Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

En quelques mots, comment présenteriez-vous votre livre ?

Je fais l’historique du neuvième art, la bande dessinée, au Québec à partir des histoires en images du XIXe siècle jusqu’aux BD du XXIe siècle publiées sur le Web. J’avais déjà écrit un premier livre sur le sujet en 1994. J’ai ajouté un chapitre sur le vocabulaire et les techniques de la BD, tant traditionnelle que numérique. En 2008, les auteurs de la bande dessinée québécoise (BDQ) sont de plus en plus nombreux et les albums augmentent en nombre et en qualité d’année en année. Or la situation des dessinateurs a peu changé en quinze ans, car cet art n’est pas assez soutenu et encouragé dans notre pays. J’ai la profonde conviction qu’en aidant la BD comme on l’a fait pour la musique et le cinéma on arrivera à préserver cette richesse qu’est notre humour visuel. Mon hypothèse étant qu’une culture forte a besoin de ses artistes et de ses propres formes d’art pour continuer à avancer et qu’elle ne peut se contenter de consommer les arts venant des autres nations, les BD américaines, japonaises et franco-belges dans le cas présent.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire cet ouvrage et à le publier ?

Une passion pour l’humour visuel et une stupéfaction perpétuelle face au peu de visibilité des œuvres québécoises par rapport à l’invasion des œuvres américaines et franco-belges (qui sont excellentes par ailleurs) dans nos librairies, nos bibliothèques et nos quotidiens ; aussi, le fait qu’aucun autre chercheur ne s’est penché sur le sujet de façon globale, ce qui appuie mon constat que ce domaine est également quasi absent des universités.

À votre avis, à qui votre livre s’adresse-t-il ?

Au grand public qui lit de la bande dessinée, aux jeunes de 9 à 99 ans, aux jeunes qui aiment dessiner sur les coins de leurs cahiers, aux étudiants en art, aux enseignants.

En quoi se distingue-t-il d’autres ouvrages qui seraient comparables ?

C’est le seul qui porte sur ce sujet, ce qui le rend incomparable !

Quels sont les écrivains et les œuvres qui vous ont le plus marqué ?

Je lis tellement et de tout que ma réponse sera au goût du jour : tout Jean Giono, mais surtout Regain et Que ma joie demeure ; Tonino Benacquista : Quelqu’un d’autre et Saga ; Fred Vargas : Pars vite et reviens tard ; Art Spiegelmann : Maus ; Henning Mankell : La muraille invisible ; Guillaume Appollinaire : Calligrammes ; Federico Garcia Lorca : La maison de Bernarda ; Victor Hugo : Le dernier jour d’un condamné ; Friedrich Dürrenmatt : Le joueur d’échecs ; Umberto Eco : Le nom de la rose et aussi Anne Hébert, Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Claire Bretécher, Philip Roth, Molière, Hergé et Simenon.

Qu’est-ce qui vous passionne ?

Faire de la randonnée en silence, écrire, lire, regarder un bon suspense, rire à en perdre le souffle devant une comédie, prendre un bon repas en famille ou avec amis, le bordeaux, lire des revues qui parlent de politique internationale et en discuter avec mes amis, prendre position dans les grands débats planétaires, méditer.

Quels sont vos projets ?

Relisant mes réponses d’il y a deux ans dans un entretien semblable chez Typo, je constate que les deux premiers projets alors cités réponses se sont réalisés ou sont en voie de l’être : je viens de préparer une exposition à la Grande Bibliothèque sur un thème que j’avais proposé : les histoires en images au XIXe siècle au Canada français, qui se tient du 22 janvier au 4 mai 2008, et je vais écrire, en collaboration avec Robert Aird, une histoire de la caricature au Québec au cours de 2008. Donc, c’est avec beaucoup d’espoir que je réponds à cette question.

Je travaille au deuxième tome des Mystères urbains avec le caricaturiste André-Philippe Côté : une suite de scénarios illustrés, à la fois comiques et de suspense, dont un assez long qui se déroule dans la ville de Québec en 1850, Le rubis de Raphaël, que nous avions conçu il y a une quinzaine d’années. Je vais collaborer d’ici peu à un numéro spécial de la revue italienne Leggendaria sur « L’humour et les femmes ». Je prévois amorcer également l’écriture d’un essai sur les procédés du comique, sujet que j’avais abordé dans mon mémoire de maîtrise et que j’aimerais approfondir. Enfin, concevoir une exposition sur les liens entre le cinéma d’animation et les autres arts reste toujours dans mes rêves.

Titres de cette auteure présentés chez Planète Québec :

Histoire du cinéma d’animation au Québec
L’oreille coupée et autres scénarios (livre + CD)
Histoire de la bande dessinée au Québec

Partez à la découverte de tous les auteurs publiés chez cet éditeur :

VLB ÉDITEUR