Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) honore la mémoire de Hélène Pedneault

La communauté des membres du Centre des auteurs dramatiques et l’équipe du CEAD sont très attristés d’apprendre le décès de l’auteure Hélène Pedneault.

Nous souhaitons souligner sa grande indépendance d’esprit, sa créativité et son importante contribution à la dramaturgie québécoise et à la société.

Sa relation avec les autres prenait souvent le mode de personne à personne. Les nombreux documents de presse et les multiples programmes de théâtre qu’elle a régulièrement et généreusement versés au fonds du CEAD prouvent qu’elle suivait toute l’écriture contemporaine, sur scène et ailleurs. Sa passion pour le Québec l’avait récemment plongée dans la relecture de tout le théâtre d’ici sur le thème de la politique. Elle avait une puissance de travail rare.

Authentique polygraphe (journaliste, essayiste, chroniqueuse, scénariste, auteure de chansons et, bien sûr, dramaturge), Hélène Pedneault était originaire du Saguenay, où elle a commencé sa carrière en journalisme.

À Montréal, elle s’était d’abord fait connaître par ses interventions à la radio de Radio-Canada, par ses collaborations à différents magazines et surtout, à La Vie en rose, où elle signait ses fameuses « Chroniques délinquantes » (1982-1987), publiées en 1988. Intéressée depuis toujours par la chanson, elle y était engagée depuis 1974, signant notamment des textes pour Sylvie Tremblay, Richard Séguin, Michel Robert et, surtout, Marie-Claire Séguin.

En 1996, elle réalisait plusieurs séries télé, et remporte le Prix Gémeaux pour son adaptation du téléroman Sous le signe du lion de Françoise Loranger pour la télévision de Radio-Canada. Les écrits d’Hélène Pedneault ont été publiés sous plusieurs formes, notamment une biographie de Clémence Desrochers, un pamphlet Pour en finir avec l’excellence, des nouvelles, des chroniques).

Au théâtre, sa pièce La déposition, traduite en cinq langues, n’a pas cessé d’être produite plusieurs fois par année depuis sa création en 1988. « Un langage qui joue avec la lettre et l’ironie, le souvenir, le mensonge et la vie, pour nous dépeindre les paysages du Saguenay et ceux de l’âme […] Un moment théâtral intense et émouvant.» écrivait Huguette Lucas dans Le Devoir, le 7 mai 1988.

Le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) et l’équipe culturelle du Cyber-magazine Planète Québec transmettent toutes leurs sympathies à la famille et aux proches.

Source : CEAD
Crédit photo : Jacques Lavallée

Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) honore la mémoire de Hélène Pedneault

La communauté des membres du Centre des auteurs dramatiques et l’équipe du CEAD sont très attristés d’apprendre le décès de l’auteure Hélène Pedneault.

Nous souhaitons souligner sa grande indépendance d’esprit, sa créativité et son importante contribution à la dramaturgie québécoise et à la société.

Sa relation avec les autres prenait souvent le mode de personne à personne. Les nombreux documents de presse et les multiples programmes de théâtre qu’elle a régulièrement et généreusement versés au fonds du CEAD prouvent qu’elle suivait toute l’écriture contemporaine, sur scène et ailleurs. Sa passion pour le Québec l’avait récemment plongée dans la relecture de tout le théâtre d’ici sur le thème de la politique. Elle avait une puissance de travail rare.

Authentique polygraphe (journaliste, essayiste, chroniqueuse, scénariste, auteure de chansons et, bien sûr, dramaturge), Hélène Pedneault était originaire du Saguenay, où elle a commencé sa carrière en journalisme.

À Montréal, elle s’était d’abord fait connaître par ses interventions à la radio de Radio-Canada, par ses collaborations à différents magazines et surtout, à La Vie en rose, où elle signait ses fameuses « Chroniques délinquantes » (1982-1987), publiées en 1988. Intéressée depuis toujours par la chanson, elle y était engagée depuis 1974, signant notamment des textes pour Sylvie Tremblay, Richard Séguin, Michel Robert et, surtout, Marie-Claire Séguin.

En 1996, elle réalisait plusieurs séries télé, et remporte le Prix Gémeaux pour son adaptation du téléroman Sous le signe du lion de Françoise Loranger pour la télévision de Radio-Canada. Les écrits d’Hélène Pedneault ont été publiés sous plusieurs formes, notamment une biographie de Clémence Desrochers, un pamphlet Pour en finir avec l’excellence, des nouvelles, des chroniques).

Au théâtre, sa pièce La déposition, traduite en cinq langues, n’a pas cessé d’être produite plusieurs fois par année depuis sa création en 1988. « Un langage qui joue avec la lettre et l’ironie, le souvenir, le mensonge et la vie, pour nous dépeindre les paysages du Saguenay et ceux de l’âme […] Un moment théâtral intense et émouvant.» écrivait Huguette Lucas dans Le Devoir, le 7 mai 1988.

Le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) et l’équipe culturelle du Cyber-magazine Planète Québec transmettent toutes leurs sympathies à la famille et aux proches.

Source : CEAD
Crédit photo : Jacques Lavallée