Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

LA MAIN ÉTRANGÈRE

Peu de temps après avoir annoncé à son mari qu’elle le quittait, Harténia, cadre dynamique dans une compagnie publicitaire, est victime d’un accident de la route difficile à expliquer.

Elle échappe de justesse à la mort, mais subit un traumatisme crânien entraînant un dysfonctionnement neurologique extrêmement rare appelé syndrome de la main étrangère.

À tout moment, et contre la volonté d’Harténia, sa main droite peut lâcher un objet et aller même jusqu’à porter des coups violents.

Quelque temps après son retour à la maison, tandis qu’elle reçoit la visite d’amis, Harténia est brusquement assaillie par sa main droite qui se jette littéralement à son cou, sous le regard effrayé de tous.

Fort heureusement, on parvient à éviter le pire.

Quelques jours plus tard, son mari, Valentin, la retrouve étranglée dans sa chambre.

Le rapport de police conclut rapidement et pointe du doigt le syndrome déjà diagnostiqué.

Mais… la détective chargée de l’enquête a beaucoup de peine à croire que quelqu’un puisse s’étrangler avec sa propre main!

L’AUTEURE :

AGNÈS RUIZ est l’auteure des best-sellers Ma vie assassinée (2001) et L’Ombre d’une autre vie (2002). Son premier roman a dépassé les 120 000 exemplaires vendus tant au Québec qu’en France.

LA MAIN ÉTRANGÈRE
Agnès Ruiz
LES ÉDITIONS JCL
253 pages – 19,95 $

En librairie ou en ligne :
LES ÉDITIONS JCL