Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->


« Le capitaine Pitovik me prit entre quatre yeux et m’assura qu’il nous lâcherait et nous récupérerait dans le cadre d’une autre opération : comme ça, personne n’en saurait rien.

«Et puis un sergent noir des marines, un type qui se faisait appeler Mr Cool, me tomba dessus pour m’expliquer qu’il me remplaçait pour l’Opération Grosse Perlouze – comme il disait – et que Tommy Trang avait dit que j’avais pas les couilles pour une promenade comme celle-là.

«Ce Mr Cool n’arrêtait pas de m’appeler «Fils du soleil», un surnom que me collaient certains marines parce que j’étais blond, surfeur et que je venais de Huntington Beach, Californie, et aussi parce que je dégageais toujours des vibrations positives, dans toutes les circonstances.

«Enfin bref, après la visite de Mr Cool – en fait, un type génial une fois qu’on laissait passer son sketch de gangster du ghetto – j’allai trouver Tommy Trang pour lui dire que j’étais avec lui sur ce coup-là.

«Il me claqua les paumes, poussa avec moi le cri des marines nageurs de combat, «OOUU-EEEE !!!», et récupéra des super cartes de la côte koweïtienne, comme pour une vraie mission. »

Dans un style bien à lui, Cody Carmichael, ex-surfeur californien et bientôt ex-marine des États-Unis, nous invite à le suivre dans une aventure échevelée.

L’histoire se déroule pendant la première guerre du Golfe, mais Carmichael et Trang, son frère d’armes d’origine vietnamienne, vont défendre une cause plus romantique que celle des puits de pétrole.

Trang a en effet sauvé la princesse koweïtienne Lulu du suicide.

Jeune femme indépendante et farouche, Lulu refuse d’épouser le gros colonel Fawwaz, un prince saoudien aux « capacités de concentration franche-ment limitées ».

Elle tombe amoureuse de Trang, et lui remet la Perle du capitaine Shakespear, mythique guerrier anglais qui s’illustra en Arabie vers 1910…

Roman d’apprentissage sur le choc des cultures (des teenagers californiens semi-illettrés confrontés à une civilisation méconnue), roman satirique (qui les Américains défendent-ils vraiment au Koweït ?), La Perle du Koweït est aussi et surtout un grand roman d’aventure, dont les rebondissements incessants et humoristiques ne laissent aucun répit au lecteur.

LA PERLE DU KOWEÏT
Tom Paine
Traduit de l’anglais par Emmanuel Pailler
LES ÉDITIONS DU ROCHER
300 pages – 31,75$ – 19.90 euros