Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

Comme tous les livres de la série, le premier à paraître en français s’attache plus particulièrement à l’un des enfants Bridgerton.

Ici, nous suivons Hyacinthe, la cadette de la famille.

À 22 ans, est-elle définitivement incasable ?

Trop fine mouche, trop directe, elle n’est pas exactement la jeune fille en fleur, la sainte nitouche que les hommes de la bonne société peuvent séduire d’un regard.

Loin des minauderies et des jeux de l’amour mondain, elle préfère la compagnie de la revêche Lady Danbury.

Tout en rêvant de passion…

Lorsque le petit-fils de la vieille dame, Gareth Saint-Clair, un jeune homme à la réputation sulfureuse, croise son chemin, ce n’est pas ce que l’on pourrait appeler le coup de foudre.

Pourtant, entre eux, une curieuse relation se noue autour de la traduction d’un journal intime, écrit en italien…

Premier roman d’une série de huit à paraîre.

Le meilleur roman de l’année

– Publishers Weekly

L’AUTEURE :

JULIA QUINN est un phénomène : quatorze romans publiés, quatorze best-sellers ! À chaque nouvelle parution, elle reste plusieurs semaines sur la liste des plus grands journaux.

Sa suite romanesque, Les enfants Bridgerton s’est vendue à plus de quatre millions d’exemplaires et a été traduite dans plus de dix langues.

Julie Quinn est une jeune américaine de 36 ans, diplômée de Harvard, et ses héroïnes, certes plongées dans une Angleterre ultra-puritaine, doivent d’abord à Simone de Beauvoir, <a Bridget Jones et à Sex in the City.

LES ENFANTS BRIDGERTON
TOME 1 : HYACINTHE
Julie Quinn
Traduction Arnaud du Rengal
LES ÉDITIONS GUTENBERG
2007 – 242 pages – 29,95 $ – 18,95 euros

LES ÉDITIONS GUTENBERG