin, téléphone à 7h – Grand-maman veut voir son fils ! Nous y allons tous les deux. Elle est dans un état de panique totale. Couchée, tremblante, ne sachant plus trop ce qui lui arrive. L’infirmière vient lui donner une pilule calmante et Luc lui parle pendant une heure tout en lui expliquant que nous ne partons plus, que tout ira bien.

Au bout d’une heure, la crise est passée et elle réussit à se lever.

Cependant, la Résidence ne peut pas garder une personne qui fait ainsi des crises de panique et qui ne peut même plus se déplacer – On doit la transférer à l’autre résidence pour personnes non autonomes….

Cette fois-ci Sylvie lui trouve une chambre dans la partie de l’aile où les personnes ne sont pas atteintes d’Alzheimer. Grand-papa devra la suivre dans deux jours car il ne peut rester lui non plus à la Résidence.

S’ensuivra deux jours de va-et-vient de la maison paternelle à la Résidence à l’autre résidence…..

On a confirmé notre annulation… c’est un soulagement pour nous aussi car on est à bout.

Grand-papa redéménagera donc lui aussi et sera installé dans une chambre sur le même étage mais un peu plus loin. Il pourra de cette façon visiter grand-maman, manger avec elle à la salle à manger.

Au bout de quelques jours, ils réaliseront qu’ils ne pourront plus retourner chez eux….

Ils seront donc partis avec chacun une petite valise, remplie pour quelques jours de vêtements pris au hasard.

Grand-papa parle de sa voiture à l’occasion.
Comme il y a un problème de stationnement en hiver, il pourra la reprendre au printemps. Cependant avec le temps, il a réalisé, que dans son état, il n’est plus raisonnable de conduire. Une autre étape …

À SUIVRE….