Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

L’ANGE AU VISAGE SALE

« Dans un monde menaçant, le bonheur ou la paix ne peuvent être qu’un moment de répit inexorablement brisé par les agressions extérieures… »

Après les épreuves qui ont failli le détruire (cf. Si le Diable m’étreint), Craven s’est réfugié dans un petit village des Alpes.

Il a repris son travail de peintre.

Janet lui a donné une petite fille et il a appris à son fils Jason tout ce qu’il sait du dessin et de la peinture.

C’est au moment où Craven peut croire que son destin s’est enfin apaisé qu’un loup famélique et rusé vient rôder aux abords de son village.

Cette présence mystérieuse est la première manifestation du cataclysme qui va faire voler en éclats sa fragile quiétude…

« Violence des situations, violence des sentiments et des émotions…, le mécanisme implacable d’une malédiction originelle. »

Alors qu’il traque le loup au plus haut de la montagne, Craven est agressé par un tueur mystérieux qui le laisse pour mort dans un ravin.

Au même moment, arrive un message pour prévenir que Jason est en prison et qu’il appelle son père à son secours.

Craven étant dans le coma, c’est Janet qui se précipite à Paris.

Pendant son absence, une avalanche ensevelit totalement le village, épargnant miraculeusement leur fille.

Craven et Janet seront prêts à mourir pour sauver Jason, jusqu’au jour où ils comprennent que celui-ci n’a qu’une idée en tête : tuer son père.

« Dans un souffle digne des grands écrivains américains, ALAIN CLARET emmène ses personnages avec une énergie singulière, et une attention qui ressemble furieusement à de l’amour. »

Comme les grands romans américains, la force des livres d’Alain Claret est dans les personnages qu’il met en scène.

Passionnés, emportés par des bouleversements sociaux qui se mêlent intimement à leur propre histoire, ils sont pris dans la tempête.

À travers eux, ce n’est pas la violence, mais la beauté que l’écrivain recherche, celle qui nous conduit sur le chemin de la vérité, du sens et de l’émotion.

ALAIN CLARET a notamment publié SI LE DIABLE M’ÉTREINT (Laffont, 2002) roman noir qui le fit entrer dans l’univers impitoyable des maîtres du genre.

L’ANGE AU VISAGE SALE
Alain Claret
LES ÉDITIONS ROBERT LAFFONT
342 pages – 34,95 $

Visitez leur site internet :
http://www.laffont.fr