Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

 

 

 

1- Comment présenteriez-vous votre livre ?

B.O.A. est une trilogie post-apocalyptique, et « Âmes insoumises » en est le dernier volet. Cette série met en scène six adolescents, des esclaves aussi appelés « Sacs à sang », qui se retrouvent du jour au lendemain mis en jeu dans une loterie sordide où la population BOA de la ville a la chance de les remporter. Le premier tome est principalement axé sur la loterie. Dans le deuxième tome, nos six « Sacs à sang » se retrouvent face à leurs propriétaires. Le dernier opus se concentre sur la quête de liberté à laquelle ils aspirent tous depuis le début. C’est un univers assez sombre, mais les personnages sont lumineux. Avant de commencer l’écriture de la trilogie, je m’étais fixé l’objectif de produire un texte riche en action et en émotions, et d’après les commentaires que je reçois, je peux dire que c’est mission accomplie. Oui, B.O.A. a pour vocation de faire vibrer les lecteurs!

 

2- Avez-vous une anecdote ou une histoire particulière  liée à l’écriture de votre livre ?

À la base, j’avais envie d’écrire un livre sur les vampires, mais d’une manière différente de ce qui existait déjà. Plutôt que d’écrire du fantastique, je me suis dirigée vers la science-fiction, car ce genre ajoute de la crédibilité et pouvait rendre l’histoire encore plus inquiétante. En discutant avec une amie, j’ai eu l’idée de partir de la maladie Ebola pour créer des êtres humains au code génétique modifié. Peu de temps après, cette maladie se répandait de manière catastrophique en Afrique, et les médias parlaient de possible pandémie. J’ai vu un reportage montrant des malades qui se faisaient transfuser du sang « sain » dans l’espoir de guérir, et cette image m’a poursuivie pendant plusieurs jours. Les BOA étaient en train de prendre vie dans mon esprit…

 

3- Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire cet ouvrage ?

Même réponse 😉

 


4- Quels sont les écrivains et les œuvres qui ont le plus influencé votre travail ?
.
J’ai commencé à prendre vraiment goût à la lecture avec les romans de Stephen King. J’avais autour de onze ans. Je pouvais lire l’un de ses livres en une seule journée tellement j’étais absorbée. Ses univers m’effrayaient et me fascinaient tout à la fois. Ensuite, je me suis tournée vers la Fantasy, notamment avec Tolkien, Robin Hobb et Terry Pratchett. C’est là que j’ai compris qu’un bon roman (en ce qui me concerne) doit présenter des personnages fouillés et crédibles, ainsi que des univers riches. Vers l’âge de 14 ans, j’ai découvert la science-fiction avec René Barjavel, un auteur français. Ce fut un coup de foudre littéraire! Son roman La nuit des temps m’a fait pleurer, et c’est en refermant cet ouvrage que j’ai compris que je voulais écrire. Ensuite, il y a eu Bernard Werber et son approche très « factuelle » du récit, presque à l’opposé de ce que j’écris. C’est pourtant l’un de mes auteurs préférés. Grâce à lui, j’ai compris qu’un bon récit n’a pas besoin d’être agrémenté de phrases compliquées. Il faut d’abord et avant tout une bonne histoire. Ensuite, c’est à l’auteur de la livrer en tout respect de son style. Avec efficacité. Maintenant, je ne cherche plus à écrire comme quelqu’un d’autre. 

 


5- Avez-vous des rituels d’écriture ? Lesquels ?

La musique. Elle fait partie de ma vie. Sans elle, je crois que l’acte d’écriture serait beaucoup plus difficile. Les jours où je manque d’énergie ou d’inspiration, il me suffit d’écouter l’une de mes playlists d’écriture pour repartir de plus belle. C’est d’ailleurs souvent ainsi que je commence mes sessions d’écriture : je mets de la musique, je ferme les yeux, je respire et je vois les images défiler derrière mes paupières. La tâche la plus délicate, ensuite, est de mettre les bons mots sur ces images 🙂 Et puis, il y a la marche et la course. Quand je bloque sur une scène, je sors systématiquement de la maison. Le fait de bouger doit actionner certains engrenages à l’intérieur de mon cerveau, car ça fonctionne vraiment! Parfois, je reviens à la course chez moi pour coucher sur papier toutes les idées qui me sont venues à l’extérieur. C’est une sensation libératrice. Une vraie drogue!

 

6- Quels sont vos projets ?

Je termine actuellement un roman social pour les adolescents. C’est tout un défi, car non seulement il est beaucoup plus court que mes autres romans, mais en plus il ne fait pas partie des genres de l’imaginaire. Je crois que ce roman a été l’un des plus difficiles à écrire! Je suis toutefois contente de l’avoir fait. Ça m’ouvre d’autres horizons. En parallèle, je suis en train d’écrire une autre dystopie young adult. J’ai fait pas mal de recherches pour celle-ci, car elle sera très proche de notre réalité (je la veux donc terrifiante!). Je viens de commencer le processus d’écriture et j’espère avoir terminé le premier jet pour le début de l’année 2019. Finalement, j’envisage d’écrire un roman d’épouvante pour les 9-12 ans; j’en rêve depuis des années! Ça va me permettre de retourner aux sources, à mes premières lectures 🙂

 

LA CHRONIQUE 

 

B.O.A.

TOME 3. ÂMES SOUMISES

Magali Laurent

LES ÉDITIONS DE MORTAGNE

Ados/adultes

Genre : Dystopie

2018 – 526  pages – 24,95$

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur

LES ÉDITIONS DE MORTAGNE