Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon DE TOUT DE RIEN ->

VOYAGE AU COEUR D’UNE MAISON ABANDONNÉE (4)

En ce dimanche 25 mars, que de chemin ardu parcouru.

De pertes en « arrachements », de pleurs en grincements de dents – tant du côté parental que du nôtre – le choc de tous ces chambardements et de ces détachements nous a littéralement jeté par terre. » Knock Out »

Nous sommes tous comme des rescapés d’un naufrage, essayant de reprendre leur souffle.

Grand-papa et grand-maman ont réalisé qu’ils ne pourraient plus retourner vivre « chez eux » !

Ils attendent, chacun dans sa chambrette, que les travaux de construction des appartements soient terminés – Ils devraient déménager dans un studio d’ici la mi-avril – encore un déménagement !

Luc et moi avons commencé à apporter des vêtements « 4 saisons » que Manon étiquette lorsqu’elle vient. Eh oui, comme lorsqu’on partait pour le camp et que notre maman étiquetait tous nos vêtements pour qu’on ne les perde pas…

Pourquoi cet étiquetage ? Parce qu’à la buanderie on ne peut laver 2 paires de petites culottes à la fois et qu’on doit remettre à chaque pensionnaire ses effets personnels. La literie étant propriété de la résidence.

Fouiller dans les effets personnels d’une autre personne et faire le tri de ce qu’elle « pourrait » avoir besoin pour le futur s’avère tout un contrat pour l’âme !

J’avais fait l’exercice avec mes parents après leur décès… et c’était autre chose Je n’avais pas eu à décider de ce qui pourrait aller à eux, à nous ou à la Saint-Vincent de Paul ou à la poubelle.

Mes parents avaient décidé par eux-mêmes de déménager dans une résidence pour personnes autonomes, puis 6 ans plus tard de redéménager pour une autre résidence pour personnes nécessitant quelques soins.

Ils avaient visité les résidences. Avaient fait leur choix et comme le temps ne pressait pas, avaient pu attendre d’obtenir un appartement à l’endroit de LEUR choix.

De plus, ma mère, qui était très minutieuse, avait déjà fait le tour de tous ses biens avant chaque déménagement prévu et, ce qui restait, était en parfaite condition; soit pour moi ou pour vêtir des gens dans le besoin.

Au décès de mon père, tous les meubles (en parfait état) et la lingerie furent séparés entre mon fils et moi; les vêtements pouvaient convenir fort bien à d’autres personnes.

Cependant, lorsque des personnes âgées qui ont habité 50 ans dans la même maison et ont accumulé pendant 50 ans des choses….. doivent partir avec leur valise; c’est une autre histoire…

Et il faut prévoir pour le déménagement en studio…. garder des meubles….

Et la maison à vendre !!!!!!

À SUIVRE…. mes suggestions personnelles (à prendre ou à laisser – mais croyez-moi, j’ai de l’expérience bien malgré moi ) ((

Vous vous demandez comment trouver la première chronique de cette série :
vous descendez sur la page présente et vous cliquez sur AUTRES TEXTES,
vous allez arriver dans les archives….
C’est ainsi qu’on fait pour TOUTES les catégories de chroniques – on va sur la page du jour, on descend vers le bas, on clique sur AUTRES TEXTES et hop dans les archives.