Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

De mémoire d’homme, le mur avait toujours été là. Dans ce territoire de poussière où la ville s’interrompait, créant un terrain nu, un espace libre pour le vent. Et les Fêtes de la Rénovation.

Bornant la cité sur son front oriental, le mur se poursuivait au-delà des faubourgs, courait la lande, ondulait au gré de ses vallonnements, s’inscrivait sur le cadastre d’autres communes, passait les frontières, existait enfin sur tout le paysage connu de ce côté du monde. Ceux qui ne l’avaient jamais vu le concevaient et l’acceptaient. Il était une réalité solide. Un paramètre incontournable de l’existence.

Olfan est un jeune homme perspicace qui exerce le convoité métier d’arpenteur.

Il lui faut une concentration et une détermination hors du commun pour déceler, bien camouflé parmi les herbes, la moindre fissure dans la structure ancestrale qui protège sa ville des eaux.

Les avaries découvertes par les Arpenteurs sont immédiatement signalées aux habitants de la ville, lesquels abandonnent aussitôt toutes les tâches en cours pour réparer et colmater la brèche.

C’est alors une grande Fête de la Rénovation, avec son lot de débordements et de folie.

La vie routinière d’Olfan bascule quand Altamira, son amante, découvre dans une cave de la ville les vestiges d’une civilisation qui ne connaissait pas le Mur.

L’Arpenteur est alors habité d’un désir fou : découvrir ce qui se cache de l’autre côté de cette frontière.

Conte pour adultes, métaphore sur la folie des hommes, critique des structures politiques de notre ère, Le mur et l’Arpenteur peut être tout cela, tout comme il peut simplement témoigner de l’immense talent d’un auteur à dépeindre l’absurdité de son époque.

Un rythme soutenu et alerte ainsi qu’une écriture particulièrement imagée font de ce roman un petit bijou.

Titres de l’auteur présentés chez Planète Québec :

Le passeur d’éternité
Le mur et l’Arpenteur

Voir critique de Dominique Blondeau :

21 AOÛT 2008

L’AUTEUR :

ROLAND FUENTÈS vit en Provence. Nouvelliste, romancier, scénariste de bande dessinée et professeur d’allemand, il est l’un des fondateurs de la revue littéraire et artistique Salmigondis. Il a été récipiendaire du Prix Prométhée de la nouvelle en 2003 pour son recueil de nouvelles Douze mètres cube de littérature.

LE MUR ET L’ARPENTEUR
Roland Fuentès
LES ÉDITIONS L’INSTANT MÊME
Collection roman
2008 – 126 pages – 18,00$

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS L’INSTANT MÊME