Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Guides pratiques ->


L’ERRANCE URBAINE

COLLECTIF DE RECHERCHE SUR
L’ITINÉRANCE,
LA PAUVRETÉ
ET L’EXCLUSION SOCIALE

Depuis une vingtaine d’années, plusieurs chercheurs ont noté la présence grandissante de personnes très démunies, sans domicile stable, dormant même dans des lieux publics dans de nombreuses grandes villes nord-américaines et européennes.

Ces personnes ne correspondent plus à l’image traditionnelle du vieil alcoolique un peu poète : ce sont aussi des femmes, des jeunes.

Les transformations du phénomène soulignent le caractère à la fois complexe et fluide de la situation des personnes itinérantes.

Mais toute tentative de compréhension suppose qu’on dépasse les seules considérations épidémiologiques ou le catalogage des pathologies et des handicaps personnels des personnes itinérantes.

Si l’itinérance structure le quotidien des personnes, elle ne peut être réduite à des considérations relevant de l’expérience unique et personnelle.

Devenir itinérant se comprend aussi à travers des rapports aux institutions sociales ainsi qu’aux représentations collectives qui servent de marqueurs identitaires.

Vivre et survivre comme itinérant suppose aussi les demandes d’aide, la recherche de services, l’intervention plus ou moins contrainte ou contraignante.

Le présent ouvrage explore ces questions en jetant un éclairage nouveau sur cette problématique complexe.

Il découle des travaux du Collectif de Recherche sur l’Itinérance, la pauvreté et l’exclusion sociale (CRI).

Mis sur pied en 1994, le CRI s’est donné pour objectif d’explorer les liens qui se tissent entre les expériences personnelles et les dynamiques sociales et économiques dans l’expérience de l’itinérance.

Le collectif est composé de chercheurs universitaires ainsi que d’intervenants oeuvrant dans les secteurs public et communautaire.

L’ERRANCE URBAINE
Sous la direction de Danielle Laberge
LES ÉDITIONS MultiMondes
442 pages – 39,95 $