Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

L’entrée en librairie de ce titre est accompagnée de celle du catalogue de l’exposition Et l’eau répondit… de l’artiste en arts visuel Janet Fredericks et du poète Guy Jean qui se tient actuellement à la galerie Montcalm de la Ville de Gatineau.

Le poète est le passeur de la fulgurance du poème : «Un téléphone submergé. Retransmet-il les conversations des noyés et, repêché, fera-t-il entendre les longues plaintes ensevelies dans la boue ? ».

Mais, le plus souvent, la fulgurance n’est-elle pas donnée à celui-là qui explore, tout entier en quête de sens, en état de veille, d’éveil, d’accueil.

Guy Jean est de cette trempe.

Il multiplie les projets de création-exploration-improvisation, se place en porte-à-faux, tend l’oreille, s’abandonne aux signaux, autrement inaudibles, qui proviennent des origines et, qui sait, de l’avenir.

Puis, il témoigne.

Cette fois, c’est aux rives et aux profondeurs de l’eau qu’il nous convie, avec son amie, Janet Fredericks, qui poursuit la même démarche, mais en arts visuels.

Le ruisseau de la Brasserie, à Gatineau, la rivière New Haven, au Vermont, sont leurs lieux d’expérimentation.

Quand ils jettent leurs filets, c’est pour capter, entre leurs mailles, rien de moins que la conscience de l’eau.

Conscience ? Mallarmé, toujours actuel, nous le dit : « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ».

On le voit bien aux sangs qui ont navigué sur ces eaux si rapprochées par l’histoire, bien qu’éloignées par la géographie.

Au sortir de ce livre, peut-on encore parler de l’eau de façon banale ?

Et l’eau répondit…

Peut-être
les mots du poète sont rivière
coulent en nos oreilles
vers les contrées inconnues de l’âme
laissent au coeur, aux poumons, à la rate
le souffle des cascades.

Écoutons !
nous aurons sourire
santé aux gestes
longues paroles d’amour
pour guérir les nuits ravagées

Avec bénédictions et cajoleries
nos aïeux cueillaient au petit matin
l’eau de Pâques

COMMENTAIRE :

Les illustrations sont magnifiques. L’idée de submerger dans l’eau claire de la rivière des étoffes peintes et de les présenter en macro-photographie … quelle idée extraordinaire ! Les textes, très inspirants, accompagnent-ils les photos ou serait-ce le contraire ??? Toujours est-il qu’on imagine mal l’un sans l’autre.

ET L’EAU RÉPONDIT…
Guy Jean
Illustrations Janet Fredericks
LES ÉDITIONS DES HAUTES-TERRES
Collection «Cimes»
2006 – 126 pages
Livre : 25,00$
Catalogue : 20,00$

LES ÉCRITS DES HAUTES-TERRES

* Par respect pour l’auteur, ne copiez pas ce poème sans inclure le titre de son livre, son nom et celui de l’éditeur. MERCI !