Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->


Banc d’essai
Paul Beaulne
Azimuts (romans)
Illustration :
Vincent Demers
Éditions Vents d’Ouest
168 pages
18.95 $

Résumé
Simon sort à peine du centre d’accueil. Pour quelques dollars, il a mis sa guitare en gages. Il chante, rue Saint-Jean, à Québec. Pour gagner sa vie. Pour la vivre aussi. Il fréquente Bernard, un schizophrène d’une quarantaine d’années, qui s’est isolé et muré dans le silence depuis bien longtemps.

Ils se rencontrent souvent sur un banc. Leur banc. Et Simon chante, par cœur. L’histoire se déroule entre les lignes des chansons. Comme dans nos vies, un air ou un refrain se posent d’eux-mêmes sur chaque événement. Il en faut, de cette musique, pour atténuer le mal de vivre de ces êtres que les autres ne regardent plus.

Banc d’essai est un roman qui nous fait pénétrer dans le monde des marginaux, des exclus, des rejetés. L’auteur a le don d’entrer dans la douleur et la souffrance de ses personnages, sans tirer sur les ficelles, toujours avec justesse et compréhension, avec une grande maîtrise des mots et des images, dans l’invention d’une phrase qui ne cesse chaque fois de nous surprendre.

Cris. Ça crie à l’intérieur de Simon. Ça crie vengeance. Ça crie à l’impuissance. La marche est presque une course. Devant le cimetière Saint-Matthieu, il ralentit le pas. Le cimetière qui est un parc. Le parc-cimetière. Un banc devant le mur de pierres du parc-cimetière. Le banc. Près de l’église. L’église qui est une bibliothèque. L’église-bibliothèque. Le banc. C’est son coin à lui. Un espace de planète où il se sent à l’abri. Chez lui. Les passants sont des visiteurs qui traversent sa zone. Il sait recevoir. Dans ce monde, on accueille les visiteurs poliment. On tend la main. Bien souvent en chantant. Les gens donnent ce qu’ils veulent. Bien souvent rien. Mais on garde le sourire. Bien souvent, mais pas toujours. Quelquefois la hargne. Quelquefois l’ennui. p. 12

Paul Beaulne

Pendant vingt-cinq ans Paul Beaulne a travaillé dans le domaine des communications. Relations publiques, promotion et organisation d’événements, il a touché à presque tous les aspects du métier. L’écriture a toujours occupé une place de choix dans ses activités. Il propose ici un premier roman où la critique sociale côtoie une sensibilité profonde.

Éditions Vents d’Ouest
185, rue Eddy, Gatineau (Québec), J8X 2X2
tél. : (819) 770-6377 ; téléc. : (819) 770-0559
Vents d’Ouest